Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Samedi 16 Juin 1973

13 Juin 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Samedi 16 Juin 1973

L'été arrivait dans quelques jours, et la torpeur commençait à gagner les programmes. Dans les années 60-70, l'ORTF profitait de l'été pour diffuser tout ce qui était susceptible de faire peu d'audience. En témoignent la programmation des séries "La brigade des maléfices" et "Le voyageur des siècles" en 71, "La duchesse d'Avila" et "Karatékas and co" en 73, "L'homme au contrat" et "Un curé de choc" en 74.

A 15h15, c'est le douzième épisode de "Département S" : "Le trésor de la Costa del Sol". Cette série a eu une suite, "Jason King", avec le seul protagoniste principal interprété par Peter Wyngarde, mais nous ne l'avons pas vue à l'époque. Ce comédien a bouzillé sa carrière, ce que les français ignorent, en 1975, en se faisant prendre par la police pour attentat à la pudeur avec récidive dans les toilettes de la gare routière de Gloucester. J'invite les lecteurs anglophiles et curieux qui douteraient de mes écrits à lire le wikipédia anglais "Peter Wyngarde, the free encyclopedia". Sa carrière, bien entendu, s'en ressentit, mais pour les français, qui l'ont en dehors de Jason King surtout vu en vedette invitée dans des épisodes du "Saint" avec Roger Moore et de "Chapeau melon et bottes de cuir", il n'a jamais été une grande vedette.

Les Carpentier consacrent leur top à Jacqueline Maillan, suivi du troisième épisode de "Là-haut, les quatre saisons" : "L'hiver". Série programmée tard en semaine le jeudi, elle eut du mal à passionner les gens qui la prenaient en cours le samedi.

Pour terminer la soirée, Bouvard recevait Isabelle Aubret et Enrico Macias.

Muriel à cette époque n'avait plus de propositions, puisque ces deux derniers tournages allaient se dérouler à l'automne : "Un curé de choc" et fin octobre début novembre "L'affaire Bernardi de Sigoyer". On peut penser que ce fut son dernier été heureux, sa carrière et sa santé allant bientôt définitivement l'éloigner du public.

Comme j'étais loin de le savoir, je continuais à penser à elle à la fois au présent et au futur, en espérant que durant les vacances en Normandie sans télé, aucun film avec elle ne serait programmé. J'étais amoureux et heureux et même absente du petit écran, elle allait emplir mon coeur durant tout l'été 1973 où deux chansons qui passaient à la radio me faisaient penser très fort à elle : "Chante comme si tu devais mourir demain" de Fugain, et "La maladie d'amour" de Sardou.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article