Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Dimanche 14 Octobre 1973

9 Octobre 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Dimanche 14 Octobre 1973

Je ne me rappelle pas si mes parents regardaient Drucker ou le western sur la 2, qui était ce jour là avec Burt Lancaster, "La vallée de la vengeance" de Richard Thorpe (1951).

Par contre, nous avons regardé "Daktari" qui pour une fois dépassait les 13 épisodes, puisque c'est le 14e épisode de cette quatrième série, "Clarence le tueur". Programmé à 16h10, il se termine à 17h00, et là je suis absolument sûr d'avoir regardé le film de la Une, "Sylvie et le fantôme", avec Odette Joyeux, un film de Claude Autant-Lara de 1945. Je me demande bien ce qui m'a pris de vouloir regarder ce film assez ennuyeux, passé de mode, peut-être seulement le titre?

J'apprends cette après-midi que mon livre "La vie, quelle gifle" va être réédité dans un mois. Il aurait été dommage que ce travail de témoignage soit perdu.

Ces jours-ci, je pense énormément à Muriel ayant appris quelque chose que je ne savais pas à son sujet. Je rappelle que dans mes livres, où je cite dans la mesure du possible mes sources, je me suis efforcé de ne donner que des informations vérifiées, mais je ne prétends pas vu la difficulté du sujet, avoir tout su et tout dit. Pour vous donner un exemple, j'ai passé des heures devant l'entrée de la rue Pierre Budin au numéro 12 . C'est une entrée à digicode, et bien souvent, ce sont des jeunes qui en sortaient (lorsque quelqu'un sortait!). Il faut une patience et une passion, une détermination à toute épreuve pour aboutir à une info. Je m'y suis rendu la première fois en juillet 2006. Mais je ne rencontrerai un témoin que le samedi 18 juillet 2009. Là, j'ai appris des choses cruciales, mais que de temps et de patience. Je revendique donc le droit à l'erreur sur des dates approximatives que des témoins ont pu m'indiquer et qui étaient sincères, simplement, tant de temps avait passé que leur mémoire leur faisait parfois défaut.

Il est certain qu'un professionnel, un journaliste ou un écrivain, auraient fait mieux, mais personne ne s'est jamais intéressé à elle. Partir sur les traces d'une artiste qui a cessé de donner signe de vie au public en 1974, s'est suicidée dans l'anonymat en 1995, au point que la plupart des gens ne l'ont su qu'en 2005 lors d'une interview d'Hélène Duc dans la presse lors du remake des "Rois maudits", relevait du travail de détective.

Quand je vois les grandes biographies de 500 pages consacrées à d'autres artistes, je n'aurais pas été jaloux qu'un livre sorte sur elle. J'ai aussi réalisé en enquêtant que si Muriel Baptiste était quelqu'un de très important pour moi, elle n'a pas réussi à devenir véritablement célèbre, plus exactement sa célébrité a été éphémère.

Voici Muriel à l'affiche de la pièce "Gigi".

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article