Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Dimanche 10 Février 1974

30 Janvier 2016 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Dimanche 10 Février 1974

Je suis resté dix mois sans voir Muriel entre la fin du "Premier juré" et "La double vie de Mlle de la Faille". Pendant ces longs mois, aucune nouvelle d'elle dans Télé Poche et Télé 7 jours, si l'on excepte une brève mention en novembre dans Télé 7 jours annonçant "L'affaire Bernardi de Sigoyer".

Comme je l'ai expliqué, ces retrouvailles avec Muriel se font dans une extrême tension et j'ai pu voir le film de justesse grâce à une grève.

Pendant le mois d'août 1973, je n'ai pensé qu'à elle en vacances à Bagnoles de l'Orne et j'étais au comble du bonheur. Mais à la rentrée j'ai déchanté. Il n'était plus question d'elle nulle part. De nombreux feuilletons ont été diffusés mais sans elle.

Je me suis longtemps langui, et en novembre j'ai même commencé un roman (inachevé), ce que les jeunes appelent aujourd'hui un "fan fic", une histoire dans laquelle les deux héros de "Amicalement vôtre" , Danny Wilde et Lord Brett Sinclair, vivent une aventure surnaturelle qui leur permet de rencontrer des princesses (dont un personnage s'appelle Muriel), sorte de voyage dans le temps.

Les fêtes de fin d'année 1973 ont été déplorables entre la rediffusion de "D'Artagnan" avec Dominique Paturel, "L'ïle mystérieuse" avec Omar Sharif et la seconde et médiocre saison de "Arsène Lupin".

Bien évidemment, à un tel régime, je n'ai plus pensé à Muriel comme avant.

Précisons que le samedi 9 février 1974 (Je ne l'ai pas signalé hier), il y avait sur la Une "Jazz session" consacré à Steve Potts, alors jeune saxophoniste ayant travaillé avec Chico Hamilton.

A partir de ce 10 février 1974, je décide d'économiser pour m'acheter un petit poste de télévision portable pour que l'incident avec mes parents ne se reproduise pas.

Mais je ne l'aurai qu'en octobre 1975 et depuis belle lurette, Muriel aura cessé sa carrière. Je guette dans les programmes "L'affaire Bernardi de Sigoyer", pourvu que cela ne tombe pas face à un top à Joe Dassin encore!

Comme en 1973, les programmes du dimanche sur la 2 sont déplorables. Par contre, sur la Une, à 16h55, nous avons droit à un excellent feuilleton western, "Le Ranch L". L'épisode du 10 février s'intitule "Les loups dans la bergerie".

Par rapport à 1973, Jacques Fabbri a remplacé "Le Luron du dimanche", il anime une émisssion aussi médiocre, "Tutti Fabbri".

Michel Drucker est toujours là avec "Le Sport en fête". Le film du dimanche soir n'a aucun intérêt et se termine à 22h50, "Jules César" avec Marlon Brando. Je peux désormais capter la 3, mais il n'y a plus de série policière à 19h30 comme en 1973.Voilà, un dimanche sous le "choc" d'avoir revu ma chère Muriel.

Je me souviens que le dimanche 10, nous recevions des cousins de Salon de Provence, qui venaient quelquefois invités par ma grand-mère, disons quatre ou cinq fois par an, chose qui dura jusqu'en 1976 où elle ne voulut plus les recevoir pour des raisons que j'ai oubliées. Maurice fut celui qui me précisa qu'Arsène Lupin n'avait été diffusé la veille qu'en région parisienne. Lorsque nous recevions quelqu'un, la télé était éteinte, et je n'ai donc pas vu le film de la 2 "Terreur dans la vallée", de Roy Rowland, avec Stewart Granger, datant de 1957.

Une nouvelle attente commence donc, celle de la diffusion de "Bernardi". Voici Muriel dans "Le mois le plus beau".

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article