Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Du 30 mai au 1er juin

1 Avril 2016 , Rédigé par patricks Publié dans #Les forêts de Normandie Journal 1972

Montélimar, 30 mai

Ce jour-là, ma grand-mère veut absolument voir la première chaîne qui propose une émission spéciale sur l’Algérie. Il faut dire qu’entre-temps, j’ai (enfin !) obtenu la permission de voir « Mannix ». Elle me demande de lui laisser regarder la Une, et je ne verrai donc que les dernières images de « Guerre des nerfs », le 13e et dernier "Mannix".

Ma grand-mère a vécu en Algérie de sa naissance en 1898 à l’indépendance, en 1962.

Ce mois de mai, je ne sais ce qu’il m’a pris, je me suis rendu à un spectacle de cirque, à Montélimar, moi qui n’ai jamais aimé cela, tout un dimanche après-midi.

La visite de la reine Elizabeth II pendant cinq jours m’a laissé indifférent. Pour moi, cela s’est surtout limité à une couverture de Télé Poche

Montélimar, 1er juin

Dixième épisode de « L’immortel », ma série préférée du moment, dont je ne vais pas hélas voir la fin. Le 13e et dernier épisode, « Un frère sans famille », qui conclue la série, sera diffusé le 22 juin, alors que je fais en « classe verte », avec mon équipe de catéchisme, une retraite à La Garde Adhémar, un endroit superbe.

J’ai assisté à deux autres classes vertes ce printemps-là et au même endroit, à Saint-Martin Supérieur en Ardèche, la première avec le catéchisme, la seconde dans le cadre scolaire avec ma professeur d’Histoire-Géographie, Madame Robert, qui se trouve être ma voisine.

La télévision diffuse le feuilleton « Mandrin » et tandis que j’assiste (encore avec le catéchisme !) à un spectacle un dimanche à Tournon, se trouve dans le train un jeune homme qui joue la complainte de Mandrin, à ma demande, sur une guimbarde.

Je me suis distingué à ce spectacle en voulant faire le guignol sur scène, imitant à la fois les clowns « Les Barios » et Ike et Tina Turner dans « Proud Mary ». Je me suis ridiculisé, passant en douce entre deux groupes de camarades faisant des numéros sérieux. J’ai vite été prié de quitter la scène. Plus tard, dans la journée, des enfants qui ne sont pas de mon groupe mais m’ont vu me demandent si, je cite, « je n’ai pas des boulons de dévissés ».

A partir de juillet, je vais tomber éperdument amoureux et, il me semble, gagner en maturité. Raison pour laquelle ce journal est plus dense à partir de l’été

La Garde Adhémar, 22 juin

Singulière retraite d’une semaine près de Pierrelatte. L’endroit est magnifique. Une fille n’aura pas profité du séjour, ayant fait une chute dans un escalier, elle sera constamment alitée et aidée par deux personnes pour venir aux repas.

Des copains me proposent de fumer une cigarette, cela me fait tousser, c’est la première et dernière cigarette de ma vie.

Située sur une hauteur, où travaillent des céramistes, La Garde Adhémar offre une vue sur le Tricastin, avec le Rhône ou du moins son canal qui ressemble à un beau ruban d’argent bleuté.

Un soir, on nous emmène faire une veillée au Val de Nymphes, lieu sacré, où se trouve un étang dans lequel chantent des grenouilles. Il y a des chênes, des cerisiers, les restes d’une chapelle romane, une source. J’ai voulu retourner à la fin des années 80 montrer cet endroit enchanteur à mon épouse et mes enfants. L’étang n’existait plus, il avait été comblé.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article