Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Février à Juillet 1974

7 Avril 2016 , Rédigé par patricks Publié dans #La passion pour Muriel Baptiste Journal 1973-74

9 février

Une grève éclate à l'ORTF et tant le Top à Joe Dassin qu'Arsène Lupin sont annulés, Lupin dont c'est le douzième épisode, "Double jeu", tiré de la nouvelle "La partie de baccara" que l'on trouve dans le recueil "L'agence Barnett et Cie", est diffusé "uniquement en Ile de France" et échappe donc à une première diffusion nationale.

Alors, d'un côté, mes parents, furieux, s'enferment dans la cuisine.

Moi heureux mais contrarié, en proie à une grande tension, je me colle devant le poste. On voit peu Muriel dans le téléfilm, au début elle fait une apparition, puis il faut attendre longtemps pour l'entrevoir.

Je l'aurais donc vue, envers et contre tout, cette double vie de Mademoiselle de la Faille, ce retour de Muriel. Mais je ne porte plus depuis longtemps (sans doute la fin de l'été 73) la chevalière avec M (pour Muriel) maladroitement gravé dedans, je ne pense plus à elle sans arrêt, son absence l'a faite sortir de ma vie, comme on dit "Loin des yeux..."

C'est la fin d'une époque. Je me souviens que dans les semaines en question, je ne pensais qu'à "Vivre et laisser mourir", James Bond, Roger Moore et Jane Seymour.

Je pense surtout que d'avril 73 à février 74, soit pendant presque un an, Muriel est restée trop longtemps absente et que cela m’a fait énormément souffrir. Francis s'aperçoit que je parle souvent de Jane Seymour et en conclut à propos de Muriel: "Tu te lasses vite!". Non seulement Jane Seymour ne sera jamais une de mes actrices préférées, elle n'était liée qu'à la magie de ma découverte du film "Vivre et laisser mourir" et de l’univers de James Bond. Il n'y avait rien de plus faux que de dire que je pouvais me lasser de Muriel. Muriel est la passion de ma vie, ceux qui ne l’ont pas compris sont des imbéciles.

20 février

En achetant Télé Poche, je vois que "L'affaire Bernardi de Sigoyer" est programmé le mercredi 6 mars sur 3e chaîne. Ce jour-là, la Une propose "Le grand échiquier" avec Brassens, que mes parents n'aiment pas, et la 2 un western avec Kirk Douglas, "El Perfido", qui se termine tard. Je sais donc que je sereinement, je peux attendre le retour de ma chère Muriel.

"Les bannis", à 15h15 sur la 2, en sont au huitième épisode, "Acte de foi". Après "A dossiers ouverts", je me souviens avoir vaguement regardé la 2, "Le deuil sied à Electre", avec Michel Etcheverry, dans lequel on retrouve le rare José-Maria Flotats, Philippe V dans "Les rois maudits".

Il est évident que j'étais aux anges, et un nouveau compte à rebours commençait. Nous étions jour J moins 14 avant que ma bien aimée Muriel Baptiste apparaisse sur le petit écran

6 mars

L'après-midi, dixième épisode des "Bannis" : "La ville du refus", et sur la Une à 17h20 un "Skippy le kangourou" : "Le radeau".

Nous n'avons pas regardé l'actualité, passant sur la 3 pour voir le premier épisode de "Cannon", à 19h40, "Gardez-moi de mes amis", suivi donc de "Contre enquête : L'affaire Bernardi de Sigoyer". Télé Poche annonce un "Bernardy" avec un Y, ce qui est une erreur.

J'étais aux anges, pour la dernière fois, de voir ma chère Muriel. Je ne me souviens pas de la réaction de mes parents, qui fut sans doute indifférente. Le film lui même n'est qu'une reconstitution d'un procès criminel, et n'a rien d'extraordinaire. Je ne sais pourquoi, il fut un temps par la suite où je crus que cela faisait partie de l'anthologie "Messieurs les jurés" dont les épisodes sont bien plus longs.

Je suis heureux, mais le lendemain, les jours, les semaines, les mois suivants vont passer sans Muriel. C'est là que je vais tomber de mon nuage.

C'est une page qui se tourne, je quitte le collège pour le lycée en juin, où je vois pour la dernière fois mon ami Francis.

Muriel, que j'ai tant aimée, que j'aime encore, disparaissait du paysage audiovisuel. C'est l'une des plus grandes injustices du monde de la télévision qui survenait.

Le téléfilm passe vite, cinquante minutes. Ce n'est pas le film le plus passionnant de Muriel, on est loin d'Annunciata ou de Marguerite de Bourgogne.

C'est vraiment trop bête et trop injuste, "la vie, quelle gifle" comme aurait dit Muriel.

2 avril

Décès du président Georges Pompidou que l’on apprend en direct pendant « Les dossiers de l’écran », qui diffusait ce soir-là « L’homme de Kiev ».

25 juillet, Montélimar

Au matin, nous partons pour Bagnoles-de-L’orne, la veille j’ai vu le premier épisode de « Un curé de choc », et hélas Muriel joue dans le troisième, « Le marié s’envole ».

26 juillet, Bagnoles-de-L’orne

Muriel fait sa toute dernière apparition à la télévision française dans « Un curé de choc », et hélas je ne la vois pas. Je suis loin de penser alors que sa carrière est terminée.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article