Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

LUCIDE LUCILE

23 Janvier 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #CARRIERE DE MURIEL

Lucide, Lucile, réalisé par Jean Paul Sassy, diffusé le mardi 8 août 1967, tourné fin 1966. Pour l'occasion, télé poche consacre sa seconde couverture à Muriel.
 

Il met en vedette l’actrice Juliette Mills,  et un comédien qui quitta vite le métier, Daniel Sola. On perd sa trace en 1970.

Lucile est une jeune femme assez facile : à peine s’est elle fait draguer à Saint Germain des Près au café Bonaparte par l’insolent et arrogant Jean Marc (Daniel Sola) qu’elle se retrouve dans son lit.

Par son jeu, Juliette rappelle un peu la regrettée Marie-France Pisier.

Jean-Marc l’invite à une fête chez lui, mais en fait ils sont seuls.

Lorsqu’elle rentre chez elle, elle se retrouve face à sa mère (Léa Gray) et sa sœur Laurence (Fanny Gaillard). Lucile se moque de sa mère qui n’est jamais satisfaite des domestiques.

Une nouvelle bonne, Yvette (Evelyne Ker), se présente pour la place. On remarque à quel point la vieille est pénible.
La mère fait une préférence pour sa fille Laurence qui n’est pas du même père que Lucile.

Lucile se donne à Jean-Marc et souhaite l’épouser. Elle est d’une naïveté confondante.

Mais lorsque Lucile présente son amant à sa sœur, ce dernier apprend que Laurence est l’héritière d’une immense fortune et il commence à lui faire la cour. Yvette la bonne révèle tout ce qu’elle voit à Lucile.

On n’imagine pas pire cruche que cette Lucile, qui bafouée, va rester amoureuse du goujat. Laurence défie sa sœur, en lui reprochant d’avoir si vite couché avec Jean Marc. Ce dernier a avoué à Lucile que c’est la fortune de Laurence qui l’intéresse, mais la mère et Laurence n’en croient rien.

La mère conduit assez vite sur la route, Laurence est à ses côtés, Lucile à l’arrière. Elle s’aperçoit qu’à un carrefour, sa mère n’a pas vu l’autre conducteur et ne dit rien. L’accident est spectaculaire.

Les secours arrivent rapidement. C’est grâce à cela que Muriel Baptiste va entrer en scène car elle est la sœur du médecin qui arrive sur les lieux, le dr Menesson (Marc Cassot), même si Marc Cassot né en 1923 a pile vingt ans de différence avec sa « sœur ».

La sœur a été tuée sur le coup, la mère va agoniser à l’hôpital en regrettant que ce ne soit pas son autre fille qui soit morte !

Le notaire (François Bercher) apprend à Lucile qu’elle est l’unique héritière de la famille, et il lui demande de se montrer lucide. Mais lorsque le muffle Jean Marc revient à charge, Lucile se laisse faire.

Lucile doit aussi faire face à sa conscience, car elle a regardé la voiture arriver à vive allure sur sa droite et n’a rien dit.

Yvette lui fait la morale : « Pourquoi  le recevez vous ?  Il ne vous a pas fait assez de mal ? ».
« Il ne reviendra plus » dit Lucile qui accepte une invitation à dîner du docteur Menesson, amoureux d’elle.

On pourra trouver que le médecin est un peu vieux pour elle.  Juliette Mills née en 46 n’a que deux ans de moins que Muriel.

Menesson commence à parler de sa sœur, Agnès (Muriel Baptiste) censée avoir 18 ans, mais l’âge du docteur n’est jamais mentionné.

Et voici la rencontre entre Agnès et Lucile, Muriel Baptiste entre ENFIN en scène !

Muriel compose ici une jeune femme pleine de joie de vivre, un peu fofolle, qui contraste avec les autres comédiens : Marc Cassot joue les hommes mûrs dans un registre grave, Daniel Sola est l’image du parfait salaud, et Juliette Mills semble parfois un peu perdue.

A suivre…

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article