Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Les rôles manqués

30 Avril 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #CARRIERE DE MURIEL

Au cours de sa carrière, Muriel a raté nombre de rôles. Elle même était difficile dans ses choix à l'époque où elle tournait beaucoup. Elle en a donc refusé privilégiant la qualité à la quantité, mais ignorant alors que sa carrière s'arrêterait en plein vol et sans raisons en 1974.

On peut s'interroger sur son remplacement par Anne Alvaro dans la pièce "Dieu aboie-t-il?" en février 1971. Elle l'annonce un mois plus tôt dans la presse, et les artistes, par superstition, ne disent pas en général leurs projets à moins que les contrats ne soient signés.

Elle est payée et reçoit son cachet pour finalement ne pas apparaître dans "La cavale" de Michel Mitrani (tourné en juillet 1971). Mais si l'intégralité de ses scènes se trouvent coupées au montage, on peut en déduire qu'elle ne tenait qu'un petit rôle.

"L'homme de Marrakech", par la présence de l'acteur américain George Hamilton aurait eu l'avantage de la faire connaître par le public international. Cette-fois, on peut supposer que son personnage fut carrément supprimé du script, car aucune actrice ne la remplace au générique (Claudine Auger était annoncée comme premier rôle dans l'article de Télé 7 jours qui annonce la présence de Muriel dans le film). A l'arrivée, on recense dans la distribution George Hamilton et Claudine Auger.

Il est également fort regrettable que personne n'ait fait appel à elle en vedette invitée dans les séries "Arsène Lupin", "Schulmeister", "Les brigades du tigre", "Les nouvelles aventures de Vidocq",  toutes tournées en couleur, ces séries ayant été commencées alors qu'elle était encore dans le métier. Cela n'aurait guère engagé un metteur en scène, puisque c'était pour un épisode. On voit d'ailleurs sa concurrente de "La princesse du rail" Marie-Claude Mestral dans un épisode des "Brigades du tigre" ("L'auxiliaire").

Il semble que Muriel a été victime d'une cabale de gens qui lui ont fait une mauvaise réputation, en premier lieu Jean Delannoy auquel elle fit faux bond le soir de la première des "Sultans", refusant de se voir à l'écran. Il est aisé de deviner qu'après cela, elle ne fut plus invitée aux premières, elle brille par son absence à celle des "risques du métier".

Il tient parfois à peu de choses pour qu'un acteur devienne tricard. Sur la propagation de rumeurs, qui ne sont pas une invention de ma part. Muriel a déclaré en 1971 dans son interview de Télé 7 jours : "Les autres ne comprennent pas que je veuille pas me voir à l'écran, je me suis brouillé ainsi avec des tas de gens".

En revanche, dans les coproductions, sa présence (ou d'une autre actrice française) était impossible parfois, c'est le cas de "Aux frontières du possible" de Claude Boissol. Alors que je regrettais que le rôle tenu par Elga Andersen n'ait pas été proposé à Muriel, le fils du metteur en scène m'expliqua que par contrat, c'était forcément une allemande qui allait tenir le rôle de la partenaire de Pierre Vaneck.

Muriel n'a pas assez tourné, et nous laisse finalement frustrés, même si l'on tient compte de la brièveté de sa carrière, on aurait pu la voir plus.

 

Les rôles manqués

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article