Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Muriel en décembre 1978

4 Juin 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #LA VIE DE MURIEL

J'ai un jour reçu le message suivant d'un certain "Redboard".

"En décembre 1978 j'ai rencontré muriel. A l'époque ma compagne d'alors travaillait à la SFP et elles s'étaient rencontrées sur un tournage. Nous avons dîné ensemble tous les trois. Au début cela était un peu intimidant mais marquant, la preuve cela fait maintenant 30 ans et je me rappelle encore de son rire. Le souvenir que j'ai gardé d'elle (évidement pas de photos dédicacées) est de quelqu'un de très fantasque et volubile, parlant de tout très vite. Dans ces temps reculés nous habitions rue Pigalle pas très loin l'un de l'autre. Néanmoins je ne l'ai jamais plus rencontrée".

Me rendant souvent à Paris, j'ai un jour rencontré cet homme, qui n'a pas décliné son identité, ni celle de sa compagne de l'époque. Nous avons pris un verre au bar situé 1 avenue du cimetière parisien. Il m'a parlé d'une autre anecdote, mais concernant Maurice Biraud, qui n'a rien à voir avec ce blog, et que je ne relaterai pas. 

 

Je me suis abstenu dans mes livres de mentionner ce témoignage. Tout d'abord parce-qu'il ne nous apprend pas grand chose. En face à face, sur Muriel, il ne m'a rien dit d'autre, sinon qu'il pouvait s'être trompé de mois, et la rencontre aurait alors eu lieu en novembre (et non décembre). Il m'a précisé que l'amie inconnue de Muriel (son ex-compagne) percevait parfois un salaire assez important quand elle travaillait, bien supérieur au sien. Mais il ne parlait pas des finances de Muriel, dont je pense il ne savait rien.
 
Je dois dire que je n'étais pas de la meilleure humeur qui puisse être, car il m'a téléphoné en me disant qu'il m'attendait à la sortie du cimetière sans préciser si c'était l'avenue du Général Leclerc ou l'autre entrée, de sorte que j'ai fait tout le trajet à pied. C'est le plus grand cimetière de la capitale.
 
Je trouve dommage que ce "Redboard", dont je n'avais qu'une adresse mail et un numéro de portable, n'ai pas voulu en dire plus. Sur le dîner, il m'a seulement dit qu'il s'étaient tous trois (Muriel, sa compagne et lui) assis par terre ou mis en tailleur, et si je me souviens bien, car je n'ai pas pris de notes sous son nez, ils ont mangé chinois.
 
"Fantasque et volubile", voilà ce dont il se souvient de Muriel. A partir de 1974, les gens à l'avoir rencontrée sont rares. Et dans le cas présent, au fond, Redboard ne nous apprend pas grand chose. Je n'ai rien dit en le rencontrant, et il n'a pas fait allusion à une quelconque maladie ou prise de poids de Muriel. Cette rencontre remonte maintenant à plusieurs années, et je n'ai plus entendu parler de lui.
 
"Fantasque" est un mot que d'autres témoins (surtout de sa profession) ont utilisé pour parler de Muriel.

 

Muriel en décembre 1978

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article