Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

20 août 1972

20 Août 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

La première année de vacances à Bagnoles de l'Orne était un peu austère, pas de radio, ni de télévision. La vie devenait bien réglée à la villa "Les lierres". Chaque soir, nous allions sur recommandation des propriétaires aller chercher du lait à la ferme.

Nous faisions la queue avec le pot en fer à la disposition des locataires de la pension de famille.

J'ai omis de signaler hier que nous avons été une fois au mont Saint Michel. Mais ayant été quatre années de suite à Bagnoles de 1972 à 1975, les souvenirs s'embrouillent. Tout au plus puis je dire que je me suis rendu deux fois (ou trois)  au Pont de Tancarville (mon chien figure sur une photo prise avant le quatrième séjour car il est mort en juin 1975). Nous avons été une fois à Deauville, Trouville et Lisieux.

Cette absence de poste de radio fait que l'été 1972 dans sa partie normande n'est pas liée à des chansons ou musiques contrairement à août 1973 (que je relaterai sur ce blog, je me suis pour l'instant contenté pour 1973 de la période du 1er janvier au 30 juin).

En 1973, mon amour pour Muriel sera encore plus fort que l'année d'avant et la chanson de Fugain "Chante comme si tu devais mourir demain" sera mon hymne. Elle passait tous les jours à la radio rivalisant la première place du hit parade avec "La maladie d'amour" de Sardou.

Pendant ce temps, après un été où elle avait à partir de la double diffusion de "La Princesse du rail" et des "Dernières volontés de Richard Lagrange" été au cœur de l'actualité, Muriel Baptiste apprenait sans doute le texte de ce qui sera son dernier feuilleton, "Le Premier juré".

Je lisais beaucoup (les deux "Saint", "Bob Morane", et un livre que ma mère avait lu, "Les seigneurs loups" de Delly. Un jour, le facteur vint vendre aux pensionnaires de la villa les lierres un livre au bénéfice d'une œuvre caritative des PTT, un roman d'Aimé Blanc, "Le drame de l'an 3000". Je ne l'ai lu qu'en...2011. Mes parents en avaient été déconcertés, la science fiction n'étant pas leur tasse de thé.

A la télévision à 18h30 sur la Une revenait la série "Le Prisonnier" avec Patrick Mc Goohan, juste après "Camion stop". L’épisode s’appelait « La liberté pour tous ».

A compter de 1980, chaque 20 août, j'aurais une pensée pour Joe Dassin qui durant "les années Muriel" était une grande vedette.

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article