Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Jeudi 21 septembre 1972

19 Septembre 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’évènement du jour est le suicide de l’écrivain Henry de Montherlant, mais à treize ans, cette mort est passée pour moi totalement inaperçue.

C'est le 13e et dernier épisode de "Aventures australes" : "L'île de la fraternité". La série sera remplacée jusqu'aux fêtes de Noël par "Sam Cade", un shérif qui se déplace à bord d'une jeep. « Aventures australes » fut rapidement oublié des téléspectateurs français, en particulier en raison de sa programmation estivale, à cette époque, nos compatriotes ne regardaient pas la télévision en juillet août.

Pas de possibilité de regarder "Les Saintes chéries" en raison de mes horaires de collège, mais ce n'est pas grave. C’est l’épisode « Eve et ses enfants », quatrième épisode de la saison 1 de 1965.

A noter que de 15h à 16h45, Georges Pompidou monopolise les deux chaînes par une conférence de presse.

La 2 propose une version de plus des "Misérables" avec en Jean Valjean le comédien Georges Géret. Elle sera vite oubliée. On retiendra celles où Jean Valjean était interprété par Harry Baur (1934), Jean Gabin (1958) et Lino Ventura (1982), mais pas celle de Georges Géret.

Nicole Jamet est peu convaincante en Cosette, tout comme Bernard Fresson en Javert. Thénardier est joué par Alain Mottet. Histoire trop connue, trop adaptée, et surtout mal programmée, en semaine, le jeudi soir. S’il a beaucoup de séries où je regrette l’absence de Muriel, « Les Misérables » n’en fait pas partie.

Le toulousain Claude Nougaro devait passer en télévision mais pas à 20h30 chez Guy Lux mais à 22h20 sur la Une dans "A bout portant". L'émission est reportée au 20 octobre en raison d'une grève.

C'était l'hypocrisie de l'ORTF qui écartait toute une série de chanteurs des heures "grand public".

Je ne comprends toujours pas grand chose au feuilleton "Danse sur un arc en ciel". Les téléspectateurs l’oublièrent vite et il ne fut jamais rediffusé.

J’étais en classe de quatrième. Ce fut ma meilleure année au CES des fourches. Sans doute, la programmation des séries avec Muriel, ainsi que « Amicalement vôtre », « L’homme qui revient de loin », les rediffusions de « Match contre la vie », « Le Saint », « Chapeau melon et bottes de cuir » et « Les globe-trotters » firent de cette année une cuvée exceptionnelle, surtout si l’on compare avec les programmes de l’année suivante 1973-74.

C’est aussi l’année où j’ai le plus vu Muriel, après l’été, il y aura « Les Rois maudits », « Les Risques du métier » et « Le Premier juré ». J’étais aux anges, pensant que cela durerait éternellement. Il y avait chez moi un émerveillement, une naïveté, une candeur, qui se dissiperont par la suite. Il faut dire que la saison 73-74 ne me permettra de voir Muriel que deux fois (« La double vie de mademoiselle de la Faille », « L’affaire Bernardi de Sigoyer »).

En dehors de Francis, je me souviens de camarades de classe, de professeurs. Tout ce passé est inscrit dans ma mémoire comme ma plus belle année.

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article