Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Mardi 28 novembre 1972

25 Novembre 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Dalida reçoit chez Danièle Gilbert Pierre Groscolas, Dominique Pankratoff, le violoniste Claude Molenat et Hervé Vilard. L’émission a été gardée sur le site de l’INA, et Dalida se déguise en père Noël.

Le film de l’après-midi sur la deux était « Miquette et sa mère », d’Henri-Georges Clouzot, avec Louis Jouvet, Bourvil et Danièle Delorme. Il date de 1949.

Seuls les retraités et les femmes au foyer pouvaient le voir. Rappelons qu’en 1972, c’était le plein emploi, il n’y avait que très peu de chômeurs.

Les dossiers de l’écran sont consacrés au journalisme : le film « Bas les masques » de Richard Brooks avec Humphrey Bogart (1952) illustre l’émission. Sur la une, il y avait « La piste aux étoiles ». Brooks réalisera en 1978 « A la recherche de Mr Goodbar » avec Diane Keaton qui est un de mes films culte.

Je pense que mes parents et moi avons regardé le film des dossiers de l’écran.

A 21h25 sur la Une, « Les cent livres », l’émission de Claude Santelli est consacrée au « Prince » de Machiavel. L’émission est sur le site de l’INA. Michel Bouquet lit des extraits du livre. Sont invités Bertrand de Jouvenel et Laurent Salini.

Muriel devait être comme moi : attendre avec impatience la diffusion des « Rois maudits ». Elle pensait, ce qui était légitime, que ce rôle lui ouvrirait de nouveaux horizons, la ferait passer à la grande notoriété, lui permettrait d’avoir de nombreuses propositions.

Claude Barma sera reçu à « Samedi soir », mais Philippe Bouvard  ne lui parle que de la scène cruelle de l’exécution du roi Edouard dans le cinquième épisode des « Rois maudits », « La louve de France » : aucun mot sur les comédiens. C’est le samedi soir du 27 janvier 1973. Gilbert Bécaud est venu en invité inattendu, et connaît Barma qui a mis en scène « Croquemitoufle » au cinéma en 1959. L’interview de Bouvard est frustrante. Trop peu de temps est dédié à Barma : il y a André Pousse, Bécaud, Elga Andersen, Joe Dassin, Pierre Perret. François Chalais, Jane Birkin et Serge Gainsbourg, et un certain Noé Willer, horripilant, qui a fait les beaux arts, et vient chanter « Le monde à l’envers ». Barma est presque venu faire de la figuration chez Bouvard. Son temps de parole a été vraiment limité. Notons que Bouvard interviewe ensuite Robert Thomas qui a écrit « Un curé de choc », dernier rôle de Muriel. L’émission dure 1h02 minutes, et il y avait beaucoup trop d’invités pour que chacun puisse s’exprimer.

En fait, peu d’émissions seront consacrées aux « Rois maudits » en 72-73. Ce seront essentiellement Claude Barma et surtout Maurice Druon qui auront la parole, et pas les comédiens.

Dans « Auvergne actualités », le mardi 16 janvier 1973 Maurice Druon

fait un parallèle entre littérature et télévision. Mais la seule véritable émission sur le tournage est « Micros et caméras » le samedi 8 janvier 1972, on y voit des comédiens de la saga mais pas Muriel.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article