Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Samedi 10 mars 1973

7 Mars 2018 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Je l’ignorais mais ce jour-là commençait une spirale de bonheur qui allait durer jusqu’à la fin avril. Ensuite, je passerai un merveilleux printemps et été à rêver à Muriel mais ne la reverrai plus de l’année.

Dans l’émission des Carpentier, « Devine qui est derrière la porte », animée par Roger Pierre et Jean-Marc Thibault, apparut Alan Stivell qui chanta « Tri Martolod ». Dès la première écoute, j’ai adoré cette chanson, et me promettais d’acheter le disque. En allant chercher ce 45 tours le vendredi 16 de cette semaine, j’allais retrouver Muriel !

J’ai raconté l’histoire plusieurs fois sur ce blog, et pour les lecteurs habitués, il n’y a évidemment pas de suspense.

Ce samedi 10 mars 1973 n’avait pourtant rien d’exceptionnel au départ. Dans « Devine qui est derrière la porte… », en dehors de Stivell, il y avait Michel Delpech, Seda Aznavour et Juliette Gréco. L’émission était suivie par un épisode particulier de « L’homme de fer », « Les péripéties du sergent Brown ». Dans ce dixième épisode, qui fait partie de la saison 3 aux USA, le fourgon de Robert Dacier, le héros, brûle en tombant dans un ravin. A la fin de l’épisode, il se voit offrir par le commissaire Randall une fourgonnette moderne, alors que dans les précédents épisodes tournés depuis 1967, et vus en France depuis novembre 1969, Dacier se déplaçait dans une antiquité. Un vieux fourgon ressemblant à un camion militaire.

Comme l’ORTF avait une diffusion anarchique des épisodes, les français reverront ensuite le vieux tromblon !

En dehors de cela, Régine recevait à « Miditrente » Nino Ferrer alors au creux de la vague dont il sortira deux ans plus tard avec « Le sud ».

A 15h05, 12e et dernier épisode du « Saint », « Le fugitif », une histoire d’ancien nazi réfugié à Lima au Pérou.

Puis à 18h20, 5e épisode de « La porteuse de pain ».

J’ai oublié Bouvard et son « Samedi soir » à 22h25. Sur le site de l’INA, je vois que les invités étaient Maurice Ronet, Mireille Mathieu, Stone et Charden, le cascadeur Jean Sunny, Serge Lama et Annabel Buffet.

Télé Poche mettait en couverture Jacques Martin et en page 2, une photo couleurs de Sylvie Kuhn, éphémère héroïne de « L’Alphoméga ». Cette actrice a fait une toute petite carrière de 1973 à 1983 avec seulement sept rôles dont une figuration et un court métrage.

Dans « Les indiscrétions d’Aglaé », on parle d’Anny Duperey, Maria Mauban et Roger Coggio, Alain Barrière, Claude Chabrol et Thalie Frugès.

Thalie Frugès tournera 11 rôles, dont « Le magnifique » avec Belmondo et « Paradis pour tous » avec Dewaere. Elle est serait morte jeune, à 41 ans, en 1988, si l’on en croit le site Internet Movie Data Base, mais si vous cherchez sur la toile, elle est toujours bien vivante, se porte comme un charme et a 71 ans. Elle a tout arrêté en 1982, vit en Allemagne et est la mère de l’actrice Ophelie Koering.

Samedi 10 mars 1973

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article