Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Muriel en portrait dans Mlle de la Faille

31 Janvier 2009 , Rédigé par patricks Publié dans #ALBUM PHOTOS

TABLEAU-CLEMENCE-DE-LA-FAILLE.png

Lire la suite

Les décors de "Maigret aux assises"

31 Janvier 2009 , Rédigé par patricks Publié dans #CARRIERE DE MURIEL

Tourné début 1971, seizième épisode de la série "Les enquêtes du commissaire Maigret", et l'un des derniers en noir et blanc, "Maigret aux assises" (dont l'image marque le poids des années) nous ramène dans la France des années 60, avec ces décors que l'on voit aussi dans "Les cinq dernières minutes".

Vers la fin du téléfilm, nous voyons Muriel prendre un autocar sur la place d'un village. L'image en noir et blanc accentue le côté "désuet" de la séquence. Il s'agit là typiquement du témoignage d'une France de province qui a disparu. J'ai dans ma mémoire une place qui lui ressemble, à Bagnols sur Cèze dans le Gard, où il y avait aussi un autocar, et cela remonte à environ 1969.

"Maigret aux assises" avec le personnage de Gaston Meurant et sa boutique d'encadreur, les estafettes de gendarmerie, évoque davantage les années 60 que 70.

La scène où Gaston Meurant (Jacques Serre) épie sa femme Ginette (Muriel Baptiste) la nuit près d'un lampadaire de rue nous fait penser à un film noir.

Bien que l'on voit longtemps Muriel dans "Maigret", ce n'est pas le film d'elle que je regarde le plus souvent. Tout l'épisode a le parfum d'une vieille carte postale fânée par le temps. Heureusement, l'image noir et blanc du feuilleton "La princesse du rail" a mieux resisté.

Maigret

Lire la suite

Propos de Muriel lors d'interviews

31 Janvier 2009 , Rédigé par patricks Publié dans #INTERVIEWS DE MURIEL

La principale interview qu'ait donnée Muriel Baptiste le fut à Télé Poche le 12 juillet 1972.
Voici quelques déclarations qu'elle fit:
(A propos de la diffusion de deux séries d'elle le même jour)

"Vous croyez que c'est bon pour moi? Deux fois par jour, c'est drôle! Je ne vais plus pouvoir regarder la télévision"

"Le soir de la première de Gala des "Sultans", j'avais promis à Jean Delannoy, le metteur en scène, de venir et il m'avait réservé une place près de lui. J'avais même acheté une robe longue exprès pour cette occasion. Une fois maquillée et habillée, j'ai été prise d'une telle panique que je suis restée clouée sur place. On m'attend encore!"

A propos de la série "Les dernières volontés de Richard Lagrange" et son rôle:
"Une fille pas tellement comme les autres, parce que le rôle a été un peu modifié en cours de tournage. Il a, je crois, plus de force et de caractère qu'au départ. Cette fille a son destin d'infirmière bouleversé par le testament d'un homme qui est peut être son père. Elle doit affronter une série d'évènements. Ce n'est pas simple, mais elle est de taille à leur faire face."

A propos du choix de ses rôles:
"Je ne sais pas, je ne choisis pas mes rôles en fonction de leur importance mais de leur caractère. Qu'ils soient comiques ou dramatiques ou les deux - le rêve! - il faut que le personnage intéresse, qu'il vive, qu'il agisse. Voilà, je crois que je deviens de plus en plus exigeante sur ce point. Et il m'est arrivé de refuser des tas de choses jusqu'à ce que je trouve le rôle dont j'ai envie".

Sur sa carrière et ses rôles:
"D'abord, il y a eu "Gigi", celui de mes débuts, passionnant en lui-même et qui plus est pour moi l'image même d'une chance extraordinaire, celle d'avoir été choisie alors que je ne connaissais personne ou presque dans le métier. Il y avait deux mois que je prenais des cours à la suite d'un concours de circonstances incroyable: un metteur en scène italien voit ma photo dans un magazine. Il me cherche partout, me trouve chez Catherine Harlé où je posais pour des photos publicitaires, me fait prendre des cours de comédie alors que je n'y pensais nullement - moi mon rêve c'était d'être journaliste - et au bout du compte le film ne se fait pas... mais je suis choisie pour "Gigi"!

Sur son rôle de Marguerite dans Les rois maudits:
"Je ne savais pas que j'avais tout ça en moi. Le travail a été merveilleux mais épuisant. J'ai été malade après. Il m'a fallu me reposer, voyager pour enfin me retrouver et je n'ai rien fait depuis. C'était en mars (1972)."
"Barma m'a dit que c'était formidable, je préfère rêver le plus longtemps possible avant de juger".

Ci-dessous, Muriel avec Tony Taffin dans "Les dernières volontés de Richard Lagrange", le comédien jouait déjà avec elle dans "Lancelot du lac" (Il était le roi Artus)


 

Propos de Muriel lors d'interviews
Lire la suite

Voyage dans le passé grâce à l'INA

31 Janvier 2009 , Rédigé par patricks Publié dans #VIDEOGRAPHIE

J'ai regardé les journaux télévisés "24 heures sur la Une" des jeudis 21 et 28 décembre 1972 sur le site de l'INA. Je ne les avais sans doute pas regardé à l'époque. Académique, rébarbatif, c'est surtout l'actualité politique qui domine, Robert Boulin annonçant la fin de la session parlementaire jusqu'aux élections de mars 1973,  Nixon et la guerre du Vietnam, Brejnev et le 50e anniversaire de l'URSS, Willy Brandt et le traité RFA/RDA,  une soirée Unicef à l'Opéra avec Omar Sharif et Mme Pompidou commentée par Léon Zitrone, des incidents graves en Irlande du Nord, une rétrospective de l'année 1972 qui parle des robots envoyés sur Mars et de l'attentat des JO de Munich.


A l'époque, les JT n'avaient absolument aucun côté ludique, tout est contrôlé par l'état, académique, ennuyeux. On ne risque pas de tomber sur une interview de Barma, Jean Piat ou même Muriel.

Ces JT correspondent aux jours des premières diffusions des "Rois maudits".

A noter que je ne me souviens absolument pas quelle série télé était diffusée après les Carpentier à l'automne 1972 le samedi soir. J'ai noté les programmes avant et après mais de septembre à début décembre, ma mémoire me fait défaut et je ne retrouve aucun magazine ou cahier de l'époque. J'ai noté ce qui a été diffusé au début de l'année: "La demoiselle d'Avignon", "La malle de Hambourg", "Chaparral", "Mandrin" et peut citer toute l'année 1973.


Annunciata 22 février 1967

Lire la suite

Le chagrin

30 Janvier 2009 , Rédigé par patricks Publié dans #DIVERS

Je comprends que la plupart des gens ne parviennent pas à concevoir que j'ai un tel chagrin de la mort de Muriel Baptiste.
Après tout, je n'ai connu la carrière de cette comédienne que durant sept ans (de 1967 à 1974), sans plus jamais avoir de nouvelles ensuite puisqu'elle s'est fondue dans l'anonymat.
Muriel n'aura tenu en dix ans de carrière qu'une vingtaine de rôles et j'en ai vu à peine la moitié.
Et puis, elle et moi ne nous sommes jamais connus personnellement, elle n'a d'ailleurs jamais su que j'existais en tant qu'admirateur.
Muriel Baptiste représente pour moi le monde de l'enfance. Tout n'était pas rose, mais la réalité de la vie d'adulte m'a bien déçu pour que je lui préfère à ce point le souvenir de Noël 1972 par exemple.
Après la disparition médiatique  de Muriel en 1975, et surtout l'échec de mon enquête pour retrouver l'actrice entre 1987 et 1990, j'étais persuadé que jamais plus je n'entendrais parler d'elle.
Cela ne m'empêchait pas de penser à elle, mais avec toujours en tête l'image de Marguerite de Bourgogne.
Lorsque j'ai eu internet, en décembre 2001, j'ai repris des recherches mais l'on ne trouvait aucun élément biographique à propos de Muriel sur la toile.
La seule mention de son suicide se trouvait dans un ouvrage d'Yvan Foucart paru en 1999: "Le dictionnaire des comédiens français disparus", livre que je ne connaissais pas.
Quelques personnes du métier étaient au courant: Hélène Duc, Henri Spade, mais la plupart de ses partenaires ignoraient sa mort.
Je ne l'ai appris en lisant un magazine que le dimanche 6 novembre 2005, et depuis, loin de s'estomper, le chagrin n'a fait que grandir.
Je reste persuadé que si Muriel avait continué sa carrière et vielli, cette passion se serait "normalisée" chez moi avec la maturité. Je l'aimerais sans doute toujours, mais comme une actrice préférée.
On ne refait pas l'histoire, les choses sont ainsi, il reste d'ailleurs autour de la fin de carrière et du suicide de Muriel nombre de mystères dont je connaîtrai jamais la teneur.
J'ai maintenant contacté trop de gens du métier ou ayant connu Muriel et si j'avais dû savoir certaines choses, avec les investigations entreprises, la tenacité dont j'ai fait preuve, ce serait fait.
Muriel a emporté ses mystères avec elle, je suis d'ailleurs persuadé qu'elle a tout fait pour que le public et même ses anciens partenaires de comédie ne sachent pas ce qu'il lui est arrivé.
Il me reste le chagrin, l'amour intact tel que je le ressentais en 1972...


marguerite a chateau gaillard 3

Lire la suite

Comment Muriel fut choisie pour des rôles...

29 Janvier 2009 , Rédigé par patricks Publié dans #CARRIERE DE MURIEL

Pour "Gigi", en 1964, Muriel s'est elle même portée candidate et a triomphé de ses concurrentes.

En 1966, pour le rôle d'Annunciata dans "La princesse du rail", Henri Spade le réalisateur fut contacté par Renée Saint Cyr. Muriel vivait chez cette dernière avec laquelle elle avait joué "Gigi". C'est Henri Spade lui même qui m'a raconté cette anecdote lors d'un entretien en janvier 2006. Spade décida de se passer d'un imprésario et engagea Muriel sur la recommandation de Renée Saint Cyr.

Pour "Les rois maudits", étant donné que c'est une réalisation de Claude Barma, on peut supposer que Muriel a obtenu le rôle après avoir figuré dans "Maigret aux assises" produit par Barma.

Muriel déclarait à télé poche début 1974 que dans la vie, elle aimait rire et faire rire, et souhaitait tenir des rôles comiques, mais son rôle fort de Marguerite de Bourgogne incitait, d'après ce qu'elle disait, les metteurs en scène à lui proposer des rôles similaires et très dramatiques comme celui d'Irène Leblond dans "L'affaire Bernardy de Sigoyer".

On peut également supposer que si elle a tourné trois fois sous la direction de Burckhardt et de Ducrest, elle fut dès la seconde fois contactée parce qu'elle avait été brillante et que le courant avait passé.

C'est un producteur italien qui aurait engagé Muriel pour "Les sultans". A ce sujet, il demeure une incertitude, en effet un italien avait vu Muriel sur une photo de mode dans l'agence de Catherine Harlé et voulait absolument l'engager pour un film. Mais lorsqu'il trouva Muriel, la production du film tomba à l'eau, donnant cependant à Muriel l'idée de devenir comédienne (ce qu'elle a fait avec "Gigi"). Selon les articles de presse, ce producteur italien a (ou n'a pas) imposé Muriel dans "Les sultans" qui portait le titre "L'amante italiana" et avait comme vedette Gina Lollobrigida.


Muriel avec Daniel Gélin dans "Les sultans"

Avec-Daniel-Gelin-dans-Les-Sultans.jpg

Lire la suite

Les "rivales" de Muriel Baptiste

29 Janvier 2009 , Rédigé par patricks Publié dans #NOSTALGIE 70

D'après Wikipédia, Muriel était "la petite fiancée des français" à l'époque ORTF au même titre que Paloma Matta, Lyne Chardonnet, France Dougnac et Yolande Folliot.
Yolande Folliot est devenue célèbre en 1976 avec "La poupée sanglante", alors que l'ORTF n'existait plus.
France Dougnac n'est pas de la même génération que Muriel, on la voit dans deux feuilletons ORTF en 1973: "Le neveu d'Amérique" et "La mer est grande", à une époque où la carrière de Muriel est quasi terminée.

Paloma Matta ("La femme en blanc"   dans une série fantastique en 1970, Constance Bonacieux dans le "D'Artagnan" de Barma en 1969, et Lyne Chardonnet (Herminie dans "Les gens de Mogador") sont par contre des exemples judicieux. Et Muriel aurait été merveilleuse dans ces séries (Encore que Muriel avait plus la stature de Milady de Winter que de Constance Bonacieux).

Dans la génération de Muriel Baptiste, certaines comédiennes étaient en effet en concurrence avec elle, il suffit de se rappeler que Geneviève Grad fut préférée à Muriel pour le rôle de la fille de De Funès dans "Le gendarme de Saint Tropez". Marion Game (que Muriel remplaça dans les dernières représentations de "Tchao" avec Pierre Brasseur) ou Evelyne Dress sont aussi de cette trempe.

On pourrait également citer la canadienne Louise Marleau ("Sébastien parmi les hommes", "Joseph Balsamo") ou Maureen Kerwin ("L'héritier" avec Belmondo, un des premiers "Commissaire Moulin" avec Yves Rénier).

Curieusement, Muriel Baptiste n'a pas tourné dans des séries ORTF comme "Arsène Lupin", "Les gens de Mogador", "Les nouvelles aventures de Vidocq" qui nous permettraient aussi de la revoir en couleurs dans des séries éditées en dvd.

Muriel en infirmière blonde dans "Les dernières volontés de Richard Lagrange", tourné en 71, diffusé en 72.

Infirmière blonde

Lire la suite

La 2 cv de "Richard Lagrange"

29 Janvier 2009 , Rédigé par patricks Publié dans #ALBUM PHOTOS

Voici la 2 cv de Monique (Annie Sinigalia) dans "Les dernières volontés de Richard Lagrange". Ici avec Muriel.

En-voiture-avec-une-amie-dans-Richard-Lagrange.jpg

Lire la suite

La première scène de Muriel dans "Richard Lagrange"

29 Janvier 2009 , Rédigé par patricks Publié dans #CARRIERE DE MURIEL

Voici la première scène de Muriel dans "Les dernières volontés de Richard Lagrange", feuilleton qui n'a pas été rediffusé depuis 1972.

Avec Annie Sinigalia dans Richard Lagrange

Comme chaque matin, Geneviève et son amie Monique – l'une étant infirmière et l'autre secrétaire médicale à l'Office de Santé à Genève – avaient quitté la maison de Mme Lebrun, chez qui Monique prenait pension, dans la petite ville de Saint Julien, toute proche de la frontière suisse, Les deux jeunes filles se rendaient à leur travail dans la vieille voiture de Monique, « Rosalie », une 2 cv, qui roulait plutôt par habitude, et qui était ornée d'une rimbambelle de fleurs,

 

A l'Office de Santé, la routine quotidienne les attendait: l'interne, un gentil garçon; le docteur Terrier, un grand bonhomme; des familles pas toutes francophones; des gosses intimidés ou trop dégourdis, A la pause du déjeuner, elles s'étaient installées dans le même angle du même petit restaurant, Comme d'habitude, la conversation roulait sur le travail, les médecins, les enfants, lorsque soudain, il y avait eu l'intervention de ce voisin de table, demandant pardon de son indiscrétion:

 

« Excusez-moi, mesdemoiselles, Je vous entends parler de l'office de Santé, Ma curiosité est d'ordre professionnel: je suis enquêteur, »

 

La quarantaine, un visage aimable, un costume clair, très correct, des manières réservées,,, Les jeunes filles n'ont pas lieu d'être offusquées, L'inconnu tend sa carte, Il explique:

 

« La maison qui m'emploie est chargée de répertorier les différents métiers généralement réservés aux femmes, Or vous êtes infirmières, si j'ai bien compris? Si vous préférez, je peux passer à l'Office mais l'enquête serait plus agréable ici, en déjeunant,,,

 

« D'accord, approuve Monique, que voulez-vous savoir?

 

« Primo, pour nos statistiques, vos noms, dates et lieux de naissance?

 

« Monique Labry, née à Grenoble le 4 juillet 1951 »

 

« Et vous, Mademoiselle? »

 

« Geneviève Lagrange »,

 

« Née à,,, »

 

Geneviève ne se confie pas aussi facilement que son amie, surtout quand on a l'air de lui forcer la main,

 

NB: Cette première scène du feuilleton réunit Muriel Baptiste (Geneviève), Annie Sinigalia (Monique) et Georges Wod (le détective Adrien Le Tort)




Lire la suite

Le roi de fer: la scène manquante...

28 Janvier 2009 , Rédigé par patricks Publié dans #CARRIERE DE MURIEL

Claude Barma a adapté fidèlement "Les rois maudits" mais n'a pas filmé une scène qui se déroule au début du "Roi de fer" et qui nous permettrait aujourd'hui de voir deux comédiens trop tôt disparus: Muriel Baptiste et Patrick Lancelot.

Dans "Le roi de fer", une scène de présentation du personnage de Marguerite de Bourgogne a lieu à l'hôtel de Nesle, Philippe d'Aunay son amant est chargé par Jeanne de Bourgogne de lui remettre un message, les deux amants se savent épiés mais Marguerite ne perd pas son assurance: elle se prélasse sur un fauteuil, les pieds nus, dans une tenue très décontractée.

Maurice Druon a écrit cette scène pour d'une part nous montrer la nature de Marguerite, mais aussi la tension qui existe autour de la liaison des princesses Marguerite et Blanche avec les frères d'Aunay. Dans la série télé, Barma nous montre pour la première fois ensemble Marguerite et Philippe dans la scène d'amour de la tour de Nesle, qui arrive le soir où les templiers Jacques de Molay et Geoffroy de Charnay sont brûlés.

Muriel dans sa première scène dans le rôle de Marguerite dans "Le roi de fer".


9721_1244034546847_1408878678_703559_3074913_n.jpg

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 > >>