Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Dimanche 7 janvier 1973

31 Décembre 2011 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1973

A 12h30, la Une propose une nouvelle émission, "Le luron du dimanche", des variétés présentées par Thierry Le Luron et l'humoriste Patrick Font.du duo "Font et Val", qui sera condamné en 1998 à six ans de prison pour pédophilie.

 

A 17h10, un film avec Fernand Raynaud, "Le mouton". C'est l'année où il va se tuer en voiture.(le 28 septembre).

 

Sur la troisième chaîne débute "Nouvelles de Somerset Maugham", une anthologie (série dont les héros sont différents à chaque épisode). Bien entendu, étant à ses débuts, la chaîne n'est vue que par quelques privilégiés.

 

Pas grand chose à voir à part cela. Adamo est invité chez Drucker pour l'album sans titre avec "Crazy lue".

 

Sur la deux, à 14h20, "L'aventure est au large",  de Richard Thorpe, l'un des rares rôles de James Mc Arthur en dehors de celui de Danno dans "Hawaii police d'état".

 

Télé 7 jours a relevé deux titres de journaux concernant "Les Rois maudits".

Pour l'Aurore : On ne s'ennuie pas un instant et je n'imagine pas, pour les écoliers, une manière plus réjouissante d'apprendre l'histoire".

Pour France Soir : "Je n'aime pas la façon de Maurice Druon de raconter l'histoire de France en bandes dessinées".

 

De Muriel, pas de nouvelles. Elle devait être contente d'être photo en couverture de "Historia"..

 

NOUVEAU SCAN HISTORIA JANVIER 73

 

Lire la suite

Samedi 6 Janvier 1973

30 Décembre 2011 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1973

Marcel Amont est à Miditrente en invité du jour.

 

Trois feuilletons ce jour là : "Les Monroe" à 15h30 avec le septième épisode : "Les sables mouvants", sur la Une, puis passant sur la 2, quatorzième épisode de "Match contre la vie" : "Les Bolides" (hélas aucun souvenir), enfin à 21h30, premier épisode d'une troisième saison de "L'homme de fer", bonne série policière : "Une heure à tuer".

 

Avant "L'homme de fer", il faudra supporter un top à Mireille Mathieu.

 

C'est un de ces samedi de janvier 1973 que ma mère, revenant de Valaurie où elle travaillait, aura une panne de phares et devra revenir à l'aveuglette, nous plongeant ma grand mère et moi dans l'inquiétude.

 

Pas vu : le troisième épisode des "Thibault" avec la mort du patriarche joué par Charles Vanel (C'était en même temps que Mireille Mathieu).

 

Pas de Muriel à l'horizon, malgré sa présence dans Télé Succès.

 

vlcsnap-2012-11-18-18h04m51s223.png

Lire la suite

Vendredi 5 janvier 1973

29 Décembre 2011 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1973

Trois feuilletons au programme ce jour-là. Le treizième épisode de "Match contre la vie" intitulé "Mort d'un chef de bande" avec Henry Silva en vedette invitée. En 1969, la série n'avait duré que 13 samedis, mais cette-fois, nous sommes partis pour un plus long tour.

 

Aucun souvenir toutefois de cet épisode.

 

A 19h30, c'est le quatorzième épisode de "Poigne de fer et séduction" :"La mallette".

 

Mais ce jour-là, ayant raté les deux premiers opus, c'est ma découverte de "Columbo". L'épisode s'appelle "Faux témoin" et a pour vedette invitée Ray Milland. C'était déjà la troisième enquête du lieutenant.

 

Le lieutenant Columbo apparaît là pour la première fois en France. La série va connaître un prodigieux succès. Avec "Amicalement vôtre", cette saison 1972-1973, les deux séries vont donner un coup de vieux à tous les policiers du petit écran : Mannix, L'homme de fer ou encore Al Mundy-Robert Wagner dans "Opération vol" tous bien oubliés aujourd'hui.

 

Les fêtes sont terminées mais de bonnes surprises m'attendent encore. Il suffit de patienter. Muriel Baptiste va tôt ou tard revenir dans un nouveau rôle.

 

L'avenir proche allait me démontrer que je ne me trompais pas.

 

4 le premier jure fevrier 1973

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Jeudi 4 janvier 1973

29 Décembre 2011 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1973

Retour en classe ce jour-là. Je me confie à mon meilleur ami, Francis, et lui parle de ma folie pour Muriel. Mais mon entousiasme pour "Les rois maudits" sera mal compris des autres, l'un d'eux me dira, "tu dis que c'est bien parce qu'il y a des femmes à poil", faisant allusion à la nudité de Monique Lejeune dans "Les poisons de la couronne".

 

Finissant mes cours à 17h, je suis privé du douzième épisode de "Match contre la vie", "Les vagabonds".

 

Le soir, il n'y a d'intéressant que "Les gens de Mogador", dont le septième épisode met en vedette le couple Ludivine-Frédéric.

 

Ce feuilleton m'intéressait, mais je me prenais à rêver à Muriel en le regardant. Il ne nécessite pas une attention soutenue, comme un suspense. Le rythme est assez lent.

 

Dans le même genre, le feuilleton du samedi soir de juin 1973, "Là haut les quatre saisons" avec Frédérique De Pasquale et Catherine Arditi, également présenté sur un rythme qui laisse souffler le téléspectateur et l'incite à la rêverie, me permettra de voir défiler les images en pensant à Muriel.

 

Muriel n'a pas assez tourné pour que je puisse me satisfaire de ses seuls rôles.

 

Cette année scolaire 1972-1973 reste l'un de mes meilleurs souvenirs. C'était le temps de l'espérance, du bonheur simple.

 

13 ans est un âge où l'on a peu de soucis et où l'on ne se pose pas de questions.

 

Cinemonde

 

 

Lire la suite

Mercredi 3 janvier 1973

28 Décembre 2011 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1973

Ce jour-là, un nouveau feuilleton remplace "Les globe-trotters" sur la deux à 15h10. Il s'agit de "Voyage au fond des mers", série de treize épisodes format cinquante minutes ("Les globe trotters" ne duraient que 30). Hélas, ce voyage s'avère totalement ennuyeux. Le premier épisode "Le tueur des abîmes", loin de parler de faune sous-marine, traite des aventures de l'amiral Nelson (Richard Basehart, que je retrouverai dans "Columbo") et surtout du commandant Crane, joué par David Hedison qui sera Félix Leiter dans le premier James Bond de Roger Moore, "Vivre et laisser mourir".

 

Ce feuilleton est tellement ennuyeux que je crois bien avoir éteint avant la fin. Je zapperai désormais la série du mercredi jusqu'à son remplacement.

 

J'étais peu difficile en feuilletons, je regardais par exemple "Les Monroe", qui me paraîtrait aujourd'hui une perte de temps. Mais là, non, c'est une aversion que j'éprouve.

 

Le mercredi matin, je vais au catéchisme. Nous accueilons cette année là en cours d'année un jeune asiatique qui vient aussi au collège où je suis, et parle de "20 mille lieues sour les mers" au lieu de "Voyage au fond des mers".

 

"Les rois maudits" continuent sans Muriel. La série reste passionnante. Le télé poche précédent avait annoncé "Les poissons" et non "les poisons de la couronne"!

 

Il est bien sûr question de Marguerite de Bourgogne et de son assassinat, mais Muriel n'est pas à l'image. Si elle avait joué Béatrice d'Hirson, elle aurait "duré" six épisodes, mais le personnage est infiniment moins intéressant que celui de Marguerite.

 

Le premier numéro de Télé Succès sort et je l'achète. Muriel est en photos dedans, en couleurs, de grandes photos.

 

TELE-SUCCES-N-1.jpg

 

 

MURIEL DANS TELE SUCCES

 

Lire la suite

Mardi 2 janvier 1973

27 Décembre 2011 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1973

Les vacances scolaires se terminent. Tony Curtis (encore lui) présente un spectacle du cirque Bouglione à 17h40 sur la une.

 

Le soir, "Les dossiers de l'écran" sont illustrés par le western "Le train sifflera trois fois" avec Gary Cooper et Grace Kelly, sur fond de la fameuse chanson "Si toi aussi tu m'abandonnes". Le succès de John William, mais il paraît que ce n'est pas lui qui chante dans le film.

 

C'est la veille de la sortie de "Télé succès" N°1 que j'ai montré l'autre jour. Deux numéros suivront, l'un avec Marthe Keller/La Demoiselle d'Avignon en couverture, et un numéro 3 et dernier avec Tolomeï (Louis Seigner) dans "Les rois maudits".

 

Ce numéro 3 restera longtemps à la devanture des buralistes, mais Tallandier arrêtera là l'aventure et ne sortira jamais de N°4 à ma grande déception.

 

Catherine Hubeau est la vedette du premier feuilleton de la 3e chaîne, "Les fleurs succombent en Arcadie" qui débute ce 3 janvier. Heureusement que ce n'est pas Muriel car j'en aurais été privé. La chaîne balbutiante n'a encore que très peu de téléspectateurs (Il est prévu d'équiper la Corse en...1977!).

 

N'empêche que Catherine négocie mieux que Muriel l'après Rois Maudits. En 2012, elle dirige une compagnie de théâtre qui porte son nom. J'ai parlé en mai 2008 de Muriel avec elle. Elle a toujours la même voix.  Elle n'est pas devenue une star mais est toujours là, ses fans ont de la chance.

 

En ce début janvier 1973, je vis dans l'attente de revoir Muriel...

 

 

Margaritaborgona2

Lire la suite

Lundi 1er Janvier 1973

26 Décembre 2011 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1973

Les vacances scolaires continuent tandis que 1973 est là. Nous ne reprendrons le chemin du collège que le 4 janvier.

 

Amicalement vôtre m'ayant fasciné, je regarde "La grande course autoir du monde" de Blake Edwards avec Tony Curtis. Je vais très vite m'apercevoir que les vieux films de l'interprète de Danny Wilde sont en fait ennuyeux. Je serai plus gâté avec Roger Moore "Brett Sinclair" en découvrant Le Saint puis James Bond.

 

Rien d'autre à voir ce jour de l'an.

 

Ce furent des fêtes en solitaire, notre proche famille ayant quitté la métropole pour la Réunion en 1972.

 

Passons aux "Indiscrétions d'Aglaé" dans Télé Poche : Rien sur Muriel. Une starlette en bikini tient la vedette, Agnès Desroches, Jean Richard tourne avec Suzanne Flon "Maigret et le corps sans tête". La piteuse série "L'Alphoméga"est présentée en avant-première. La couverture est consacrée à Nicole Courcel vedette des "Boussardel".

 

1973 commence sur les chapeaux de roues pour Muriel, elle doit attendre derrière le téléphone les propositions qui hélas ne viendront pas. Mais pour le moment, elle ne le sait pas.

 

Moi, je guette tout ce que l'on peut trouver sur elle, mais dois constater qu'elle n'est pas très connue.. "Le premier juré" n'a pas du tout été annoncé dans la presse, et arrivera en Mars sans crier gare.

 

Ce que je ne sais pas, c'est que je vais revoir Muriel dans "La louve de France", le cinquième épisode des "Rois maudits", dans une scène de flash back. Ce sera un grand moment pour moi. Et ces quelques secondes seront tout ce que je verrai en ce mois d'hiver.

 

J'ai le sentiment que Muriel a un boulevard devant elle, et va devenir une immense vedette.

 

C'est l'heureux temps de l'insouciance, et je pense que nombre d'admirateurs de Muriel pensent comme moi alors.

 

marguerite a chateau gaillard

 

 

Lire la suite

Dimanche 31 décembre 1972

25 Décembre 2011 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

La troisième chaîne est inaugurée à 19h00, mais il me faudra attendre le début 1974 pour pouvoir la capter.

 

Ce dimanche-là, je n'ai rien regardé de la journée, je me souviens seulement du "Top à 1973" des Carpentier, de 22h30 à minuit, sur la deux, et encore, d'une seule séquence, les voeux de Koba et François Fonsalette, soit Marthe Keller et Louis Velle, héros de "La demoiselle d'Avignon", grand succès de l'année.

 

A minuit, je me retrouve seul devant la télé pour regarder distraitement "Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages", de Michel Audiard, avec Marlène Jobert et Bernard Blier.

 

Je n'ai revu ce film qu'une fois, en 2009 (ou 2010 ?) et me sont revenus en mémoire deux scènes : celle où Bernard Blier sort de sa voiture qui vient d'exploser et chante "et ron petit patapon" qui m'avait faire rire la première fois, et une autre où Marlène Jobert, comme si elle "sortait" du film, s'adresse au spectateur et lui propose de la regarder prendre sa douche au lieu de continuer à voir le film.

 

Et encore, si je me souviens de cette dernière scène, c'est à cause d'une discussion avec des copains au CES. Je disais que ce film était d'une nullité immense. Eux disaient que je n'avais "rien compris" et que l'intérêt du film était la fameuse scène de la douche.

 

Ce dont je me souviens, c'est que les images du film défilaient devant moi dans la plus grande indifférence. Je ne pensais qu'à Muriel.

 

Je n'étais plus dans l'attente de "La reine étranglée" comme quelques jours plus tôt. Je ne voyais pas de programmes avec Muriel annoncés dans Télé Poche la semaine suivante. J'étais déjà en manque d'elle. La semaine qui venait allait me ravir car un magazine, édité par Tallandier, allait mettre "Le roi de fer" Georges Marchal et sa couronne en couverture, et dedans il y a une immense photo, format A4, de Muriel, en fait une capture prise dans le film.

 

Dans ce Télé Succés N°1, il y aurait aussi une fiche de chaque personnage des rois maudits à collectionner. Avec Muriel-Marguerite. Et enfin, une photo de Chateau Gaillard en ruines, en 1972.

 

Muriel serait aussi dans "Historia" en couverture, mais en janvier 1973, je ne le vis hélas pas à la devanture des buralistes. Je l'ai acheté par correspondance plus tard.

 

Mes camarades de collège ne pouvaient me comprendre : que m'importaient les fesses de Marlène Jobert alors que j'aimais la plus belle femme du monde.

 

Dans les années qui suivirent, il y eut de plus beaux films pour la Saint Sylvestre, comme "Casino Royale" la parodie de Bond avec David Niven et Deborah Kerr, le 31 décembre 1974, et pour le Noël de la même année "Les aventuriers" de Robert Enrico avec Ventura et Delon à... Fort Boyard. Mais il n'y avait plus Muriel.

 

Bonjour 1973, l'année commençait avec Télé Succès qui pubiait "Le roi de fer" et me maintenait dans l'ambiance Rois maudits.

 

Mais étais-je en 1973 ou en 1314 ? Je ne saurais le dire au juste.

 

Muriel nue 01

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Samedi 30 décembre 1972

24 Décembre 2011 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

1972 s'en va lentement.  Deux feuilletons ce jour-là, "Les Monroe" passé du dimanche au samedi après-midi à 14h20 avec un épisode intitulé "Dans le silence de la nuit".

 

A 15h10, excellent épisode de "Match contre la vie", onzième à être diffusé, "La fugitive", avec Kim Darby, la vedette du film "Des fraises et du sang". "La fugitive" raconte l'histoire de Tina, une adolescente fugueuse. Elle et Paul Bryan  se rencontrent en plein Kansas dans un autobus. Le véhicule tombe en panne et Tina et Paul continuent leur route dans une automobile de location.

 

Paul essaie de savoir qui est Tina et pourquoi elle semble fuir quelqu'un ou quelque chose.

 

De son côté, Tina interroge Paul sans relâche pour tenter de découvrir son secret. Et croyant plaisanter, elle lui balance : "Au cours d'une chasse au Congo, vous avez appris que vous étiez atteint d'une maladie incurable". Le visage de Paul se crispe.

 

A 16h45, sur la première chaîne, rétrospective  dans "Samedi Loisirs"  d'Albert Raisner, des révélations de l'année :

 

Pour les chanteurs, Ringo et Frédéric François.

Pour les sportifs, le champion de France de moto, Michel Rougerie, qui se tuera au grand prix de Yougoslavie le 31 mai 1981.

 

Il y a aussi présent le navigateur Alain Colas, qui disparut en mer avec le Manureva. En 1972, il a réussi la traversée en solitaire de l'Atlantique.

 

Louis Velle est l'acteur de télévision de l'année pour "La demoiselle d'Avignon", "Le 16 à Kerbriant", "L'homme qui revient de loin" et "Les témoins".

 

Bertrand Blier, auteur romancier pour "Les valseuses" (Il en fera un film)

 

Les comédiens de théâtre de 1972 sont Jacques Charon pour "Le bourgeois gentilhomme", Bernard Dhéran. pour "Théophraste Renaudot".  Doyen de la Comédie Française, Charon décèdera en octobre 1975

 

Personnalité de l'année : Alice Sapritch.

 

Sont aussi cités Frédéric Rossif pour "La vie des animaux" qui fête ses 20 ans d'existence, Alain Decaux pour "Alain Decaux raconte", Jean-Jacques Gautier pour son élection à l'académie française.

 

1972 est pourtant l'année royale de Muriel, mais l'histoire retiendra Louis Velle.

 

Sans doute trop réservée, Muriel ne participa jamais à aucune émission, exceptée une de variétés qu'elle présenta en 1966.

 

Nous avons renoncé à regarder la télé le soir de ce samedi, entre le 2e épisode des "Thibault" sur la Une et l'opéra comique "Les mousquetaires au couvent".

 

Je n'attendais plus la suite des "Rois maudits" avec autant d'impatience.

 

J'imaginais Muriel pleine de projets après son triomphe en Marguerite, peut-être qu'elle aussi l'imaginait.

 

sigoyer1

 

Elle et moi étions en droit de le penser : "Les rois maudits" l'avaient fait passer de l'ombre à la lumière.

 

En cette fin d'année 1972, elle était une des comédiennes les plus prometteuses de sa génération. Elle pouvait espérait des lendemains heureux.

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Vendredi 29 décembre 1972

22 Décembre 2011 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

Trois feuilletons ce lendemain de jour inoubliable. Voilà qui allait m'occuper un peu l'esprit, pour un vendredi que j'aurais volontiers passé à rêver.

 

A 15h10, dixième épisode de "Match contre la vie" : "Le crime d'Alex", dont je me souviens assez bien. Et qui prouve que les épisodes sont diffusés dans le désordre. On y retrouve deux personnages récurrents : Alex Ryder (Bruce Dern, le héros de "Complot de famille", le dernier Hitchcock en 1976) et Molly qui est la soeur de l'ex du héros. Molly s'appelle parfois Pierce, son nom de jeune fille, tantôt Ryder, puisqu'elle a épousé Alex.

 

Ici, elle est supposée être veuve, mais Alex est toujours vivant, et son "crime" et de s'être fait passer pour mort pour escroquer une compagnie d'assurances.

 

Je ne me souviens pas, en revanche, du monocorde "Poigne de fer et séduction",  Tous les épisodes se ressemblent, et ce treizième, "Chute libre", ne fait pas exception.

 

Sixième épisode des "Gens de Mogador" à 20h30, qui boucle le cycle Julia. Cet épisode sert de passage de relais entre Marie-José Nat et Marie-France Pisier qui incarne Ludivine Peyrissac. C'est le dernier à être programmé pendant les vacances de fin d'année, puisque la série reviendra le jeudi 4 janvier.

 

Et Muriel dans tout çà ? Son personnage dans "Les rois maudits" est mort, et elle n'est annoncée dans aucun programme. Quand je disais qu'il valait mieux être dans l'entre deux épisodes. Quelques rares privilégiés avaient des magnétoscopes...si si, les premiers ont été vendus en 1972 et non en 1976 comme on le dit souvent à tort. Inutile de dire que cela coûtait un prix exorbitant.

 

Moi, je n'avais pas encore de simple magnétophone à cassette.

 

Commence alors cette période où Muriel va attendre les propositions et être déçue. Elle dira en 1974 "C'est mon personnage de Marguerite de Bourgogne qui me vaut toute une série de rôles forts. En fait un seul, celui d'Irène Leblond dans "L'affaire Bernardi de Sigoyer". En 1977, dans une interview sans photos (réalisée par téléphone ?), elle dira au contraire "On ne me proposait que des rôles de minettes" (faisant sans doute allusion au personnage de Pierrette Vanier dans "Premier juré"

 

Après "Les rois maudits", les autres partenaires de Muriel vont connaître des carrières plus ou moins longues, tandis qu'elle restera sur le bord du chemin.

 

En janvier 1973, Jean Piat triomphe dans la pièce de Françoise Dorin "Le tournant". Catherine Hubeau sera la vedette le même mois du premier feuilleton de la troisième chaîne, "Les fleurs succombent en Arcadie", Georges Ser sera Albin, l'assassin dans "Ton amour et ma jeunesse" en octobre 1973, on va retrouver Claude Giraud et André Falcon dans "Les aventures de Rabbi Jacob".

 

Muriel, hélas, après un printemps 1973 qu'elle allait encore illuminer de sa présence, allait vite beaucoup me manquer.

 

dans chateau gaillard

 

Lire la suite
1 2 3 4 5 > >>