Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Dimanche 17 février 1974

31 Juillet 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1974

La Une programme "Tarzan et les chasseresses" à 17h25 et de ce fait nous prive de la série "Le Ranch L".

 

Pour ceux qui n'en ont pas eu assez, la 3 rediffuse le dimanche soir le tournoi des Cinq Nations Galles/France.

 

Bon film sur la 2, mais beaucoup trop tard, "La nuit du chasseur", soit au ciné club, alors que les deux premières chaines à 20h30 se sont mises d'accord pour nous offrir des navets : "Des Pissenlits par la racine" avec De Funès et "Le bagarreur solitaire" de Jack Shear.

 

L'esprit n'est plus le même qu'un an avant. En hiver 1973, j'avais Muriel en tête 24 heures sur 24, ce n'est plus le cas. Je me suis habitué à son absence.

 

Reste cette courte interview qu'elle a donné dans le précédent Télé Poche à propos de "L'affaire Bernardi de Sigoyer": sur le tournage, les techniciens se sont mis à la détester. Une fois de plus, et on l'apprendra au prix de longues recherches, les tournages de Muriel se passent mal : elle met un mois à s'imposer sur le plateau des "Rois maudits", elle accumule les caprices sur les plateaux de "La Princesse du rail" et "Par mesure de silence".

 

Pourquoi y a t il eu cette coupure en plein 1973, alors que sur la lancée des "Rois maudits", elle devenait une star ?

 

1974 est une année sans âme, triste, dans Télé 7 jours, la critique Janine Brillet se croit obligée de déclarer, à propos de "la double vie de Mademoiselle de la Faille" : "Personne n'imaginait Muriel Baptiste en héroïne romantique". Pourquoi donc ? Et Annunciata ?

 

Des tas de comédiennes sans talent continuent à tourner tandis que Muriel vit le chant du cygne de sa carrière dans l'indifférence générale. La vie est décidémment injuste.

 

Les-sultans_13-copie-1.jpg

Lire la suite

Samedi 16 février 1974

31 Juillet 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1974

Retour au calme ce samedi, mes parents peuvent voir  "Top à Jacques Chazot" des Carpentier suivi du 13e et dernier épisode de la non regrettée série "Arsène Lupin" : "Le coffre fort de Madame Imbert", avec en invité vedette Jean-Pierre Rampal.

 

La dramatique sur la Une propose dans sa distribution une autre princesse de Bourgogne du "Roi de fer" : Catherine Rich. "Puzzle", ce téléfilm policier est signé Claude Desailly, créateur des "Brigades du Tigre" et adaptateur et acteur de "L'homme qui revient de loin". On retrouve dans la distribution Jean-Pierre Andréani, le méchant de "Sébastien parmi les hommes".

 

Pas de séries l'après midi, mais ce n'est pas grave, sur la Une, il y a "La Une est à vous" qui regorge de séries toute l'après midi : "Les mystères de l'ouest", "La Nouvelle équipe", "Cannon", "L'aventurier".

 

Overdose de matchs de rugby sur la deux pendant ce temps-là : deux matchs du tournoi des cinq nations, Galles/France en direct et à 17h20 en différé Angleterre-Irlande.

 

La 3 est à la traîne avec un concert de la Philarmonique de Vienne.

 

Quant à moi, il me semble que c'était hier que Muriel était Mademoiselle de La Faille, une semaine a passée. Maintenant, il faut attendre "Sigoyer". Je sais au moins que je vais la revoir après sa si longue absence.

 

Je l'aime toujours, évidemment, comment en serait il autrement ?

 

Toutefois, un évènement est survenu qui m'a fait un peu délaisser la télévision : le mercredi 23 janvier 1974, j'ai été au cinéma voir "Vivre et laisser mourir" avec Roger Moore, qui m'a semblé comme un gigantesque épisode de "Amicalement vôtre" sans Tony Curtis. On peut retourner voir le film plusieurs fois, il y a de la musique (un 33t et une cassette sont édités), l'écran est géant, et le cinéma dispose de moyens que n'a pas la télévision. Or Muriel (comme Roger Moore au départ) est une actrice de télévision.

 

C'est le grand changement par rapport à 1973. Les programmes télé à côté de James Bond me semblent bien réduits par rapport au cinéma, et "James Bond" est une série, il y a déjà eu avant Roger Moore sept épisodes, et à l'époque, "Nous Deux" écrit qu'il y a huit épisodes de Bond avec Roger Moore de prévus. D'ailleurs, très vite, on va parler du deuxième film, "L'homme au pistolet d'or".

 

Cela ne m'empêche pas d'attendre quand même Muriel !

 

Faille17

Lire la suite

Vendredi 15 février 1974

30 Juillet 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1974

Le vendredi soir, septième et dernier épisode de la série policière "Banacek" avec George Peppard, "La Croix de Madère". Superbe série qui sera partiellement et peu rediffusée. Quelques épisodes dans l'émission de Guy Lux "Samedi est à vous".

 

Le même jour à 15h15, un épisode inédit des "Champions", "Le Projet zéro", qui, jugé trop violent n'avait pas été diffusé en 1971.

 

Une semaine se termine donc après la réapparition de Muriel Baptiste samedi sur la Une. J'essaie de retrouver cette atmosphère de 1972-1973.

 

C'est un peu comme si après avoir longtemps disparu, Muriel revenait. Je regarde souvent la superbe photo de Télé Poche en couleur qui est le verso de la couverture avec Brassens. C'est la plus belle femme du monde, la plus belle que j'ai vue dans ma vie. Celle pour laquelle mon coeur bat, mais qui a joué les arlésiennes.

 

Les programmes sont vraiment moins bons que début 1973. La seconde saison de "Arsène Lupin" est une catastrophe, après un gros succès lors de la première en 1971. Il n'y en aura pas de saison 3.

 

Les samedis après midi ont enfin pris une vivacité et une couleur avec l'émission "La Une est à vous" qui deviendra plus tard "Samedi est à vous".

 

Le printemps 1974 allait-il ressembler à celui de 1973 ?

 

Muriel-dans-Le-tribunal-de-l-impossible.jpg

Lire la suite

Jeudi 14 février 1974

30 Juillet 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1974

Pendant la saison 1973-74, Jacques Martin remplaça Guy Lux sur la 2 avec une émission de variétés, "Taratata", qui porte exactement le même titre que celle de Nagui de 1993.

 

Martin invitait grosso-modo les mêmes chanteurs que Guy Lux : Sheila, Rika Zaraï, Enrico Macias, etc.

 

Ce jeudi là, à la suite de "Taratata", il y avait une rediffusion de "La Demoiselle d'Avignon", c'était le 3e épisode. Le succès de cette rediffusion fut aussi immense que la première diffusion de janvier 1972.

 

L'après-midi, 12e épisode de la médiocre série anglaise "Les Champions", vue en 1971 sur la 2, le titre était "L'ombre de la panthère".

 

Pour succéder aux "Champions", la 2 rediffusera la première saison de "Arsène Lupin" alors que la saison 2 se termine le 16 février avec "Le coffre fort de Madame Imbert".

 

Rien d'autre d'intéressant ce jeudi là.

 

Cela est étrange de me retrouver un an plus tôt comme à la grande époque de Muriel après "Les Rois maudits".

 

Je l'aime toujours, j'aimerais que l'absence se comble. Le destin va en décider autrement.

 

marguerite a chateau gaillard 2

Lire la suite

Mercredi 13 février 1974

30 Juillet 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1974

Au bout de quelques jours, je me rends compte que trop de temps a passé. Je ne porte d'ailleurs plus la chevalière avec un M. Avril 1973/Février 1974, c'est dix mois sans voir Muriel. Comment à 14 ans idolâtrer quelqu'un qui n'a pas d'actualité?

 

Pas grand chose de bon ce mercredi 14. "Les Bannis" série western déjà diffusée en 1970, dont c'est le septième épisode "Un jour, ils se léveront".

 

En soirée, Brassens au grand échiquier sur la Une, du foot sur la 2, le cardinal Lienart sur la 3. Autant dire que rien ne m'intéresse.

 

Voilà, j'attends "L'affaire Bernardi de Sigoyer", mais nous ne sommes plus au printemps 1973, la magie s'en est allée.

 

Je l'ignore, mais Muriel est déjà malade.

 

BERNARDI 1

 

 

Lire la suite

Mardi 12 février 1974

29 Juillet 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1974

C'est une période de vacances scolaires. "Tarzan" avec Ron Ely est programmé sur la Une à 16h30 avec l'épisode "La  fin de la rivière".

 

C'est le dernier épisode de "Maurin des Maures".

 

Trois programmes au choix pour le soir : sur la Une, la surannée "Piste aux étoiles" qui en 1974 n'attirait plus grand monde. La 2 propose "Le Petit monde de Don Camillo" dans le cadre des "Dossiers de l'écran" dont le thème est "Jésus ou Marx". La 3 diffuse une pièce de Jean Anouilh, "L'Orchestre".

 

En cette année de troisième, je ne fais plus guère de confidences à mon ami Francis au sujet de Muriel. Qu'aurais-je à lui raconter ? L'ambiance post Mlle de La Faille n'est plus celle de l'après Rois maudits. L'absence a été trop longue, quelque chose s'est cassé.

 

Le fait d'avoir vu "Mlle de la Faille" stressé n'a rien arrangé. Il aurait fallu qu'à l'époque, le destin permette à Muriel de rebondir et de revenir en force.

 

Cela n'allait pas être le cas et nul ne parlerait plus d'elle bientôt.

 

vlcsnap-2011-08-21-16h36m17s65-copie-1.png

Lire la suite

Lundi 11 février 1974

29 Juillet 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1974

L'année 1974 ne fut pas, au niveau de la création télévisuelle, une grande cuvée. En cause, l'éclatement de l'ORTF qui allait survenir pour laisser place en janvier 1975 à TF1, Antenne 2 et FR3.

 

Le seul programme qui m'inspire ce lundi 11, c'est le jeu des frères Rouland sur la 2, "Le défi", à 21h25. Il y a aussi "La légende des Strauss", saga romantique, dont c'est le sixième épisode, "Hetti", série dans laquelle on peut voir, à l'aube de sa carrière, Jane Seymour, qui venait d'être la première James Bond girl de Roger Moore dans le film "Vivre et laisser mourir".

 

Les deux feuilletons quotidiens sont "Maurin des Maures : l'illustre Maurin" et "Des Lauriers pour Lila". Je garde un souvenir mitigé du second, interprété par Brigitte Ariel qui sera la première à interpréter le rôle de la môme Piaf au cinéma.

 

Jean Gaven termine cette semaine là une longue aventure avec le personnage de Maurin, puisqu'une première saison a été diffusée en 1970. Le groupe Il était une fois chante la chanson du générique. La regrettée Mireille Audibert joue le rôle de Tonia, fiancée Jalouse de Maurin, va tuer son chéri d'un coup de carabine. C'est la mort du héros. 25e épisode, le lendemain c'est la fin de la série. Jamais rediffusé, "Maurin des Maures" est tombé dans les oubliettes.

 

Côté disques, on peut citer le 33t de Paul Gonsalves et Ray Nance, "Just a sittin' and a rockin'. Gonsalves est un musicien de Duke Ellington, et un alcoolique notoire qui avait la réputation de s'endormir pendant ses concerts. Il mourra le 15 mai 1974, dix jours avant le "Duke".

 

Autre disque qui ressort à cette époque, Tiny Parham, une réédition de ses morceaux de 1928-1929.

 

Ringo Starr, lui, tente de continuer sans les Beatles et sort un 33t appelé "Ringo", sur lequel les trois autres compères participent (mais pas ensemble) à certains morceaux.

 

Marcel Pagnol va mourir le 18 avril, et le président Pompidou le 2.

 

De Muriel, je guette "Bernardi de Sigoyer", elle n'a pas annoncé d'autre projet.

 

MURIEL-TELERAMA.jpg

 

 

Lire la suite

Dimanche 10 février 1974

29 Juillet 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1974

Je suis resté dix mois sans voir Muriel entre la fin du "Premier juré" et "La double vie de Mlle de la Faille".

 

Pendant ces longs mois, aucune nouvelle d'elle dans Télé Poche et Télé 7 jours.

 

Et comme je l'ai expliqué, ces retrouvailles avec Muriel se font dans une extrême tension et j'ai pu voir le film de justesse grâce à une grève.

 

Pendant le mois d'août 1973, je n'ai pensé qu'à elle en vacances à Bagnoles de l'Orne et j'étais au comble du bonheur. Mais à la rentrée j'ai déchanté. Il n'était plus question d'elle nulle part. De nombreux feuilletons ont été diffusés mais sans elle.

 

Je me suis longtemps langui, et en novembre j'ai même commencé un roman (inachevé), ce que les jeunes appelent aujourd'hui un "fan fic", une histoire dans laquelle les deux héros de "Amicalement vôtre" , Danny Wilde et Lord Brett Sinclair, vivent une aventure surnaturelle qui leur permet de rencontrer des princesses (dont un personnage s'appelle Muriel), sorte de voyage dans le temps.

 

Les fêtes de fin d'année 1973 ont été déplorables entre la rediffusion de "D'Artagnan" avec Dominique Paturel, "L'ïle mystérieuse" avec Omar Sharif et la seconde et médiocre saison de "Arsène Lupin".

 

Bien évidemment, à un tel régime, je n'ai plus pensé à Muriel comme avant

 

Précisons que le samedi 9 février 1974 (Je ne l'ai pas signalé hier), il y avait sur la Une "Jazz session" consacré à Steve Potts, alors jeune saxophoniste ayant travaillé avec Chico Hamilton.

 

A partir de ce 11 février 1974, je décide d'économiser pour m'acheter un petit poste de télévision portable pour que l'incident avec mes parents ne se reproduise pas.

 

Mais je ne l'aurai qu'en octobre 1975 et depuis belle lurette, Muriel aura cessé sa carrière.

 

Je guette dans les programmes "L'affaire Bernardi de Sigoyer", pourvu que cela ne tombe pas face à un top à Joe Dassin encore!

 

Comme en 1973, les programmes du dimanche sur la 2 sont déplorables. Par contre, sur la Une, à 16h55, nous avons droit à un excellent feuilleton western, "Le Ranch L". L'épisode du 10 février s'intitule "Les loups dans la bergerie".

 

Par rapport à 1973, Jacques Fabbri a remplacé "Le Luron du dimanche", il anime une émisssion aussi médiocre, "Tutti Fabbri".

 

Michel Drucker est toujours là avec "Le Sport en fête".

 

Le film du dimanche soir n'a aucun intérêt et se termine à 22h50, "Jules César" avec Marlon Brando.

 

Je peux désormais capter la 3, mais il n'y a plus de série policière à 19h30 comme en 1973.

 

Voilà, un dimanche sous le "choc" d'avoir revu ma chère Muriel.

 

Faille1.png

Lire la suite

Samedi 9 février 1974

28 Juillet 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1974

Les mois ont passé et plus personne ne parle de Muriel Baptiste quand, le samedi 9 février 1974 est annoncé sur la Une à 20h35 "La double vie de Mademoiselle de La Faille".

 

Muriel avait mentionné ce film en juillet 1972 lors de son unique interview à Télé Poche.

 

Depuis, j'attendais, mais j'ignorais que ce film datait du tout début 1971.

 

En février 1974, j'avais 13 ans et ce n'est pas moi qui décidait des programmes télé. Dès le début, mes parents font bloc : il n'est pas question de rater le Top à Joe Dassin et l'épisode de la série "Arsène Lupin": "Double jeu" qui sont diffusés à la même heure sur la 2.

 

Pendant une semaine, j'ai beau tenter de négocier, rien n'y fait.

 

Et puis un miracle se produit.

 

Ce jour-là, les syndicats ont déposé un préavis de grève et le PDG de l'ORTF Marceau Long ne veut pas céder.

 

Syndicalistes, soyez remerciés à jamais. Le top au surestimé Joe Dassin est annulé, la SFP est en grève, et l'émission ne peut être diffusée.

 

Quant à Lupin, "Double jeu" est diffusé uniquement en région parisienne.

 

Pour la France entière, la chaîne 2 est un écran vide.

 

Mes parents prennent très mal la chose et s'enferment dans la cuisine.

 

Alors, c'est évidemment très tendu que je regarde ce téléfilm où finalement elle apparaît peu. Et puis, mais je l'ignore, Muriel en 1974 est déjà malade et n'a plus ce visage de 1971.

 

Je suis collé contre le téléviseur à guetter ses apparitions. Le téléfilm n'a jamais été rediffusé, mais depuis avril 2006 il a été mis en ligne sur le site de l'INA, d'abord en téléchargement légal, puis en DVD en 2008.

 

Vous ne pouvez imaginer le plaisir même contrarié de retrouver ma Muriel adorée. Elle est en photo couleur dans Télé Poche et annonce qu'elle vient de tourner "L'affaire Bernardi de Sigoyer".

 

Tout va-t-il recommencer comme en 1972 ?

 

Muriel, je t'aime.

 

MURIEL 1974 PHOTO RECADREE

Lire la suite

Lundi 30 Juillet 1973

28 Juillet 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1973

Dernier jour de l'année 1973 qui sera traité sur ce blog, Muriel, je le rappelle a fait une dernière apparition le mercredi 23 mai 1973 dans une émission consacrée à Jean Piat, et ne devait revenir que le 9 février 1974.

 

"Karatékas and Co" comme le lundi soir, série d'espionnage française de six épisodes de 90 minutes qui va faire un tel bide que cela mettra un terme à la carrière de Jean Marais. Le premier épisode s'appelle "La Couronne d'Attila", et je ne verrai au retour de vacances que le sixième et dernier "Quelque part en Méditerrannée".

 

De vacances, je saurai en lisant Télé poche et Télé 7 jours quel scandale et four sera la série : une ineptie sans pareille qui ne sera jamais rediffusée.

 

Triste fin de carrière pour Jean Marais qui s'en remettra jamais.

 

Je ne connaîtrai jamais la fin de "Un Homme, une ville" et "L'éloignement", qui n'ont jamais été (à tort) rediffusés.

 

Ceux qui peuvent capter la 3 regardent "Gigi" avec Leslie Caron et Maurice Chevalier, version cinéma 1958. Pour moi, il n'y a qu'une "Gigi", celle de 1964, Muriel Baptiste, mais sa prestation au théâtre n'a pas été filmée.

 

 

32 gigi en 1964

Lire la suite
1 2 3 4 > >>