Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Jeudi 7 décembre 1972

31 Octobre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

Je ne rate pas "Match contre la vie", puisqu'un feuilleton italien, "Les fiancés" le remplace.

 

Le soir, nous ne regardons pas "Entrez sans frapper", qui a eu la mauvaise idée d'inviter le médiocre Gérard Palaprat, mais la Une avec "La vérité sur l'affaire du courrier de Lyon", dont c'est la première partie. Cette erreur judiciaire qui entraînera, pour une question de ressemblance, un innocent à la guilltotine, m'a marqué.

 

Pour le reste, je suis tout à ma joie de retrouver Muriel, qui va devenir mon plus cadeau de Noël.

 

Ce sera en effet une fin d'année 1972 inoubliable. La première vision des "Rois maudits" a un charme, même en noir et blanc, que rien ne peut surpasser.

 

Je me confiais à Francis, lui parlais de cette actrice que j'aimais. Nous adorions tous les deux "Amicalement vôtre".

 

C'est une époque bénie que j'aimerais revivre sans fin, comme dans un timewrap, c'est à dire un paradoxe temporel. Mais le temps est passé et Muriel s'est éloignée.

 

On le voit, avec deux chaînes, il n'y avait pas grand choix certains soirs. L'avantage, c'est que la télévision constituait un sujet de conversation, on avait tous, plus ou moins, vus les mêmes choses.

 

1972 allait se terminant et Pierre Richard, après "Les Malheurs d'Alfred", connaissait une année de consécration en la terminant avec "Le Grand blond, avec une chaussure noire".

 

Les sultans 2

Lire la suite

Mercredi 6 décembre 1972

30 Octobre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

Jour J moins 15 avant le retour de Muriel et jour crucial, car j'ai en main le "Télé Poche" de la semaine suivante, avec en couverture Christian Barbier, dans les prévisions programmes, pour le jeudi 21 décembre sur la 2, à 20h30, est annoncé :

 

"Les Rois maudits", feuilleton d'après Maurice Druon, avec Anne Kreiss, J L Moreau, Muriel Baptiste.

 

Six mois sans toi Muriel, mais tu reviens enfin. Il me semble que mon attente est enfin récompensée.

 

Il est difficile aujourd'hui d'imaginer et de décrire le bonheur qui fut le mien ce jour là.

 

Le reste de la journée est composé de bons programmes :  à 15h10, l'avant dernier épisode des "Globe Trotters" : "La Bonne adresse", puis "L'autobus à Impériale" et "Poigne de fer et séduction".

 

Le soir, ce sont les 40 ans de chanson de Tino Rossi chez Guy Lux, suivi du dixième épisode de "Amicalement vôtre": "Sept millions de livres".

 

Bien sûr, les aventures de Danny Wilde et Lord Brett Sinclair me passionnent mais sont estompées par le retour de Muriel.

 

A cette époque là, je l'appelle toujours "Princesse du rail" et je vais passer à "Muriel" à l'occasion des Rois maudits.

 

L'hiver s'annonçait comme le plus beau des hivers et il le fut. Simplement, je ne pensais pas, à l'époque, que ce serait le seul.

 

muriel-et-philippe-d-aunay-2.jpg

Lire la suite

Mardi 5 décembre 1972

29 Octobre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

lastscan.jpg

 

J moins 16 avant le retour de Muriel.

 

Deux bonnes soirées mais il faut choisir la Une ou la deux.

 

Pour ma part, j'ai regardé la 2 découvrant Elvis Presley, pour la première fois, dans "Le Rock du bagne". Ce ne fut pas, comme pour beaucoup, une révélation.

 

Sur la Une, il y avait sur "Tempo", avec le chanteur italien Gianni Nazzaro pour ses débuts en France. Il chante "Quanto è bella lei". Le reste n'est pas si bon, avec l'inégal Henri Salvador et son "Petit lapin", l'actrice Bernadette Lafont venue chanter, Guy Béart. Ou vraiment mauvais quand il s'agit de Patrick Juvet et Thierry Le Luron.

 

Dans les prévisions programmes, j'attends avec impatience Muriel. Télé Poche confirme le retour de Jean-Claude Drouot dans "Les Gens de Mogador" pour les fêtes.

 

Et "Les Rois maudits" ? Il n'est pas rappelé qu'ils seront aussi programmés. Ce n'est qu'une question de temps, et bientôt j'apprendrais dans les prévisions programme du 21 décembre que Muriel Baptiste joue bien dans le premier épisode, "Le Roi de fer", le 21 décembre.

 

J'attends cependant pour ne pas gâcher mon plaisir d'acheter les romans de Druon. Cela explique que j'ignore pour le moment que Muriel ne joue que dans les deux premiers épisodes, et meurt dans le deuxième.

 

L'ambiance des vacances de Noël plane déjà autour de moi. Les illuminations, les sapins. Il ne manque que ma belle princesse pour illuminer le décor.

 

 

 

 

 

Lire la suite

Lundi 4 décembre 1972

28 Octobre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

Jour J moins 17 avant le retour de Muriel.

 

L'actrice belge Claire Wauthion, née en 1945, qui tourne toujours, trouve l'un de ses premiers rôles dans le dernier épisode des "Evasions célèbres" : "Jacqueline de Bavière".

 

A ses côtés, l'acteur Roger Van Hool, né en 1940, vedette au cinéma de "La Chamade" entre autres, lui donne la réplique.

 

L'épisode, sans doute le seul réussi de la série, rappelle ce que sera "Les Rois maudits". Il est question d'un personnage assez proche de Marguerite de Bourgogne, une femme émancipée avant l'heure, d'ailleurs prisonnière du duc de Bourgogne auquel elle va échapper. L'histoire se passe au XVe siècle, un siècle après "Les Rois maudits".

 

Mais c'est un peu tard pour la série qui se termine et s'est révélée ennuyeuse jusque là.

 

A noter qu'il existe une légende (?) sur l'évasion de Marguerite de Bourgogne qui se serait sauvée de Chateau Gaillard pour rejoindre un couvent en Bourgogne, mais ce n'est pas l'hypothèse qu'a retenue Maurice Druon. Toutefois, Druon affirme que Marguerite a été étranglée, alors qu'elle serait morte de froid.

 

Une  théorie évoque la détention de Marguerite dans une pièce de Chateau Gaillard dans une pièce, plus en hauteur que celle de sa cousine Blanche, exposée au froid et au vent, le donjon. Ce qui accrédite la thèse de la mort naturelle de la Reine de Navarre des suites d'une maladie pulmonaire.

Marguerite dans une pièce, plus en hauteur que celle

de Blanche, exposée au froid et au vent. Le donjon ?

Ce qui accrédite la thèse de la mort naturelle de la Reine de Navarre, des suites d’une

maladie pulmonaire.

 

Reste la légende de l'évasion de Marguerite.

 

Cette hypothèse, la voici :

Marguerite serait donc inhumée à Vernon, dans la chapelle du couvent des Cordeliers,

ces moines Franciscains, dits Frères Mineurs, qui ceignaient une corde à leur taille ? C’est

probable ! La logique voudrait qu’une reine, même en disgrâce, ait le droit d’être

enterrée dans un couvent ou une abbaye. Mais, tant que sa sépulture n’aura pas été

mise à jour, dans l’église même ou dans son environnement proche (crypte, cimetière ou

salle capitulaire), une autre thèse subsistera : le transfert secret de la reine dans le

château de son enfance, à Couches, en Saône-et-Loire.

La Vivre de Couches

L’abbé Jean Berthollet écrit dans son livret consacré au château de Couches : « C’est en

1315 que Louis le Hutin devenu roi de France se résolut à rayer du monde des vivants

Marguerite, qui fut prise sous la protection de sa cousine Marie de Beaufremont, dame de

Couches. Transférée au château de Couches, prisonnière libre, Marguerite mourut en

1333 à l’âge de 43 ans. »

 

Rien d'autre à voir ce jour-là à la télévision.

 

On suppose que Muriel attendait impatiemment la diffusion des "Rois maudits" pour voir l'écho sur le public et la profession,  et orienter ses futurs choix.

 

Il semble que le téléphone n'a guère sonné. Muriel va donner son feu vert pour jouer une pièce de boulevard, "Les Quatre vérités", avec Marthe Mercadier.

 

Elle ne retrouvera les caméras qu'en automne 1973 pour un épisode de "Un curé de choc".

 

Dans les bacs des disquaires, on trouve deux chanteurs italiens, Bruno Lauzi et Gianni Nazzaro, mais aussi des vedettes bien connues de l'époque. C'est un peu la "bande sonore" de Noël 1972, le zénith de la carrière de ma chère Muriel.

 

 Avec-Tony-Taffin-Richard-Lagrange.jpg

 

 

MOULOUDJI_LE-TEMPS-DE-VIVRE.jpg

 

 

Roman photo 4Avec Tony Taffin Richard Lagrange

 

 

DANS LES BACS DES DISQUAIRES CE NOEL 1972

 

45T-CLAUDE-FRANCOIS-LE-LUNDI-AU-SOLEIL.jpg

 

 

45T ALAIN BARRIERE A COUPS DE NUIT

 

GIANNI-NAZARRO-45T-QUANTO-E-BELLA-LEI.JPG

 

BRUNO-LAUZI-45T-AMORE-CARO-AMORE-BELLO-ED-FRANCE.jpg

 

33t-barriere-pour-la-derniere-fois.jpg

 

33T-QUAND-TU-REVIENDRAS.jpg

 

 

33T CLAUDE FRANCOIS LE LUNDI AU SOLEIL

 

33t-FRANCIS-LEMARQUE-MARJOLAINE.jpg

 

CHRISTIAN-DELAGRANGE_SANS-TOI-JE-SUIS-SEUL.jpg

 

GEORGES-MOUSTAKI_DANSE-33T.jpg

 

HENRI-TACHAN-UN-MUR.jpg

Lire la suite

Dimanche 3 décembre 1972

27 Octobre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

Jour J moins 18 avant le retour de Muriel.

 

Drucker a convié pour "Le Sport en fête" le plateau typique de l'époque : Aznavour, Dutronc, Nicoletta, Cloclo, Les Machucambos.

 

3e épisode de la série western familiale "Les Monroe" : "La mort qui rôde", à 18h15.

 

Un bon Gabin pour finir la soirée : "Le Jardinier d'Argenteuil, datant de 1966.

 

La 2. comme toujours est désespérante.

 

Je pressentais le retour de Muriel. D'ailleurs télé poche n'allait pas tarder, 15 jours avant, d'annoncer dans ses prévisions programmes pour le jeudi 21 décembre, "Les Rois maudits" avec Muriel Baptiste.

 

18 jours, ce n'est rien, lorsque la belle Muriel me manque depuis six mois, date de la fin des aventures de l'infirmière Geneviève Lagrange.

 

Il aurait fallu pouvoir en quelque sorte "arrêter le temps". Cette époque avait quelque chose de magique que je ne retrouverai jamais plus par la suite. Ma princesse du rail Muriel Baptiste était le centre de toutes mes pensées. C'était le doux temps de l'innocence. L'été continuait en plein automne. C'était comme si le soleil avait traversé les nuages du froid et que les cours de collège balayées par le vent et dans lesquelles tourbillonnaient les feuilles mortes restaient illuminées par les rayons de lumière.

 

Même le mauvais temps n'y pouvait rien, j'avais le soleil au fond du coeur. 

 

Muriel, en distillant savamment ses apparitions, maintenait le mystère et l'attente. Elle n'était pas une grande vedette, comme par exemple Romy Schneider, et beaucoup de gens dans la rue, interrogés, n'auraient su dire qui était Muriel Baptiste.

 

Cette absence de notoriété loin de m'inquiéter me donnait l'impression que Muriel n'existait rien que pour moi.

 

Muriel, c'était l'aiguille du nord sur la boussole de mon coeur. Ses photos etaient rares et je les conservais précieusement.

 

Muriel Baptiste reste aussi associée au temps de l'enfance sans aucun soucis. Le temps du bonheur.

 

15 reportage pour marie claire en 1965Muriel en ZoéLa princesse du rail

Lire la suite

Samedi 2 Décembre 1972

26 Octobre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

On m'a volé "Match contre la vie". Aujourd'hui samedi 2, il n'est pas programmé en raison d'un match de Rugby, et les jeudis et vendredis, à sa place, il y aura le feuilleton italien "Les fiancés".

 

La soirée est morose d'abord avec Michel Fugain, appréciable artiste, dans un Top à, mais qui pour des raisons de promotion n'a invité que des vedettes de sa maison de disques de l'époque, CBS. On a ainsi l'incontournable et très oubliable Joe Dassin, à l'époque l'une des plus "grosses têtes" du métier. Top à CBS puisque ce ne sont pas des amis chanteurs de Fugain mais des vedettes maison, dont l'estimable Marcel Amont qui chante deux chansons. L'émission est suivie du dernier segment de la très ennuyeuse "Légende du siècle d'André Malraux".

 

On peut voir chez Bouvard le fameux Papillon alias Henri Charrière.

 

Faible consolation sur la Une : le regretté Herbert Pagani chante "Chez nous" (Il nous quittera fauché par le cancer en août 1988). C'était un artiste prometteur en 1972. Il est invité dans "Samedi Loisirs" sur la Une à 16h05 avec comme seul autre artiste intéressant Gainsbourg et Birkin.

 

Bref, un samedi en demi-teinte, annonçant l'hiver, mais sans de vrais bons programmes, et aucune série n'est diffusée ce jour-là.

 

19 jours nous séparent de l'arrivée de Muriel en Marguerite de Bourgogne. Il y avait des jours creux en cet automne 1972.

 

Je termine l'année en allant voir deux films, "Les Caïds" avec Reggiani (et les cascadeurs de Maurice Bataille) et "Tintin et le lac aux requins", le seul épisode qui ne soit pas signé Hergé.

 

Martine Augier 1

Lire la suite

Vendredi 1er décembre 1972

25 Octobre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

A 15h15, le sixième et selon moi meilleur épisode de "Match contre la vie": "Les tyrans".

 

On sait qu'il ne reste à l'avocat Paul Bryan que deux ou trois ans à vivre au maximum, condamné par une maladie incurable. Or le voilà arrêté arbitrairement dans une petite ville de bouseux du Middlewest par un shérif irrascible et tyrannesque, parce qu'il a pris la défense de deux jeunes gens.

 

Le policier en question, un tyran donc, organise un faux procès avec l'aide d'un député véreux nommé La Verne, pour envoyer Paul derrière les barreaux pendant ...dix ans.

 

Paul, qui ne va pas désespérer, comme le héros de "Midnight Express", lance un SOS à la soeur de son ex fiancée, Molly Pierce, personnage incarné par l'actrice Anne Helm et qui revient souvent dans la série. Non seulement, elle le fera libérer en tendant un piège au député, mais notre tyran, le shérif Jed Parson, attiré à son tour loin de chez lui dans un piège, va être mis à l'ombre pour un bon moment.

 

Paul concluera l'épisode en disant "Avec les tyrans, il ne faut pas avoir de pitié".

 

Bien sûr, à côté, les autres séries font pâle figure : "Poigne de fer et séduction", "Le fils du ciel" et le dixième épisode de "Sam Cade" : "Le fils préféré".

 

La soirée se conclut par "A bout portant : Claude Nougaro", l'un des meilleurs chanteurs français, dont l'émission annoncée le 20 octobre avait été déprogrammée pour cause de grève.

 

Mais à l'époque, je ne pouvais veiller si tard (Nougaro passe à 22h20 quand Guy Lux qui ne l'invitait jamais passait à 20h30.

 

Des jours comme celui-là, je n'ai pas le temps de m'ennuyer, mais je pense à Muriel quand même.

 

Ce mois de décembre, elle revient dans vingt jours avec "Les Rois maudits".

 

vlcsnap-2011-10-28-17h36m28s7.png

Lire la suite

Jeudi 30 Novembre 1972

24 Octobre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

Présence du trop rare Henri Tachan dans l'émission de Danièle Gilbert, le temps d'une chanson.

 

Je ne peux hélas voir le cinquième épisode de "Match contre la vie" : "L'image brouillée", comme chaque jeudi je serai privé pour cause de collège de ce magnifique feuilleton.

 

La seule bonne émission, "Entrez sans frapper", à 21h30, a pour invités les frères Jacques.

 

Voilà le mois de novembre terminé. Décembre 1972 va être mémorable. Surtout pour les fans de Muriel.

 

"L'image brouillée" (pour en revenir à "Match contre la vie") est un des titres que j'ai envisagé pour la seconde biographie de Muriel.

 

Car c'est en effet une image brouillée qu'elle va livrer d'elle à son public en cachant sa vie privée, ses malheurs, puis après sa carrière, en organisant un tel black out autour d'elle que même la presse ne la retrouvera pas.

 

Télé 7 jours a retrouvé en 1995 André Laurence, comédien canadien, héros de "Thibault ou les croisades", clochard à Paris. Ce ne devait pas être plus difficile de retrouver Muriel Baptiste, mais elle a su organiser un rideau de fumée autour d'elle et se préserver. Empêcher aussi, par la même, ceux qui l'aimaient, de l'aider.

 

La fin novembre annonce l'hiver. Ainsi que la perspective de Noël, le fameux compte à rebours que constitue le calendrier de l'Avent.

 

Un an plus tard, Muriel sera déjà oubliée. Fin 1973, plus personne ne parle d'elle. La télévision a la mémoire courte, elle reprend vite la gloire éphémère qu'elle accorde. Surtout à l'époque où il n'y avait que deux chaînes. C'est sans doute le ratage de sa carrière cinéma qui a propulsé Muriel dans l'oubli.

 

Muriel-tele-7-jours-6-mars-67.jpgHENRI TACHAN UN MUR

 

 

Lire la suite

Mercredi 29 Novembre 1972

23 Octobre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

Muriel-en-Gigi-1964.jpg

 

"Les Globe-trotters" touchent à leur fin avec le onzième épisode, "Le petit ange", il ne reste que deux épisodes à voir.

 

En remplacement, la seconde chaîne proposera des séries au format 50 minutes dès janvier avec "Voyage au fond des mers" puis "Daktari". Le format 30 minutes ("Les Globe-trotters", "Les chevaliers du ciel", "Flipper le dauphin") sera définitivement abandonné à cette case horaire.

 

En passant sur la Une, on peut voir dans les émissions pour la jeunesse deux séries, "Zorro" ("Le chien des sierras") et "L'autobus à Impériale".

 

Si "Match contre la vie" et "Les dernières volontés de Richard Lagrange" n'ont pas été rediffusés depuis quarante ans, "Zorro" en version colorisée hante toujours nos petits écrans.

 

"Poigne de fer et séduction" s'avère une série distrayante, sans plus, et en tout cas pas mémorable. Curieusement, elle a trouvé un éditeur DVD pour venir jusqu'à nous.

 

Après un pénible "Cadet Rousselle" de Guy Lux, nous avons enfin droit au neuvième épisode d' "Amicalement vôtre" : "Un enchaînement de circonstances".

 

Ma préférence va alors nettement à Tony Curtis mais Roger Moore deviendra mon préféré à partir de son interprétation de James Bond.

 

En novembre 1972, on tourne "Vivre et laisser mourir", en quarante ans, même Bond a radicalement changé. Dans quelques jours sort "Skyfall" avec Daniel Craig, film sérieux et noir comme notre époque et qui n'a plus rien à voir avec les fantaisies d'autrefois.

 

Maintenant qu'avec le recul, je sais que Muriel n'a pas continué sa carrière car elle était malade, je me demande quels rôles elle aurait tenu dans les décennies 70 et 80. On ne le saura jamais. Elle avait son cachet, son empreinte particulière, jouant des personnages tragiques comme Annunciata et Marguerite.

 

Le cinéma ne lui ouvrait pas ses portes, et quand elle quitte le métier, son dernier film pour grand écran est bien loin. C'est sans doute à la télévision qu'elle aurait continué.

 

Tandis que l'hiver 1972 approche, le rôle de sa vie va enfin être montré au public. En ce temps-là, elle avait un boulevard devant elle.

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Vendredi 24 Novembre 1972

18 Octobre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

Sbarro_Family_dragster_Pontarlier.jpg

 

Ci-dessus, un dragster.

 

Trois séries au programme.

 

Tout d'abord, le troisième épisode de "Match contre la vie", "Records du monde" où l'on retrouve la voiture du générique, le dragster. Il s'agit d'un prototype qui fonce dans le désert d'Afrique du Nord.  Pete Gaffney, meilleur ami du héros Paul Bryan se tue en l'essayant. Preuve que la France passe les épisodes dans le désordre, on reverra en effet Gaffney dans l'épisode "Les Bolides" ... bien vivant.

 

Paul qui n'a rien à perdre (il est atteint d'une maladie qui le condamne à brève échéance) va battre le record du monde au volant de ce dragster.

 

L'autre série, qui remplace "La Révolte des Haïdouks", c'est "Poigne de fer et séduction", 15 épisodes, avec Robert Vaughn, héros de "Agents très spéciaux" mais ici peu convaincant, et la regrettée Nyree Dawn Porter, Irène dans la célèbre série anglaise "La Dynastie des Forsyte", elle aussi moins intéressante. Mais le format (25 minutes) rend la série fade et sans saveur. La musique de John Cameron, il n'y a que cela de bon.

 

Enfin, neuvième épisode de "Sam Cade" : "Un policier disparaît". Nettement mieux que "Poigne de fer", mais plutôt  banale à côté de "Match contre la vie".

 

Encore une semaine qui se termine en cet automne 1972. Dire qu'un mois plus tard, nous en aurons terminé avec les épisodes des "Rois maudits" avec Muriel. Comme tout va trop vite.

 

On se demande pourquoi télé poche et télérama ne parlent pas d'elle, et d'autres actrices. "Les Rois maudits" étant sorti en librairie, il n'y a aucun suspense Mais nous n'en verrons pas une image avant l'heure, la surprise sera ménagée jusqu'au bout.

 

Muriel-dans-le-roi-de-fer-tele-poche-juillet-72.jpg

Lire la suite
1 2 > >>