Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Vendredi 7 Février 1964

31 Décembre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL POSTHUME IMAGINAIRE

Nous restons à Orange mais jouons ce soir à Camaret.

 

Il fait plutôt frisquet, c'est une salle des fêtes qui n'est pas terminée.

 

Camaret est sur une petite route qui mène aux Alpes.

 

Les répétitions ont lieu dans la salle de mariage de la mairie en raison du temps.

 

Je ne comprends pas que Bel Gazou nous fasse jouer en plein hiver dehors.

 

Le mistral souffle et ce soir soulèvera ma robe sur la scène.

 

Heureusement, nous jouons plus tôt que d'habitude.

 

Paul ne semble toujours pas en forme, mais je n'ose lui parler, je suis sûr qu'il a deviné pour Régis et moi.

 

Comme Renée semble aussi tout savoir.

 

Après la pièce qui ce soir m'a paru une éternité, nous rentrons au Kyriad.

 

Je me retrouve assise à côté de Régis et je ne suis même pas gênée.

 

Après un succulent repas, je me réchauffe dans ses bras.

 

La nuit est douce ce soir après le froid.

 

Muriel en Gigi 1964

 

 

 

Lire la suite

Vendredi 2 Février 1973

31 Décembre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1973 Janvier Avril

Vingt-cinquième épisode de "Match contre la vie", "Une longue poursuite", avec David Opatoshu dans le rôle de Dave Kafka.. Il m'en reste un vague souvenir. Comme dans "Records du monde", il est question de sport pratiqué dans le désert. Kafka (Je ne connaissais pas l'écrivain en 1973) a des chiffres tatoués sur le bras. Lisa, l'amie de Paul Bryan dans l'épisode, appartient à l'armée israëlienne. A 19h25, c'est le huitième épisode de "Docteur Caraïbes", seconde partie du troisième arc "Le pigeon bleu". 

A 20h15, "Les habits noirs" suivis de "Columbo" : "Une ville fatale". Dans l'épisode, le coupable a caché le corps de sa victime dans du béton (C'est un architecte). Columbo fera détruire deux fois un édifice en béton et trouvera le corps la seconde fois.

 Télé 7 jours n'hésite pas dans un pamphlet à parler de terrorisme à propos de la scène cruelle de l'exécution d'Edouard II dans "Les Rois maudits" et en appelle au président Arthur Conte.

 "La Porteuse de pain" se termine sur la 3e chaîne mais ne va pas tarder à être rediffusée le samedi après-midi sur la Une.

 Pour moi, cest J - 2 avant le retour de Muriel dans "Les risques du métier". Je suis dans un état mêlant joie, bonheur et fébrilité. Personne ne sait l'agitation qui me traverse. Je vais enfin la revoir. Je me retrouve dans la même situation qu'avant les fêtes de Noël et la diffusion des "Rois maudits".

 Je pensais à l'époque que tout cela n'était que le commencement d'une très longue, interminable histoire d'amour.

Muriel, si j'avais grandi et si tu es restée dans le métier, je ne pense pas que mon amour pour toi serait resté platonique.

 Est-ce que les âmes font l'amour au Paradis ? P

Vendredi 2 Février 1973
Lire la suite

Jeudi 6 Février 1964

30 Décembre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL POSTHUME IMAGINAIRE

Pour cette onzième représentation, nous débarquons à Orange, pour deux jours.

 

Aujourd'hui, c'est Orange, nous irons aux arènes, demain également en plein air dans la salle des fêtes de Camaret.

 

Nous descendons au Kyriad.

 

Paul est malade, sans doute les fruits de mer du repas d'hier soir. Il se repose et ne participe pas aux répétitions.

 

Bel Gazou a demandé à voir Régis pour lui parler de son contrat. J'ai eu très peur.

 

Mais elle l'a renouvelé sans problème.

 

Se rend-elle compte qu'elle aurait dû trouver une nouvelle "Gigi" si elle l'avait renvoyé ?

 

Les autres se sont ils aperçus de quelque chose pour nous ?

 

La cuisine au Kyriad est succulente, mais je dois faire attention à ma ligne.

 

Je trouve stupide que nous ayons des chambres séparées et avec des lits pour une place, Régis et moi.

 

Nous nous invitons à tour de rôle de jour en jour dans nos chambres.

 

Malgré l'absence de Paul, les répétitions se sont bien passées. Renée se doute de quelque chose et me regarde avec bienveillance.

 

Le soir, le public était chaleureux. Nous avons dîné mais Paul est monté dans sa chambre, patraque.

 

Puis Régis et moi nous sommes éclipsés. Il est venu me rejoindre.

 

Demain, nous restons au Kyriad mais nous rendons à Camaret.

 

15 reportage pour marie claire en 1965

Lire la suite

Jeudi 1er Février 1973

30 Décembre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1973 Janvier Avril

Jour

Jour J moins 3 avant "Les risques du métier". Le temps est long. C'est reparti comme l'attente des "Rois maudits". 

Pas vu le vingt-quatrième épisode de "Match contre la vie" : "Quatre vingt mille dollars". 

Après "Les habits noirs", c'est Guy Lux et le onzième épisode des "Gens de Mogador". C'est la mort de Ludivine, la scène déchirante de haine entre Hubert et Ludivine sur son lit de mort. Il refuse de lui pardonner. Elle le maudit. Mais surtout, c'est le vrai début du nouveau couple Numa-Dominique. Pendant ce film au rythme vent, je songe à Muriel. "Les gens de Mogador" parlent d'amour, de romantisme, de bonheur. Le temps est au rêveries.

 Cette attente de Muriel jusqu'à dimanche est déjà du bonheur. J'en parle à mon ami Francis. Il est mon confident. Les attentes de Muriel sont encore plus belles que la découverte de ses films. 

Il y aura encore une autre attente, du même genre, en mars, pour "Le premier juré". 

Comme le bonheur est fugitif, ces jours-là sont passés si vite, trop vite.

Comme Muriel est belle avec ses cheveux qui retombent sur ses épaules, dans sa chemise à carreaux rouge et blanche.

 

Jeudi 1er Février 1973
Lire la suite

Mercredi 5 Février 1964

29 Décembre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL POSTHUME IMAGINAIRE

N'ayant presque pas dormi, j'ai du mal à me lever et à quitter les bras de Régis.

 

En rejoignant discrètement sa chambre, il rencontre Paul.

 

Nous voilà à la gare. Je n'en crois pas mes yeux, c'est un train à vapeur qui nous conduit.

 

Nous arrivons vers midi dans la cité des papes.

 

Nous investissons l'hôtel restaurant La Mirande. Je suis déçue de ne pas jouer dans la cour du Palais des papes, mais dans une salle modeste, Le Paris.

 

Les répétitions commencent à 16h.

 

L'endroit n'est pas très grand. Bel Gazou nous a donné hier des précisions sur le déroulement de la journée, mais ne pensant qu'à Régis, je n'ai rien écouté.

 

Heureusement que je connais la pièce par coeur, et peux la jouer "mécaniquement", sinon j'aurais des problèmes.

 

Mon loyer, ma carrière, Paris, tout cela n'a plus de sens. Je suis redevenue une midinette.

 

Si Régis me demandait de l'épouser, je crois que je dirai oui.

 

J'ai surpris un regard en biais de Paul pendant les répétitions.

 

Renée a cherché à discuter à moi, mais j'ai trouvé un moyen de m'éclipser. J'aurais bien aimé que nous allions dîner en tête à tête avec mon amoureux, mais nous n'avons pas d'argent.

 

Et puis je ne suis qu'au tiers de la tournée (c'est la dixième date ce soir) et je n'ai pas intérêt à m'aliener Bel Gazou.

 

La presse parle un peu de moi dans les endroits où nous sommes passés, au repas Bel Gazou nous montre des coupures de presse qu'elle a reçue, relatant la tournée depuis Biarritz.

 

J'ai prétexté être fatiguée pour écouter ma présence au repas.

 

Cette-fois,  c'est moi qui ait rejoint Regis dans sa chambre, le numéro 28 m'avait il bien précisé.

 

Ligne_Avignon-Miramas_a_Salon-de-Provence.JPG

 

avignon-7.jpg

Lire la suite

Mercredi 31 Janvier 1973

29 Décembre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1973 Janvier Avril

Pas vu le cinquième épisode de "Voyage au fond des mers" ("Le sauvetage"), le premier épisode m'ayant déplu.

 

Le septième épisode de "Docteur Caraïbes", "Le Pigeon bleu" est diffusé à 19h20.

 

Après "Les habits noirs" à 20h15, rien en soirée, sur la première chaîne "24 heures sur la Une" consacrée aux "Professeurs et élèves, un examen de conscience", et la rediffusion d'une dramatique sur la 2, "L'hercule sur la place" à la case horaire remplie jusque-là par "Les Rois maudits".

 

Mais ce mercredi 31 janvier restera un moment de bonheur immense et inattendu. En achetant Télé Poche, qui met en couverture Raymond Souplex et Pierre Brasseur, je tourne la page et... trouve Muriel.

 

Elle est là, merveilleuse de beauté, avec ses grands cheveux châtains, qui tombent sur une chemise à carreaux rouges et blancs. Désormais, je ne l'appelle plus "La princesse du rail" ni ne recherche Annunciata ou Marguerite en elle. Elle est Muriel et elle respire la joie de vivre. Elle ne fait pas star mais femme naturelle, femme que l'on peut rencontrer au coin de la rue, ses yeux, son sourire, irradient de rayons de soleil mon existence. Si j'avais été plus âgé de deux ans, j'aurais été aussi sensible à sa sensualité. Muriel revient dimanche dans "Les Risques du métier", et l'attente va être longue jusqu'à ce jour-là.

 

Voici le texte de Télé Poche : "MURIEL SIX ANS AVANT". Dimanche 4 février, sur la première chaîne, vous retrouverez le vrai visage de Muriel Baptiste. Elle y incarne une ancienne élève de Jacques Brel, un professeur de lycée injustement accusé de viol.. Quand elle a tourné ce film (en 1967), Muriel ne songeait pas que la télévision lui ferait affronter, quelques années plus, tard "les risques du métier" de comédienne en lui confiant le rôle de Marguerite de Bourgogne dans "Les Rois maudits".  Pour ce rôle - le plus beau et le plus difficile de sa carrière dit-elle - Muriel a souffert pendant trois mois, a accepté de s'enlaidir, a sacrifié sa magnifique chevelure et a perdu sept kilos. Elle ne le regrette pas. Muriel a vaincu tous les risques et a prouvé qu'elle était une merveilleuse comédienne.

 

A la page de dimanche, je lis la présentation des "Risques du métier", mais il n'y a pas de photos de Muriel. Ce mercredi- là,  l'hiver devenait le printemps. Mon coeur cognait fort dans ma poitrine. Je l'aimais d'un amour fou, avec mon innocence de pré-ado.  Béni soit ce magazine qui m'apportait une si bonne nouvelle. C'était le temps du bonheur, pas ou peu de soucis. L'avenir semblait radieux. Je donnerai tout pour faire un voyage dans le temps et revenir à ce jour-là.

 

Muriel, je t'aime, pour l'éternité, et de toute mon âme.

mer

Muriel-avril-73.jpg

Lire la suite

Mardi 4 Février 1964

28 Décembre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL POSTHUME IMAGINAIRE

Neuvième représentation, cette fois au théâtre Armand, à Salon.

 

Régis me regarde amoureusement depuis les coulisses.

 

Il me semble que j'ai encore mieux joué que d'habitude. L'amour me réussit. 

 

Demain, nous serons en Avignon. Un lieu mythique pour le théâtre.

 

Renée semble avoir vu que quelque chose se passait chez moi, mais comme ce n'est pas "en mal", elle ne s'inquiète pas.

 

Nous avons fait salle pleine et eut droit à trois rappels.

 

A l'hôtel d'Angleterre, un repas de choix nous attendait, mais je dois surveiller ma ligne et plus seulement pour jouer Gigi.

 

Autant je me moquais de mon apparence avec G..., autant j'ai envie de plaire à Régis.

 

Je n'ai pas de nouvelles de Sophie L... ni de Nancy.

 

Demain, je dois normalement payer mon loyer à Paris. J'espère ne pas retrouver toutes mes affaires sur le palier.

 

Je ne peux pas gagner sur tous les tableaux, la vie artistique semble me sourire, et la vie privée aussi depuis peu.

 

Régis est venu dormir avec moi, enfin, pas vraiement dormir, nous avons fait l'amour presque jusqu'à l'aube, j'aurais les yeux cernés à la répétition d'Avignon.

 

 

Dans Télémagazine 23 février 1967

Lire la suite

Mardi 30 Janvier 1973

28 Décembre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1973 Janvier Avril

Petite journée TV, avec comme seul divertissement "Les Sans studio", des frères ennemis. On y est cependant gâté avec la présence de Claude Nougaro, Francis Lemarque et Daniel Seff, compositeur toulousain frère d'un Richard Seff.

 

Sur la 2, dossiers de l'écran consacrés à Marcel Cerdan.

 

Par contre, j'ai regretté de ne pas capter la 3 qui proposait un téléfilm du genre fantastique, "Le Bleu d'outre tombe", avec Jean-Roger Caussimon.

 

31_le-roi-de-fer.jpg

Lire la suite

Lundi 3 Février 1964

27 Décembre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL POSTHUME IMAGINAIRE

Jour de relâche à Salon de Provence.

 

Jour de drague.

 

Nous répétons au théâtre municipal Armand. L'hôtel où nous sommes descendus à l'hôtel d'Angleterre.

 

La répétition a commencé à 15h, nous sommes arrivés par le train vers 10h et avons posé nos bagages à l'hôtel.

 

Pas de stress pour la neuvième représentation, elle n'aura lieu que demain.

 

J'apprécie ce jour de vacances et j'essaie de me rapprocher de Régis.

 

Nous avons visité la ville, été à la maison du fameux mage Nostradamus, puis vu le Musée de l'Empéri et la collégiale St Laurent où nous avons échangés notre premier baiser.

 

Après le repas, je l'ai invité (discrètement) à me rejoindre dans ma chambre où il est resté jusqu'au matin.

 

Régis est beau, intelligent, si vulnérable là contre mon sein que je voudrais que ce moment ne finisse jamais.

 

Je n'ai jamais été aussi amoureuse d'un garçon avant lui.

 

Nous nous cachons et cela ajoute encore à notre amour. Ce côté caché, interdit, est romantique.

 

Dans ces moments là, je me dis "vive la vie".

 

 

Salon-de-Provence.jpg

 

Lire la suite

Lundi 29 Janvier 1973

27 Décembre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1973 Janvier Avril

Sans le savoir, je me trouve là deux jours avant de tenir dans les mains le télé poche avec Muriel en page 2 en photo couleur au naturel, c'est à dire une photo prise en studio et pas dans un film.

 

Ce soir là, excellent feuilleton, "Docteur Caraïbes" à 19h20 sur la 2, et moins bons feuilletons "Les habits noirs" et "Joseph Balsamo".

 

Aujourd'hui, plutôt que Jean Marais, je regarderais sur la 2 "La vie du bon côté".

 

 

vlcsnap-2012-11-18-18h05m08s135.png

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 > >>