Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Tous les chemins mènent à Muriel Baptiste!

28 Février 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #DIVERS

De retour de Clermont-Ferrand par le TER, ont défilé Riom, Vichy, Roanne, Tarare et cela pour arriver à Lyon Part-Dieu pour un changement. J'ai oublié sans doute une ou deux étapes. Mais le paysage lui que je regardais en biais sur la droite direction nord donc, et pas en me tournant de côté où une jeune voyageuse rouge à lèvres et genre "qui fait sa belle" aurait pu penser que je la dévisageais (dans ces TER, on est mal placés, j'étais côté couloir à l'inverse du sens de marche, la personne dont je parle assise de côté donc me faisant face quand je voulais regarder dehors), bref de biais, j'ai vu défiler ce paysage passant le l'Auvergne aux départements de La Loire et du Rhône, et inévitablement, je pensais à "La Princesse du rail". Pauvre colonel Vidal, aujourd'hui ce sont plus des trains à vapeur qui passent vers chez toi mais des TER. Je pensais surtout à sa fille, et bien évidemment à son interprète. Muriel, tu étais dans ces parages en 1966. Tu es la passion de toute une vie, la mienne, et en 2014 je pense à toi comme si tu étais là.

De retour chez moi, toujours pas de nouvelles de Persée, ils ont vraiment décidé de prendre leur temps, espérons que l'attente sera justifiée par une mise en page et une infographie impeccable.

 

La princesse du rail 02

Lire la suite

Les rivales de Muriel

22 Février 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #HORS SUJET

En 1972-73-74, il y avait de bien jolies actrices à la télévision, faisons un tour d'horizon de ce que j'appelerai "les rivales de Muriel".

 

1) Lynda Day-George (1944), a joué dans toute la saison de "Mission Impossible" vue en France en 74, "L'Immortel" avec son mari Christopher George, "Cannon", le western "Chisum" avec John Wayne, "Le magicien" avec Bill Bixby, "La côte sauvage". Elle a tout arrêté à la mort de son mari en 83.

vlcsnap-2014-01-12-22h03m42s164.png

2) Jane Seymour (1951) la première Bond girl de Roger Moore dans "Vivre et laisser mourir", plus tard elle sera docteur Quinn, mais seuls ses débuts auront attiré mon attention

LALD_05.png

3) Lesley Ann Warren (1946) On la découvre en remplaçante de Barbara Bain dans la saison de "Mission Impossible" diffusée en 73, dans la foulée, elle est très séduisante dans le téléfilm "Les filles de Joshua Cabe", puis c'est "Un dangereux rendez-vous", "Columbo", elle tourne toujours.

LESLEY-ANN-WARREN-TOPLESS.jpg

4) France Dougnac (1951), elle enchaîne les feuilletons dès 72 "Le neveu d'Amérique", "La mer est grande", puis au cinéma "Coup de tête", elle ne tourne plus depuis 1988, aujourd'hui je lui en veux un peu car dans le paysage télévisuel, elle a un peu à l'époque piqué la place de Muriel

FRANCE-DOUGNAC.jpg

5) Diana Rigg (1938) Emma Peel dans "Chapeau melon et bottes de cuir", elle tourne toujours, mais on se souvient de ce seul rôle, elle a toujours un peu ressemblé à Muriel, les voici toutes deux

DIANA-RIGG-G-LAZENBY.jpgvlcsnap-2013-06-30-11h31m49s29.png

 

6) Linda Thorson (1947) Tara King dans "Chapeau melon et bottes de cuir", à jamais cataloguée dans ce seul personnage

LINDA THORSON

7) ensuite des comédiennes vues en vedettes invitées dans des séries, on commence par Susan George (1950) dans "Amicalement vôtre"

SUSAN-GEORGE.jpg

8) Susan Oliver (1932-1990) dans "Les envahisseurs"

vlcsnap-2014-02-21-22h23m17s131.png

9) Suzan Farmer (1942) le saint et amicalement vôtre, elle a arrêté de tourner en 78, une fille qui ressemble assez à Muriel

SUZAN-FARMER_02.png

10) Jessica Walter (1941) découverte dans "Mannix" et le premier film réalisé par Clint Eastwood "Un frisson dans la nuit"

PLAY-MITSY-FOR-ME_01.pngCANNON_03.png

11) Christine Belford (1949) qui est l'espiègle rivale de "Banacek" dans la série du même nom

vlcsnap-2014-02-21-21h05m32s106.png

12) Marj Dusay, 1936, je lui trouvais une ressemblance avec Diana Rigg, vue dans "Les mystères de l'ouest", "Hawaii Police d'état" et "Cimarron"

vlcsnap-2014-02-23-00h32m03s199.png

13) Maud Adams, 1945, dans "L'homme au pistolet d'or"

MAUD-ADAMS.jpg

14) Susan Strasberg (1938-1999) dans "Les envahisseurs"SUSAN-STRASBERG-dans-les-envahisseurs.png

15) Elizabeth Baur, 1947, dans "L'homme de fer", a arrêté pour devenir peintre

ELIZABETH-BAUR.jpg

16) Skye Aubrey, 1945, l'homme de Vienne

SKYE-AUBREY.jpg

17) Joanne Dainton (?) amicalement vôtre et chapeau melon et bottes de cuir

JOANNE-DAINTON_06.png

18) Jennie Linden (1939) amicalement vôtre

JENNIE-LINDEN.png

19) Linda Marsh (1939), la tour des monstres ( a arrêté de tourner en 79)

LINDA-MARSH_04.png

20) Samantha Eggar (1939) Anna et le roi

samantha-eggar-the-collector.jpg

21) Katherine Justice (1942) les envahisseurs

KATHERINE-JUSTICE_15.png

22) Stéphanie Powers (1942) Annie agent très spécial

stephanie-powers-21.JPG

23) Anne Francis (1930-2011) les envahisseurs

ANNE-FRANCIS.pngAnne Francis

24) Elizabeth Montgomery (1933-1995) Ma sorcière bien aimée

ELIZABETH-MONTGOMERY.jpg

25) Linda Evans (1942) mais uniquement au début "la grande vallée"

LINDA-EVANS.jpg

 

Mais à la fin des fins, il n'en reste qu'une... et elle n'a pas de rivales!

 

vlcsnap-2012-11-18-18h04m51s223

Lire la suite

Muriel dans "Cinémonde" en 1967

21 Février 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #BIBLIOGRAPHIE - PRESSE

N-EST-PAS-VAMP-QUI-VEUT.jpgCINEMONDE-1967.jpg

 

CINEMONDE °1686 DU MARDI 28 MARS 1967

MURIEL BAPTISTE : N'EST PAS VAMP QUI VEUT!

 

Tant mieux! Muriel, l'adorable "Princesse du rail" de la TV, prend en vain cette pose de grande séductrice : son charme est celui d'une piquante adolescente, d'une "Gigi" (qu'elle joua excellemment à la scène auprès de Paul Guers et de Renée Saint-Cyr), maintenant un peu poussée en graine. Après "Les Sultans" de Jean Delannoy, où elle avait un rôle fort important, nul doute qu'elle ait un bel avenir au cinéma, car elle a cette qualité N°1, elle sait jouer. Mais Muriel n'est pas pressée et le petit écran l'accapare : "C'est un merveilleux moyen, dit-elle, de faire ses armes." Les siennes sont déjà éminemment convaincantes.

Lire la suite

Vendredi 7 Juillet 1972

20 Février 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972 2e rédaction

Pas grand chose à se mettre sous la dent au niveau télévisuel ce vendredi à part l'apparition de Muriel et l'épisode d'Omer Pacha.

Je me demandai pourquoi je ne regardais pas "le fantôme de l'ile au moine" sur la 2 à 19h05, mais j'ai la réponse, ma grand-mère qui vivait chez nous mettait la Une et "Actualités régionales".

Ils me font trop rire, les éditeurs à compte d'auteur qui viennent aux nouvelles pour mon ouvrage sur Muriel après m'avoir superbement ignoré : une dame de chez Edilivre, maison qui édite gratuitement tout et n'importe quoi n'en revenait pas en me téléphonant : "Mais alors c'est trop tard ?".

Edilivre m'a demandé de copier sur du word tous mes documents photos, car ils ne voulaient pas avoir deux fichiers. J'ai dû me prendre la tête pour y arriver.

Je laisse Edilivre à ses auteurs amateurs qui sont tous persuadés d'avoir réinventé l'imprimerie et Molière ou Balzac. Persée à travers le réseau Hachette devrait proposer le livre en avril.

Ce livre me survivra, il se trouvera toujours quelqu'un dans cinquante ans pour tomber dessus. Ne trouve-t-on pas déjà mon premier sur ebay ? Il est la revanche de Muriel Baptiste sur cette destinée cruelle, cette carrière avortée en plein vol, ce talent oublié de beaucoup de ceux qui dans le métier se disaient ses amis.

Lorsque tous les blogs gratuits auront disparu dans les néants sidéraux d'internet, "La vie, quelle gifle!" restera le témoignage de l'immense talent de Muriel.

Une petite anedcote maintenant : la dernière fois que j'ai vu mon cousin et sa mère avant leur départ à la Réunion, mon cousin avait le permis et le dimanche nous sommes partis dans le coupé 404 bleu. Je lui avais demandé d'aller à Donzère mais il répondit que c'était trop loin. Nous nous contentâmes donc du Rhône autour de Montélimar. Il y avait des travaux sur le pont suspendu du Teil et un sens unique de circulation. Devant nous, un type ne démarra pas au feu vert, et mon cousin le klaxonna. Que n'avait-il pas fait ? L'autre (c'était un vieux) sortit de sa voiture et vint chercher querelle. Mon cousin lui répondit "Vous n'allez pas en faire tout un plat". L'homme cherchait la bagarre. Des jeunes assis sur le rebord du début du pont nous dirent : "C'est un fasciste!". Une fois rentré chez mes parents, mon cousin racconta l'incident, et sa mère voulait prendre la voiture pour chercher le querelleur.

Juillet 1972 s'éloigne un peu plus chaque jour, et pourtant ces choses là sont inscrites dans ma mémoire.

Me voici maintenant cette année-là, avec le chien qui devenait mon chien car le voyage jusqu'à l'ile de la Réunion coûtait trop cher, un mois plus tard sur le Pont de Tancarville, qui est nettement plus grand cela va de soi que le Pont du Teil!

tancarville 1973 avec kiki


Lire la suite

Jeudi 6 Juillet 1972

19 Février 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972 2e rédaction

Ce soir là, deuxième épisode de "Aventures australes" avec Ty Hardin dans le rôle de Moss Andrews, "Le sang du capitaine". Une série qui sera rediffusée deux ans plus tard le mercredi à 15h15 après "Aujourd'hui Madame", et depuis plus rien. Moss Andrews est un aventurier qui à depuis son hors bord mène des enquêtes de détective malgré lui. Je me souviens 41 ans après de la musique du générique... et c'est tout.

Mon cousin germain, sur le point de partir à la Réunion, me fait écouter le 45t Pop Corn par Anarchic System, et je l'achète à mon tour. Une musique qui sera au sommet du hit parade avant de tomber dans l'oubli.

Je me familiarise chaque jour davantage avec l'univers de Geneviève Lagrange, mais inutile dire que le vrai "Tilt" va avoir lieu le jour (très prochain) où Muriel sera Annunciata à 12h30 et Geneviève Lagrange à 20h15.

Anarchic System - Pop Corn - sm

Lire la suite

Mercredi 5 Juillet 1972

18 Février 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972 2e rédaction

Deuxième rendez-vous avec Geneviève Lagrange qui, mais ce n'est guère étonnant, me charme de plus en plus, elle n'est nulle autre qu'Annunciata, la petite bohèmienne très brune dans "La Princesse du rail".

Ce soir-là, aux dossiers de l'écran, un film de Truffaut "Fahrenheit 451", une histoire de Ray Bradbury dans laquelle on brûle des livres à laquelle je n'ai pas compris grand chose. A ce jour, je n'ai jamais revu le film.

L'après-midi, il y avait à 15h10 le sixième épisode d'Omer Pacha.

Que ne donnerais-je pas pour remonter le temps jusqu'à cette journée de ce mois de juillet idyllique ? Car les vacances, si elles me privaient de mon ami Francis, m'accordaient un peu de quiétude, en effet, et cela durera jusqu'à mon arrivée au Lycée en seconde en septembre 1974, de tout petit à ce moment là, je fus le souffre douleur des autres de la classe, l'enfant chétif qui se faisait taper dessus. Les vacances m'enfonçaient dans la solitude mais aussi la quiétude. Après, je ne garde pas non plus de mon enfance un souvenir traumatisant. J'avais juste le tort de ne pas me défendre.

Une scène de Richard Lagrange

Lire la suite

4 Juillet 72 : rencontre avec l'étrange jeune femme blonde

17 Février 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972 2e rédaction

Ce mardi 4 juillet 1972 arrive la blonde infirmière Geneviève Lagrange, alias Muriel Baptiste. Entre 1967 ("La Princesse du rail") et l'été 72, j'ai eu peu l'occasion de revoir Muriel.

"Par mesure de silence", "Le Corso des tireurs" et "Lancelot du lac" sont passés sur la 2, qu'un nouveau poste TV familial captera en janvier 71. L'ancien ne captait que la Une en 819 lignes. Il aura tenu de 1966 à 1971.

Le 8 août 67, "Lucide Lucile" passe sur la une mais d'une part j'étais en cure à Allevard Les Bains, d'autre part ce n'est pas un programme pour enfants.

Lorsque Muriel joue dans les épisodes 6 et 7 des "Chevaliers du ciel" en octobre 1967, je ne la reconnais pas, elle est très loin de la gitane aux longs cheveux bruns de la Princesse. Par contre, je suis certain d'avoir vu le feuilleton (cette saison 1 ne sera rediffusée qu'en juillet 1979 car elle est en noir et blanc).

Je rate "Zoé" étant en vacances à Dreux chez mon frère le 26 août 71, je revois Muriel dans "Maigret aux assises" le samedi 11 septembre de la même année, je me souviens même que ce soir-là, la partie de ma famille dont je disais sur ce blog qu'elle était partie à la Réunion en juillet 72 était venue nous voir.

Je n'ai pas forcément fait le rapport entre Ginette Meurant la criminelle de Maigret et Annunciata. Enfin, comble de malchance, "Allo Juliette" passe le samedi 1er avril 72 sur la Une, soir de la semaine où mes parents regardent la 2 (c'est le soir des Carpentier).

Alors l'amour va passer de la princesse à Muriel avec "Les dernières volontés de Richard Lagrange". Je suis à deux mois de mes 13 ans. Même si je continuerai à l'appeler "Princesse du rail" jusqu'à la vision des "Rois maudits". Là, cela deviendra pour moi définitivement Muriel.

En juillet 1972 se reproduit le même coup de foudre qu'en février 1967 lors de la première diffusion de la princesse. Il était écrit quelque part que j'aimerai Muriel et pas une autre.

J'avoue que moi qui n'aimait que les brunes à cause de Muriel, la découvrir en blonde (enfin toujours en noir et blanc) me cause une certaine surprise.

Dès le premier épisode de Richard Lagrange, Muriel a le même air farouche qu'elle avait dans la princesse. Muriel est des 30 épisodes du feuilleton, elle a le premier rôle. L'accoutumance me guette et je m'y fais vite, en ces temps où le magnétoscope n'était qu'un mirage. Très vite ce sera deux fois par jour que je la verrai, Télé Poche annonce dans sa page du 1er juillet que "La Princesse du rail" va remplacer "Miditrente".

Retomber amoureux de la même personne si jeune à cinq ans d'intervalle n'est pas banal. Comme je l'ai dit, mes parents partent en vacances en 1972 ce qui n'était pas arrivé depuis ...1968, et ils partent en août, la diffusion des deux feuilletons de Muriel sera terminée.

Il n'y a pas de doutes, elle s'est trouvée sur ma route, tout cela était écrit.

Mektoub!

1er-EPISODE-TELE-POCHE-NOUVEAU-SCAN.jpg


Lire la suite

Lundi 3 Juillet 1972

16 Février 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972 2e rédaction

Annie Cordy vedette de la semaine de "Miditrente". Notons à 19h05 sur la  2 la rediffusion de la série anglaise "Le fantôme de l'ile au moine", déjà  programmée sur la 2 ORTF en 1969, série de 1967 produite par Michael C. Fairall et réalisée par Jeremy Summers, rediffusée dans les années 90 sous forme d'un grand téléfilm sur M6. La majeure partie du casting est composée d'enfants comme Lucinda Jackson, et rappelle un peu "Les Galapiats ou le trésor du château sans nom", série française.

L'après midi, un film avec Pierre Brasseur, Sophie Daumier et Francis Blanche, "Pas de caviar pour Tante Olga" (aucun souvenir), par contre il est certain que le soir, j'ai regardé l'épisode des "Incorruptibles" avec Mike Connors-Mannix pour une fois en méchant, "L'histoire d'Eddie O'Gara".  Quelques semaines plus tôt, c'était au tour de Roy Thinnes alias David Vincent des envahisseurs de jouer les gangsters le temps d'un épisode des incorruptibles.

"Les chemins de pierre" se terminent (ouf) et le lendemain une infirmière blonde, Geneviève Lagrange, va débouler dans le petit écran, son visage ne m'étant pas totalement inconnu!

Il y avait de l'amour dans l'air cet été 1972, déjà avec la chanson de Michel Fugain et le big bazar "Une belle histoire". L'été suivant, en 1973, je retrouverai dans la chanson "Chante comme si tu devais mourir demain" tous les mots que m'inspire ma passion pour Muriel Baptiste. Et aussi dans "La maladie d'amour" de Sardou.

MICHEL FUGAIN UNE BELLE HISTOIRE


Lire la suite

Dimanche 2 Juillet 1972

15 Février 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972 2e rédaction

A l'époque, je regardais tout à la télé. "Discorama" de Denise Glaser accueille Nino Ferrer pour son album "Métronomie" dont seul le 45t extrait "La maison près de la fontaine" attirera le public.

Personne d'intéressant à "Télé Dimanche", j'ai dû regarder sans doute Esther Williams sur la 2 dans "La fille de Neptune", genre de films qu'en grandissant je délaisserai définitivement.

Le soir, film avec Robert Mitchum, "Pour que vivent les hommes" raconte la vie des étudiants en médecine dans un hôpital américain. Pendant l'année scolaire, je n'avais souvent pas le droit de regarder le film du dimanche, j'en profitais l'été.

L'année scolaire 1971-72, en classe de cinquième, arrivait de Besançon celui qui reste à ce jour mon meilleur ami. Il s'appelait Francis, mais pendant l'été, nous ne voyions pas. Je n'ai jamais été chez lui. Il vint une fois chez moi. C'était mon confident, et à la rentrée 72, j'aurai bien des choses à lui raconter.

Au 2 juillet 1972, l'amour est une chose que je n'avais éprouvé qu'en 1967 avec "La Princesse du rail" (donc pour Muriel même si enfant je retenais plus le nom de son personnage que son nom d'actrice). Un jour de 1969, j'avais cru la voir "en vrai", en attendant ma mère à la sortie de son travail, mais toutes les jolies brunes ayant la forme de visage qu'a Muriel dans "La Princesse du rail" se ressemblent. J'ignorais alors que Muriel portait une perruque brune dans la série. La brune de 1969 qui me fit un tel effet s'appelait Liliane et était une collègue de travail de ma mère. Dans la nuit du 10 au 11 mai 1970, elle trouvait une mort tragique dans un accident de moto en plein Montélimar. Premier contact avec la mort, cette histoire me traumatisa, mais j'ignorais qu'un jour, j'apprendrais le décès de celle à laquelle Liliane ressemblait.

Pour revenir à Muriel, elle allait revenir le mardi 4 juillet en blonde dans "Richard Lagrange" chaque soir.  Muriel était chatain et j'allais vite l'aimer comme elle était. Les photos d'elle en couleurs dans Télé Poche allaient me familiariser avec Muriel non teinte. Car en 1972, ma télé restait en noir et blanc.

NINO-FERRER-LA-MAISON-PRES-DE-LA-FONTAINE.jpg

Lire la suite

Samedi 1er Juillet 1972

14 Février 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972 2e rédaction

Persée ayant décidé de me faire mourir d'attente, je reviens sur l'année 72-73.

Cet été 1972, une partie de ma famille partait pour la Réunion, je me retrouvais donc avec en héritage un loulou de Poméranie rapatrié de Papeete et dont le voyage aurait coûté trop cher. Et qui se nommait Kiki. C'est la première fois de ma vie que j'avais un chien, mais l'été 72 allait m'apporter un autre bonheur : le retour de la princesse du rail, au propre comme au figuré. La série "La Princesse du rail" allait être rediffusée, mais son interprète allait revenir aussi dans un feuilleton contemporain et j'allais cette-fois retenir son nom, Muriel Baptiste.

Les vacances estivales avaient commencé, je restais à Montélimar, mais mes parents, qui avaient annulé un voyage en Normandie l'année d'avant, eurent la bonne idée de ne partir qu'en août, une fois les deux feuilletons avec Muriel terminés.

Et serais-je ce soir sur ce blog en train de parler d'elle si nous étions partis en juillet ?

Je regardais tout alors à la télé, je recevais deux chaînes en noir et blanc (je n'aurais un poste couleurs qu'en 1978). La saison 1971-72 m'avait gâté côté TV avec "Les envahisseurs" saison 2, "Mannix" saison 3 (dont l'épisode "Qui est Sylvia ?" avec Jessica Walter qui est un peu une Muriel Baptiste américaine) et "L'immortel" avec Christopher George, dont hélas j'avais raté le dernier épisode étant en classe verte à la Garde Adhémar.

Ce 1er juillet, l'ORTF proposait le 5e épisode de la rediffusion de la série "Omer Pacha" avec Mihael Baloh (né en 1928 et selon imdb toujours parmi nous), et le 5e épisode de "Mandrin" que je n'ai jamais revu, avec Pierre Fabre qui lui nous a quitté le 23 mars 2006.

Le feuilleton du soir, "Les chemins de pierre", avec André Valmy, ne m'a pas laissé un grand souvenir. "Jeux sans frontières" avait déjà commencé et c'était la 2e à Berne. Danièle Gilbert animait Miditrente et terminait ce jour-là la semaine avec Line Renaud (zzzzzzzzz). Dans les programmes de l'après-midi, sur la Une, je vois que Gérard Lenorman sévissait déjà avec "Le petit prince" et "La fête des fleurs". En fin de soirée, Philippe Bouvard, le Thierry Ardisson de l'époque, sévissait.

A demain pour la suite...

1er-JUILLET-72-MANDRIN.jpg

Lire la suite
1 2 > >>