Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Livre disponible sur Amazon

30 Mai 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #LIVRES

A compter de ce jour 30 mai, le livre est disponible sur Amazon.

couv9762.jpg

Lire la suite

Apparition du livre sur Amazon

27 Mai 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #LIVRES

Avec une grosse faute, "Muriel Baptiste, la vie qu'elle gifle" (!!!), sans photo (c'est moi qui l'ai ajoutée), Amazon répertorie le livre, mais ne le vend pas encore.

Il apparait cela dit sur le site de la Bibliothèque Nationale de France.

 

http://nouveautes-editeurs.bnf.fr/annonces.html?id_declaration=10000000154280&titre_livre=Muriel_Baptiste_:_la_vie,_quelle_gifle

 


 


Lire la suite

Première mise en vente disponible

24 Mai 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #LIVRES

 

Cliquez sur Link

link

Persée depuis ce matin a mis le livre en vente. Pour Amazon, Fnac, Dilicom, Chapitre, Cultura, Decitre, il faudra attendre trois semaines un mois, car les plateformes citées le feront au mur et à mesure et selon leur bon vouloir.

 

 

 

COUVERTURE LIVRE MURIEL

 


Lire la suite

Muriel remise en lumière

20 Mai 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #LIVRES

Sur Ebay, des photos de Muriel prises dans "Tilt magazine", "Les Sultans" et une pose que Télé Poche avait proposé pour la diffusion de "Par Mesure de silence" en 67 sont en vente. Signe d'un regain d'intérêt ? Bon, les photos sont connues, et vendues 60 euros. Ce n'est pas avec de tels prix que le public sera attiré, mais c'est peut être un signe précurseur d'un intérêt renaissant ?

Amazon et Fnac devraient mettre en ligne "La Vie, quelle gifle", en espérant que le problème de Publibook en 2007 ne se reproduise pas. Maryse T m'avait signalé avoir commandé mon livre et ne pas l'avoir reçu ni être débitée au bout de plusieurs semaines. Publibook attendait que 10 exemplaires soient commandés pour faire un tirage! Résultat, les gens annulaient leurs commandes et peu d'exemplaires se sont vendus.

Persée semble plus sérieux de ce côté là. Je testerai dès que l'ouvrage sera en ligne. Des sites comme Amazon et Fnac permettent aussi d'envoyer à un destinataire sans faire la queue à la poste, je compte envoyer à Bernard Rousselet qui m'a grandement aidé. J'ai lu le livre hier et malgré maintes relectures avant tirage, on note de toutes petites coquilles fort heureusement pas importantes. Je mentionne que Georges Cravenne à réalisé "Maigret aux assises", c'est Marcel Cravenne. Je situe la tombe de Muriel 115e division, 2e ligne, c'est 115e division 3e ligne 2e tombe. Dans la partie qui résume "Richard Lagrange", page 101, "Castel fait mine de s'en de vouloir renoncer à s'en occuper au profit de Mme Montigny", c'est "au profit de Me Montigny" (Maître Montigny).

J'espère qu'à terme, ce livre supplantera définitivement l'autre, car côté informations, le lecteur ne sera pas déçu. Je survole ce que les gens savent déjà (Je ne raconte pas "Les Rois maudits" ou "La Princesse du rail" par exemple). Je ne disposais pas lors de l'écriture du premier livre (2005-2006) d'autant de précisions, il aura fallu du temps, des recherches, des témoignages, des déplacements. Je n'aurais pas fait tout cela pour un autre artiste, il fallait qu'à mes yeux cela en vaille la peine, et Muriel en vaut très largement la peine.

annunciata_episode17.JPG

Lire la suite

Comme l'avait dit Thierry Roland : "Après ça on peut mourir tranquille"

19 Mai 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #LIVRES

Enfin!

J'ai reçu ce matin des exemplaires du livre sur Muriel, oh, en nombre limité. C'est le terme de relations compliquées avec un éditeur à compte d'auteur. Le livre existe, il a un code barre, mais il n'est référencé nulle part, et donc pas encore en vente. Pour cela, il fallait que l'imprimeur éditeur reçoive le dernier acompte de la transaction. Cela a été fait vendredi dernier, alors le temps que la comptabilité de cette société l'encaisse, il va falloir attendre un peu. Amazon, Fnac, Chapitre, Decitre et un réseau de libraires d'Hachette le mettront en vente.

Donc, maintenant, le livre va sortir, comme dirait Thierry Roland "Après ça, on peut mourir tranquille, le plus tard possible". J'ai bien cru un moment que ce livre ne sortirait jamais, mais bon, tout cela est derrière moi maintenant.

Ce livre contient tout ce que l'on peut savoir sur Muriel Baptiste, et le temps passant, les témoins disparaissant l'un après l'autre, il est peu probable que de nouvelles informations soient découvertes.

L'apport du correcteur de Persée s'est avéré incontournable, il a corrigé la ponctuation, les majuscules, il écrit par exemple "Seconde Guerre mondiale" (et non comme moi "seconde guerre mondiale").

Dans cet ouvrage, je ne parle pas de moi (On me l'a reproché lors du premier livre de 2007). Ce n'est pas non plus une hagiographie, je révèle les faiblesses et les travers de Muriel, sans jamais toutefois la juger, et en lui cherchant (quand même) des excuses.

Il y a aussi des témoignages "manuscrits" de gens du spectacle, quatre photos, des documents d'état civil de la famille de l'actrice reproduits. C'est un travail d'enquêteur. Mais ce qui me fait le plus plaisir, c'est que la présentation donne le dernier mot à Muriel. Muriel Baptiste "La vie, quelle gifle!", on dirait presque que l'auteur, c'est Muriel. Le comédien Bernard Rousselet m'a bien aidé avec son témoignage déterminant, car "La vie, quelle gifle", c'est ce que répétait Muriel sur le tournage des "Dernières volontés de Richard Lagrange". Je n'ai pas censuré ceux qui par delà la mort n'aiment pas Muriel, ils l'ont cotoyée, moi non. Anne Vernon estime qu'elle ne mérite pas un livre, elle a le droit de le penser. Ses relations avec "Geneviève Lagrange" ne furent pas idylliques. Mais d'autres gardent un souvenir ému de la comédienne, et ils sont quand même nombreux.

 

COUVERTURE LIVRE MURIEL


Lire la suite

Mardi 11 Septembre 1973

18 Mai 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1973

Joe Dassin est l'invité de la semaine chez Danièle Gilbert. Il va être à compter de cette semaine dans "Télé Poche" le héros d'un roman photos "Un bateau si tranquille".

On imagine mal aujourd'hui qu'à l'époque, France Gall, Stone et Charden, Sacha Distel, Gérard Lenorman, se prêtaient à l'exercice, il faut rappeler que Télé Poche a été créé par Cino Del Duca (mort un an après la création du magazine, soit en 1967) et que la publication était assurée par sa veuve Simone Del Duca, couple qui en Italie régnait sur l'édition des romans photos.

Comme j'aurais aimé avoir Muriel dans une histoire de ce genre!

Ce soir-là, aux "Dossiers de l'écran", "L'affaire Dreyfus" de et avec José Ferrer. La Une propose un documentaire, "La mémoire des glaciers".

On ne le sait pas mais Pompidou est très malade. Il est en voyage officiel en Chine et rencontrera le 12 Mao.

4 le premier jure fevrier 1973


Lire la suite

A chacun son temps

15 Mai 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #HORS SUJET

Nous sommes en 2014 et ce sont les jeunes (et belles années) pour d'autres qui arrivent. Il y a 40 ans, Muriel venait de faire ses dernières apparitions à la télé, je venais de découvrir Roger Moore en James Bond au cinéma, Abba gagnait le grand prix Eurovision.

Le Printemps continue d'arriver périodiquement, sans se soucier des gens que l'on a aimé et qui ne sont plus là, sans garder en mémoire les premiers émois. Il en est ainsi depuis la nuit des temps ou presque.

Mon petit fils et ma fille sont les soleils de l'automne de ma vie, dans un an, mon petit fils aura l'âge que j'avais lorsque j'ai découvert en février 1967 Muriel dans "La Princesse du rail". La vie est devant lui comme le petit enfant que j'étaits en 1967, qui participait le 30 juillet 1967 à une fête ferroviaire en Ardèche, au mas de la Vignasse d'Alphonse Daudet, après une excursion en autocar à Balazuc dont j'ai gardé des photos. Ce jour-là, je cherchais sans le savoir "la princesse du rail", car les décors étaient similaires à ceux de la série. L'écrivain cheminot Roger Ferlet me dédicaçait son livre "Les contes de ma mère le rail" : "Au jeune Patrick Sansano, avec toute mon affectueuse sympathie, en lui léguant cette expérience de ma vie, "rien n'arrive sans travail"! Bonne chance d'un vieux cheminot, Roger Ferlet, Mas de la Vignasse, 30 juillet 1967".

Ce livre, je l'ai toujours gardé précieusement, même si la couverture s'est un peu déchirée, et je ne me souviens pas l'avoir jamais lu! Il serait temps que je me décide, j'ai quarante sept ans de retard!

On ne reviendra pas en arrière, je ne remonterai pas le temps, l'ampli de ma chaîne hi fi est fatigué, mais les amplis "phono" aujourd'hui n'existent plus, on en est aux amplis "home cinéma", alors lorsque j'écoute mes disques vinyles, il faut faire avec quelques sons qui bourdonnent, des effets larsen.

On ne reviendra pas en arrière et je ne trouve pas cela triste, car place aux autres, les miens sont jeunes et heureux, en bonne santé. A chacun son tour, à chacun son temps. Mon avenir est à présent celui de ma petite famille. Il a sans doute manqué cet élément essentiel (un enfant) à Muriel comme à Dalida.

Bon, en attendant, j'aimerais bien que mon livre sur Muriel sorte. Et que l'on reparle d'elle, car tel qu'il est présenté : "Muriel Baptiste : "La vie, quelle gifle!", on a l'impression (et j'en suis vraiment heureux) que c'est elle l'auteur.

Les photos où l'on me voit de face et de dos datent de l'été 1967 mais ne font pas partie de l'excursion en Ardèche, elles ont été prises à Allevard les Bains, encore sur une voie ferrée désaffectée!

LES-CONTES-DE-MA-MERE-LE-RAIL.jpg31-juillet-1967-ardeche.jpgBalazuc-31071967.jpgPatrick-a-Allevard-en-1967.jpgPATRICK-PHOTO-ORIGINALE.jpg

Lire la suite

Lundi 10 Septembre 1973

14 Mai 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1973

Sur la Une, premier épisode de la série "Les aventures extraordinaires du Baron Frederic Von Der Trenck" (Qui peut me trouver un titre de feuilleton plus long ?). Superbe musique du générique, je l'ai encore en mémoire, alors que j'ai tout oublié du feuilleton. L'italienne Nicoletta Machiavelli, authentique descendante de Machiavel, y joue le premier rôle féminin, tandis que le beau Mathias Habich incarne le héros. Ce feuilleton en sept épisodes sera suivi en octobre par "Les nouvelles aventures de Vidocq".

Sinon, je me souviens d'une rentrée où je recherche désespérement Muriel sur le petit écran, et où elle brille par son absence.

Salvatore Adamo entame lui une traversée du désert, son album 33 tours de rentrée 73 sera "A ceux qui rêvent encore". Aucun tube, mais il s'en moque, il fait la musique dont il a envie, et sur ce disque, il y a une superbe chanson qu'il réenregistrera dans les années 90, "Mourir dans tes bras".

A-CEUX-QUI-REVENT-ENCORE.jpg

Lire la suite

Un petit tour dans le passé

12 Mai 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #HORS SUJET

Maudissant un éditeur à compte d'auteur (= imprimeur) qui me fait poireauter depuis novembre 2013 pour publier une bio de Muriel, me voilà pour quelques jours à Tulle dans la famille, en Corrèze. Et chez un disquaire!

Une véritable machine à remonter le temps. 20 minutes dans une boutique où je sors émerveillé avec un 45t d'Adamo que je n'avais pas ("J'ai tant de rêves dans mes bagages") et un 33t de 1982, la BO du film "Conte de la folie ordinaire" avec Ben Gazzara et Ornella Muti. La musique, formidable, n'a jamais été rééditée en CD. Le film lui n'était pas terrible, mais permettait de retrouver Gazzara, pour moi à perpétuité le héros de "Match contre la vie", Paul Bryan, l'homme qui vient d'apprendre qu'il est atteint d'un mal incurable.

Pourquoi les disquaires ont-ils disparu ? Un fichier MP3 ne remplacera jamais le plaisir du disque, de la découverte de la pochette, du moment à flâner dans les rayons entre Adamo et Massimo Ranieri, Celentano et Nino Ferrer, France Gall et Drupi. Que de visages sur ces pochettes comme Michel Berger ou Bashung

Un client arrive et repart, après avoir acheté un 45t de Gainsbourg. Un client qu'il savait ce qu'il voulait, alors que moi je voudrais bien emporter tout le magasin.

Et puis, le lendemain soir, samedi, il y a l'Eurovision et ENFIN une bonne chanson italienne, enfin une chanteuse, Emma, que j'ai découverte gagnant le festival de San Remo en 2012. Emma chante un titre sorti depuis septembre 2013 dans le commerce (Un extrait de son troisième album, "Schiena", et même un extrait faible car il vient de la version "de luxe" avec des inédits de ce troisième album bis). Emma Marrone, déguisée en grecque, perd au change, elle est cent fois mieux au naturel qu'elle retrouvera vite. Un petit bond dans le temps me fait songer qu'en avril 1973, c'était Massimo Ranieri qui représentait à ce même concours l'Italie avec la chanson "Chi sarà con te ?"

En 1973, il y avait chaque soir à la télé Muriel dans "Le Premier juré". Et Muriel ne sera plus là, pour paraphraser l'ami Nino Ferrer, "c'est irréparable".

EP-J-AI-TANT-DE-REVES-DANS-MES-BAGAGES---3.jpg33-T-CONTE-DE-LA-FOLIE-ORDINAIRE-et-MILLE-MILLIARDS-DE-DOLL.jpg

Lire la suite

Jeudi 1er Octobre 1964

6 Mai 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL POSTHUME IMAGINAIRE

Saint Rémi

J'ai fait faux bond à Serge, qui a eu le bon goût de ne pas me relancer par le téléphone. Comme je ne semble pas intéresser Don, je me suis mis à réviser une fois de plus mon texte de "Plainte contre X". Nous commençons jeudi 15 à Compiègne.

Je me sens moins perdue connaissant déjà Jacques Morel et JL. Depuis le 27 juin, c'est l'office est non plus la RTF, ce qui ne change pas grand chose. L'ORTF et plus la RTF.

J'ai voulu écouter la radio, il était question du Japon à propos de l'inauguration d'une autoroute et d'une ligne de chemin de fer, cela ne m'intéressait pas.

Je me sens bien dans mon appartement rue Pigalle. J'ai passé un moment à regarder dans la rue. La vue est splendide, mais tout autre que moi trouverait cette réflexion idiote. En fait, c'est une rue animée, et à partir de mon appartement (Ce n'est peut-être qu'une impression), l'aspect glauque de Pigalle s'enfuit. Il y a de nombreux commerces près de mon entrée, symboles de la vie le jour, Pigalle la nuit est un peu plus bas.

En allant chercher mon courrier, j'ai salué Mme Groisy. Rien dans ma boîte aux lettres. On est venu me livrer un téléviseur, un cadeau de Renée. J'en suis presque gênée. Je sais dès à présent que je ne pourrais pas me regarder lorsque "Quelle Famille" et "Plainte contre X" seront diffusés.

J'ai reposé le scénario de "Plainte contre X" sur ma petite étagère fétiche de la bibliothèque offerte par Sophie.

vlcsnap-2013-12-12-20h21m08s51.png

Lire la suite
1 2 > >>