Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Samedi 30 Septembre 1972

30 Septembre 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972 2e rédaction

Lorsque l'on regarde l'actualité de la semaine du 30 septembre 1972, on est partagé entre nostalgie et un sentiment de morbide : Alain Colas, Georges Pompidou, Claude Piéplu, Carlos, C Jérome, Jean-Pierre Aumont, Andrex, Stephan Reggiani. D'autres sont toujours là : Antoine, Nicole Jamet, Alexandra Stewart. Il y a aussi ceux et celles qui ont quitté l'actualité nous faisant mesurer à quel point la célébrité est éphémère : la speakerine Claudie Lemeret, les ex-actrices Delphine Desyeux et Christine Audhuy. Voilà ce qui faisait la une du télé 7 jours 649 avec Nicole Jamet en couverture. Or Muriel Baptiste, en ce temps-là, était encore moins connue que les personnalités citées. Je ne m'étonne plus de l'oubli dans lequel elle est tombée.

Finissant la semaine consacrée à Georges Guétary, Danièle Gilbert invite Jean Vallée et l'inoxydable Annie Cordy. Le feuilleton de l'après-midi est toujours "Les Saintes Chéries". Le neuvième épisode, "Eve et le dimanche", propose à nouveau au générique Julie (Pascale Roberts), la meilleure amie de l'héroïne. En 1972, il y avait encore "Le petit conservatoire de la chanson" animé par Mireille.

Les Carpentier reçoivent Juliette Gréco, qui invite Jean Ferrat, Sylvie Vartan, Francis Blanche, Michel Piccoli, Robert Charlebois. Ferrat n'allait pas tarder à s'éloigner de la télévision pour y faire des apparitions très rares, à chaque sortie d'album, tous les cinq ou six ans.

A 21h30, pas d'Orchestre Rouge, mais à la place une série allemande, "La journaliste", avec Marianne Koch (co-vedette en 1968 avec Evelyne Dandry du feuilleton "Valérie et l'aventure") et Horst Frank, vedette de western spaghetti et qui a aussi joué dans "Les tontons flingueurs". Fidèle à sa politique de n'acheter qu'une sélection d'épisodes, l'ORTF en a pris six sur les treize existants. Marianne Koch est Renate Albrecht, une journaliste qui joue les détectives, tandis que Frank incarne Pit Schaffer, son collaborateur. C'est le genre de séries sitôt vue sitôt oubliée. Impossible de savoir à quel épisode correspond celui présenté ce samedi, "Un dimanche à Nurburgring", car le guide des épisodes sur internet est en allemand. Née en 1931, Marianne Koch a arrêté sa carrière avec ce feuilleton, à seulement quarante ans, pour se consacrer à d'autres activités. En l'occurrence, elle reprit ses études de médecine pour devenir médecin jusqu'en 1997. Les allemands l'ont retrouvée dans des émissions télévisées et de radio en tant que médecin venant donner des conseils.

Bouvard termine la soirée avec Sacha Distel, Caterina Valente et la danseuse Claude Bessy.

LA-JOURNALISTE.jpeg



Lire la suite

Vendredi 29 Septembre 1972

29 Septembre 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972 2e rédaction

Huitième épisode des "Saintes Chéries": "Eve et la maison de campagne", avec Pascale Roberts en guest, suivi par deux feuilletons "Ma sorcière bien aimée" et "Danse sur un arc en ciel". Mes parents ne voulurent sans doute pas se lancer jusqu'à 22h30 dans "L'inconnu du Nord Express", car je n'ai découvert cet Hitchcock qu'adulte, et d'après le programme, on a sans doute regardé "Entrez sans frapper".

C'est ce que j'appelle une petite journée télé. Rien de sensationnel.

A cette époque-là, et malgré sa prestation dans "Richard Lagrange", j'avais en tête Muriel telle qu'elle nous est présentée dans "La princesse du rail" où (je ne le saurais que plus tard), elle portait une perruque. "Les Rois maudits" allait élargir cette image à toutes les présentations de Muriel : avec de beaux cheveux longs dans "Le roi de fer", rasée dans "La reine étranglée", en coupe Mireille Darc dans "Les risques du métier".

La télé en noir en blanc faussait la vision des choses, car je croyais aimer les brunes mais en voyait là où il n'y en a pas. En 1968, j'avais trouvé en allant chez mon cousin écossais dont le poste captait la deuxième chaîne que l'héroïne de "Chapeau melon et bottes de cuir", Diana Rigg/Emma Peel, ressemblait à Muriel, or elle n'était pas davantage brune : ses cheveux sont auburn, tirant sur le roux, et ceux de mon idole châtains.

Muriel a défini mon idéal féminin, et par exemple, une femme comme Alexandra Stewart, la Fanny de "L'homme qui revient de loin", m'a toujours laissé indifférent.

Pour revenir sur la ressemblance Muriel/Diana, je trouve qu'elle est assez évidente, si elles adoptent la même coiffure, on peut le remarquer ci-dessous.

vlcsnap-2013-06-30-11h37m50s174.pngvlcsnap-2013-06-30-11h38m08s248.pngDIANA-RIGG-G-LAZENBY.jpgvlcsnap-2014-09-29-18h36m45s194.pngvlcsnap-2014-09-29-18h36m28s14.pngvlcsnap-2013-06-30-11h31m49s29


Lire la suite

Jeudi 28 Septembre 1972

28 Septembre 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972 2e rédaction

L'évènement du jour fut la diffusion du premier épisode de la série américaine" Sam Cade" avec la grande vedette du cinéma Glenn Ford. Aux Etats-Unis, la série n'a duré qu'une saison (24 épisodes, dont l'ORTF a choisi un échantillon de 13), car elle était programmée en face du populaire "Bonanza" et n'a pas fait d'audience.

Si, sur le moment, Glenn Ford fera la couverture de Télé Poche, Télé 7 jours et Télérama, "Sam Cade" sera vite oublié en France, faute de rediffusions et en raison d'un nombre d'épisodes réduit.

La Une propose "Les coffres-forts" qui est le troisième épisode aux usa, "Safe deposit", et a pour invité vedette Martin Sheen. 

Sur la 2, il y avait la deuxième et dernière partie des "Misérables" avec Georges Géret.

Deux séries qui vont arriver, "Amicalement vôtre" et "Columbo", vont faire un tel succès que "Sam cade" ne restera pas dans la mémoire des français. Glenn Ford, en revanche, pour sa carrière au cinéma ("Gilda", "3 heures 10 pour Yuma"), fait partie des légendes d'Hollywood. Glenn Ford a failli être Danny Wilde dans "Amicalement vôtre". Le premier acteur choisi était Rock Hudson, mais il ressemblait trop à Roger Moore. On proposa alors le rôle à Glenn, mais Roger ne s'entendit pas avec lui. Le troisième candidat, Tony Curtis, fut le bon.

En 1972, nous ne savions pas tout cela et avec deux chaînes, le téléspectateur prenait ce qu'on lui donnait. "Sam Cade", comme "Aventures australes" et "L'immortel", fut donc très suivi sur le moment.

Nous en parlions ensuite au collège. En ce temps-là, tout le monde ou presque avait vu la même chose.

Le mois de septembre allait finissant, et j'attendais sereinement le retour de Muriel. Une attente aussi plaisante que la vision des films de mon actrice favorite.

GLENN-FORD.jpg

Lire la suite

Mercredi 27 Septembre 1972

27 Septembre 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972 2e rédaction

C'est une journée essentiellement placée sous le signe des programmes pour la jeunesse.

A 15h10, troisième épisode des "Globe trotters": "Le transfert". L'histoire se passe en Hongrie à Budapest, celui de la guerre froide. Nous apprenons qu'il y a Buda et Pest qui sont les deux parties d'une ville séparée par un fleuve. L'intrigue sentimentale tourne autour d'Aniko, qui s'est éprise de Pierre/Yves Rénier. Elle ne cesse de s'enfuir, le film étant ponctué par une musique dramatique et pleine de suspense.

A 16h20, "Tarzan" avec Ron Ely, épisode "Le lion d'or". C'est la première diffusion qui avait commencé en mai 1971 avec "La fin de la rivière".

A 18h10, première diffusion aussi de "L'autobus à Impériale", série comique anglaise. L'épisode est "Un chien en or".

Le soir, il n'y a que "La piste aux étoiles".

Cela dit, je me contentai de ce qu'il y avait. J'étais étonnamment patient concernant le retour de Muriel. Je ne me posais pas de questions.

Le feuilleton annoncé pour le samedi suivant était "L'orchestre rouge", mais en achetant télé poche, je vois qu'il est remplacé par "La journaliste", série policière allemande.  Pompidou et le pouvoir en place jugeaient les activités du groupe communiste Trepper subversives. Le feuilleton sera finalement diffusé en septembre 1974. La diffusion de "Mandrin" elle aussi avait été repoussée, la diffusion de la série était prévue bien avant juin juillet 72, mais la rébellion du bandit évoquait celle du syndicaliste Gérard Nicoud du Cidunati qui défiait le pouvoir.

J'étais très loin de m'intéresser à tout cela à 13 ans. Je regardais "Les globe trotters", "Tarzan" et "L'autobus à impériale" en attendant le retour de Muriel Baptiste, mon actrice préférée. C'était le temps de l'innocence.

MURIEL RELEVE SES DRAPS



Lire la suite

Lundi 25/Mardi 26 Septembre 1972

26 Septembre 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972 2e rédaction

A partir d'aujourd'hui, un seul article par jour, relatant, à distance de quarante-deux ans, l'actualité de l'automne hiver 72 où j'attendais le retour annoncé de Muriel.

Dans le premier épisode de "L'homme qui revient de loin", il n'y avait qu'un moment de frisson et de mystère : Lorsque Fanny/Alexandra Stewart (Comédienne canadienne qui vient de publier ses souvenirs) aperçoit derrière la voiture de son mari la malle d'André (Michel Vitold), ce qui prouve qu'il n'a pas pris le train et qu'en fait, Jacques a tué son frère, mis le cadavre dans la malle et l'a enterrée dans le garage.

Le deuxième épisode, au cours de laquelle la maîtresse d'André, Marthe (Marie-Hélène Breillat) fait tourner les tables, nous fait entrer de plein pied dans le mystère et l'épouvante.

Davantage qu'une adaptation, "L'homme qui revient de loin" est une nouvelle écriture par Claude Desailly du roman certes bon mais à la fin bâclée de Gaston Leroux. Aussi, si nous devions avoir un remake, comme on nous l'impose avec Coma/Morts suspectes de Robin Cook ce samedi sur TF6, on ne pourrait se servir de la trame de Desailly. Ce dernier a imaginé toute une conspiration montée par le notaire Saint-Firmin (Roland Armontel), alors que dans le roman, André, qui n'est pas mort, après avoir reçu un coup de manivelle sur la tête donné par son frère, s'est enfui et a perdu la raison, et se retrouve séquestré par le simple d'esprit, Prosper.

J'ai dit tout le mal que je pensais des remakes (on peut ajouter "Les chevaliers du ciel", "Les brigades du tigre" et "La dame de Monsoreau) et il faut souhaiter qu'il n'y en ait pas de "L'homme qui revient de loin".

Après une semaine avec Marcel Amont, c'est Françoise Hardy qui est la deuxième invitée hebdomadaire de Danièle Gilbert dans "Miditrente".

Les programmes du mardi ne présentent aucun intérêt entre "24 heures sur la Une" et le téléfilm américain "L'oie des neiges" sur la 2 (qui ne fait pas partie de la collection "Mardi soir").

J'ai du mal à accrocher au feuilleton quotidien de la Une, "Danse sur un arc en ciel". C'est un feuilleton allemand de Roger Burckhardt avec Alexandra Stewart et Janine Vila ("Janique Aimée") diffusé dans son pays sous le titre "Tanz auf dem Regenbogen". Ces imbéciles de Internet Movie Data Base du haut de leur prétention américaine refusent que j'indique qu'il y a eu un titre et une diffusion français. Et selon eux, Janine Vila n'y a jamais joué alors qu'elle figure sur un site allemand sur la série.

vlcsnap-2014-09-26-11h37m00s10.png

vlcsnap-2014-09-26-11h41m28s117.png


Lire la suite

Dimanche 24 Septembre 1972

25 Septembre 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972 2e rédaction

Il est bien dommage que deux programmes distrayants soient proposés en même temps : sur la 2, "Le courage de Lassie", film de 1946 avec Liz Taylor et le célèbre chien. Sur la Une, des variétés avec notamment Michel Fugain et le big bazar chantant "Une belle histoire". Et plein de vedettes de l'époque comme Michel Delpech, le groupe "Il était une fois", Annie Cordy. Déception vers 17h30 : "Le prisonnier" a disparu.

Je n'ai sans doute pas eu l'autorisation de voir le film du dimanche soir qui finissait à 22h35, "Sept jours en mai".

Lassie chien fidèle : qu'ils étaient beaux et non violents les films d'autrefois!

LE-COURAGE-DE-LASSIE.jpg

Lire la suite

Samedi 23 Septembre 1972

25 Septembre 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972 2e rédaction

Les programmes intéressants sont essentiellement sur la 2. "Les Saintes chéries" à 15h10. Jacques Higelin joue dans l'épisode, mais il n'est pas encore connu. Il va être question de lui avec le film "Elle court, elle court la banlieue" en tournage. A 20h30les Carpentier proposent un spécial Gilbert Bécaud.

L'été se termine vraiment avec le neuvième et dernier film de Cousteau, "Baleines et cachalots". Cette série reviendra pour une saison 3 à l'été 73, mais les fidèles du blog le savent déjà.

Philippe Bouvard conclut la soirée avec son émission "Samedi soir".

Pas de nouvelles de Muriel, mais c'est l'époque où je savais qu'elle reviendrait à coup sûr.

BECAUD.jpg


Lire la suite

Vendredi 22 Septembre 1972

25 Septembre 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972 2e rédaction

Je retrouve "Les Saintes Chéries", une série que j'ai vu à partir de 1968, puis 1970. Les épisodes dans lesquels joue Pascale Roberts appartiennent à la saison 1 de 1965 que je ne connaissais pas.

Comme autres feuilletons : "Ma sorcière bien aimée" et "Danse sur un arc en ciel".

Le soir, il y a Pierre Bellemare et les frères Rouland avec l'émission jeu "Entrez sans frapper".

Une journée télé pas folichonne.

Si le rythme des articles publiés est rapide, il va se caler sur les dates de 2014, soit un article par jour, plus approfondi, quarante deux ans après l'automne-hiver 72.

Infirmière blonde


Lire la suite

Jeudi 21 Septembre 1972

25 Septembre 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972 2e rédaction

Face à face, il y a deux fictions : le dernier épisode de "Aventures australes" intitulé "L'île de la fraternité" et le premier des "Misérables" avec Georges Géret, réalisé par Marcel Bluwal. Nous avons regardé la première. Je pense que sans Muriel Baptiste et ma volonté de la voir, nous n'aurions pas regardé "Les rois maudits".

Mes parents n'étaient pas portés sur les grandes fictions françaises comme "Pot Bouille","Les misérables" ou "Les Boussardel". Avec le recul, je regrette d'avoir vu le fade "Aventures australes" au lieu de cette version des "Misérables".

A ma décharge, ce n'est pas moi qui choisissait les programmes. 

LES-MISERABLES.jpg

Lire la suite

Mercredi 20 Septembre 1972

25 Septembre 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972 2e rédaction

A 15h10, deuxième épisode des "Globe-trotters" : "Médor". C'est le seul programme intéressant de la journée.

Je pense que je n'ai rien regardé le soir.

Avec "L'homme qui revient de loin", cela fait deux bons feuilletons pour la rentrée, auxquels se rajoutera très vite "Amicalement vôtre".

Dans "Les globe-trotters", Pierre Ribard (Yves Rénier) et Bob Curry (Edward Meeks) parcourent le monde, menant des enquêtes policières et vivant en reporters "free lance". La saison 1 (1966) se passait en Asie, la 2 qui fait l'objet de cette rediffusion se partage entre l'Europe centrale et le Canada, la troisième (1968) se déroule en Amérique du Sud. Le filon s'est épuisé après 39 épisodes et trois saisons.

LES-GLOBE-TROTTERS.jpg

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 > >>