Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Vendredi 4 Mai 1973

30 Avril 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Vendredi 4 Mai 1973

Septième épisode de « Chapeau melon » avec une prison gardée par de faux moines : « Les évadés du monastère », un très bon suspense.

Après le 28e épisode du « Temps de vivre, le temps d’aimer », mes parents regardent sur la 2 la fin de la trilogie de Pagnol, « César », tandis que la Une, je rate le septième épisode de « Mission Impossible » : « Gitano », dans lequel les héros sont réduits aux trois principaux personnages masculins joués pas Peter Graves, Leonard Nimoy et Greg Morris.

Le 24 avril commence à être loin, mais je suis toujours dans l’euphorie pensant que Muriel va éternellement revenir. La voici dans « Les Chevaliers du ciel », ce ne sont pas les couleurs naturelles, car le tournage en 1966 pour la première saison fut fait en noir et blanc, depuis la série, comme « Zorro », a été colorisée.

Lire la suite

Jeudi 3 Mai 1973

29 Avril 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Jeudi 3 Mai 1973

Sixième Chapeau melon et Bottes de cuir », « George et Fred », pas vu car je suis au collège, mais la vision quelques années plus tard me montrera que je n’ai rien raté.

Puis c’est le 27e épisode de « Le temps de vivre, le temps d’aimer », l’intrigue tourne autour de la mort de Jérôme (Georges Wod, le détective dans « Les dernières volontés de Richard Lagrange ») amant de Françoise Dorner qui sera plus tard la vedette de deux séries : « Les enfants des autres » et « Madame et ses flics ». Françoise joue la fille du couple vedette Pascale Roberts-Jean Claude Pascal.

Il aurait vraiment mieux valu que Muriel tourne dans cette série là que dans « Le premier juré ». J’en aurais profité 40 soirées.

Mes parents, après « Arpad le Tzigane », regardent Guy Lux avec Alain Barrière, Jacques Dutronc (qui bientôt fera une pause cinéma de plusieurs années), Jean-Jacques Debout, la comédie musicale « La révolution française ».

Le mois de mai continue et Muriel est absente des écrans, mais si présente dans mes pensées.

Lire la suite

Mercredi 2 Mai 1973

28 Avril 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Mercredi 2 Mai 1973

Cinquième épisode de « Daktari » : « Le braconnier », puis 26e épisode du « Temps de vivre, le temps d’aimer », et « Arpad le Tzigane ». En soirée, entre « Feux croisés » d’Yves Mourousi sur la Une et « Il viccolo di madama Lucrezia » sur la 2, je n’ai rien regardé.

J’attendais Muriel, le plaisir de l’attente étant presque supérieur à celui de la voir.

Muriel dans « Le Mois le plus beau ».

Lire la suite

Mardi 1er Mai 1973

27 Avril 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Mardi 1er Mai 1973

En ce temps là, l’ORTF ne proposait pas de programmes dans la journée le 1er mai. Ils débutaient le soir vers 20h00. Cela durait depuis les débuts de la télévision et changera après l’éclatement de l’ORTF. Aujourd’hui cela semble impensable, tant le 1er mai a perdu son symbole de fête du travail.

Ce mois de mai allait me permettre de revoir une ultime fois Muriel pour l’année 1973.

Lire la suite

Lundi 30 Avril 1973

26 Avril 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Lundi 30 Avril 1973

Retour de Toulon par la route, arrivé tard ("Le loup des mers" était terminé). J'ai donc raté le 25e épisode du "Temps de vivre, le temps d'aimer", jamais revu, car je ne l'ai pas regardé en 1977 lors de la deuxième diffusion.

J'ai raté la belle Béatrice Cardon, la brune "femme à bord" du loup des mers, car elle meurt à la fin de cet unique épisode où elle joue.

Voici Muriel dans "Les Sultans".

Lire la suite

Dimanche 29 Avril 1973

25 Avril 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Dimanche 29 Avril 1973

Dimanche enchanteur à Toulon, bon sans télé, mais avec une promenade en mer à Saint Mandrier. J'ai acheté un porte-clef doré, composé de photos des endroits alentours (Bandol, etc) que je voulais mettre à ma ceinture un peu comme l'aumônière de Philippe d'Aunay, mais je ne l'ai pas porté ensuite. Je me souviens de ce séjour enchanteur de deux jours, de la pancarte "Vous n'avez rien vu à Toulon si vous n'avez pas fait la balade en mer".

Peu m'importait de rater la fin du "Jeune Fabre". Les décors qui ont quand même assez changé (je suis retourné à Toulon dans les années 2000) dans mon souvenir - je n'ai pas fait de photos - étaient splendides et tout incitait à la rêverie. Inutile je pense de vous dire à qui je rêvais.

A 14h20, sur la 2, un film avec Esther Williams de 1952, "La première sirène" de Mervyn Le Roy.

Lire la suite

Samedi 28 Avril 1973

24 Avril 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Samedi 28 Avril 1973

Cinquième Chapeau melon et bottes de cuir saison Tara King, l'épisode s'appelle "Etrange hôtel", à 15h25 sur la 2.

A 18h20 sur la Une, douzième épisode de "La Porteuse de pain". Puis sur la 2, 24e épisode du "Temps de vivre, le temps d'aimer", suivi de "Line direct", un show Line Renaud, et le quatrième épisode d'Amicalement vôtre", "L'héritage Ozerov", épisode programmé le samedi 9 décembre 1972 et non diffusé (Voir mon blog à cette date là).

Le lendemain, pas de télé, ni le surlendemain, nous allions chez des amis, à Toulon. Je raterai donc la fin du "Jeune Fabre", que je n'ai jamais vue, ni le lundi le quatrième épisode du "Loup des mers" : "Une femme à bord".

Quant à Muriel, j'en étais toujours autant amoureux, il suffira de dire que je me suis acheté un porte-clefs à Toulon censé représenter l'aumônière de Philippe d'Aunay dans "Les Rois maudits" et mis à la ceinture. Je raconterai cela demain.

Lire la suite

Vendredi 27 Avril 1973

23 Avril 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Vendredi 27 Avril 1973

Quatrième épisode de "Chapeau melon et bottes de cuir" : "Le document disparu". Pas un des meilleurs de la série. Puis "Le temps de vivre, le temps d'aimer", 23e épisode, et mes parents regardent "Fanny" sur la 3, alors que j'aurais préféré voir "Mission Impossible" dont c'est le sixième épisode, "Le rebelle", dans lequel joue à nouveau Lesley Warren. Mais pour dire la vérité, en 1973, Lesley je m'en fichais. Par la suite, sans jamais atteindre le millième de ma passion pour Muriel Baptiste, j'ai à peu prés toujours regardé ses films, téléfilms et séries, en particulier à partir du western "Les filles de Joshua Cabe". Quant à "Arpad le tzigane", cela regarde sans passion ni déplaisir, disons que c'est sitôt vu sitôt oublié.

Se pose maintenant pour moi la question du retour de Muriel, dont "La double vie de Mademoiselle de la Faille " que l'actrice évoquait dans son interview de Télé Poche de juillet 1972.

A cette époque, étant fan de la série "Amicalement vôtre", il me reste cette immense consolation du samedi soir qui durera jusqu'en juin, et je ne suis pas trop malheureux. Je me doute que Muriel ne peut être présente sans arrêt à la télévision. Nous en parlons toujours avec mon copain Francis, comme si elle était présente, on évoque autant "Les rois maudits" que "Le premier juré".

Je porte fièrement à mon doigt une chevalière que mes parents m'ont offert l'été d'avant à Notre Dame de Montligeon, à l'intérieur, j'ai voulu graver "MB", mais c'est trop difficile, et je trace un "M" maladroit. Cette chevalière ne me va plus, mais je la possède toujours. Voici Muriel dans "Allo Juliette".

Lire la suite

Jeudi 26 Avril 1973

22 Avril 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Jeudi 26 Avril 1973

Un épisode extrêmement important (beaucoup le considèrent comme le meilleur des 187 existants) de "Chapeau melon et bottes de cuir" est diffusé à 15h15, "Jeux", le troisième avec Tara King. Il me faudra attendre la troisième diffusion en 1980 pour le voir. Je sors du collège à 17h00 chaque jeudi.

Puis c'est le 22e épisode du "Temps de vivre, le temps d'aimer", série passionnante à l'époque, qui fut rediffusée en 1977, mais que je n'aurais pas envie de revoir aujourd'hui. Quel dommage qu'il n'y ait pas eu de 22e épisode du "Premier juré", Muriel a vraiment choisi la mauvaise série.

Après le 3e épisode de "Arpad le Tzigane", mes parents regardent Guy Lux, qui reçoit Hugues Aufray sortant à l'époque d'un long silence. Par contre, je n'ai pas l'autorisation de voir "Le grand amour de Balzac" dont c'est le 2e épisode ensuite. La Une proposait un somnifère, "La fusillade en réponse à Dostoeivski". Sur la 3, il y avait la fameuse série de court-métrages "Témoignages", mais ce n'était pas l'épisode avec Muriel.

Je constate contrairement à ce que l'éditeur dit que mon livre se vend, il n'y avait plus de stock sur amazon, et il y en a à nouveau un de disponible de suite.

Il y avait à midi sur overblog un commentaire bizarre genre spam (venant du Pakistan) que j'ai supprimé, j'étais passé donc ce midi en "modération à priori", je remets celle à postériori, mais si cela se reproduit, je passerai en "à priori" quelque temps.

En attendant, voici Muriel

Lire la suite

Mercredi 25 Avril 1973

21 Avril 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Mercredi 25 Avril 1973

Quatrième épisode de "Daktari", "Judy et l'hyène" à 15h15, puis à 19h45, 21e épisode de la série "Le temps de vivre, le temps d'aimer". C'est un feuilleton d'aventures "Arpad le tzigane", avec Robert Etcheverry, qui remplace "Le Premier juré".

Etcheverry que j'avais raté dans "Le chevalier tempête", mais connu en 1968 dans "Gorri le diable" avec Danièle Evenou (rediffusé en 1971 après "Aujourd'hui Madame"), interprète là un feuilleton d'aventures. Ce n'est pas mal, mais j'ai vraiment le regret de ne plus voir Muriel.

Celle-ci, fin avril 1973, devait être bien déçue. Sa carrière après "Les Rois maudits" ne décollait pas. A l'époque, il ne reste à l'ORTF que "La double vie de Mademoiselle de la Faille" à diffuser, ainsi qu'un court-métrage de la 3, dans la série "Témoignages", "Un grand peintre".

Marthe Mercadier n'ayant jamais daigné me répondre, je ne sais pas combien de temps Muriel fut sa partenaire dans "Les Quatre vérités" au théâtre des Variétés, représentations qui ont commencé le 1er mars. Jouait-elle encore fin avril ? C'est probable. Mais elle se doutait que les choses ne se passaient pas comme prévues après son interprétation de Marguerite de Bourgogne. La grande carrière qu'on lui prédisait restait lettre morte.

Pour moi, les choses ne changeaient pas, je l'aimais tellement que j'étais loin d'imaginer que je n'allais quasiment plus la revoir, et cette ignorance fut une chose heureuse, quand j'y pense après coup. J'ai passé l'année 1973 à attendre Muriel, n'ayant qu'elle en tête. Il est parfois bon de ne pas tout savoir d'avance.

Il n'y avait rien d'intéressant le soir : la seconde partie de "Romain Kalbris sur la 2, et "A Armes égales" sur la Une.

Lire la suite
1 2 3 4 > >>