Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Vendredi 5 Octobre 1973

30 Septembre 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Vendredi 5 Octobre 1973

Je regarde "Equation danger", l'épisode des "Envahisseurs", en étant contrarié de savoir que je raterai l'épisode le lendemain, et ne verrai plus qu'un épisode sur trois. Je vais effectivement manquer l'épisode suivant, mais en faire une telle histoire que ma mère me laissera regarder les samedis suivants alors qu'il y a cours de judo. Dès 1975, dans "Samedi est à vous", je verrai cet épisode, "A l'aube du dernier jour". Mais je me souviens encore de la contrariété car "Les envahisseurs" a toujours été ma série préférée de tous les temps, même devant celles avec Muriel Baptiste.

Le soir, le troisième épisode de "Chapeau melon et bottes de cuir" est une rediffusion de 1968, "Ne m'oubliez pas", celui du départ d'Emma Peel au profit de Tara King. J'avais vu la fin de cet épisode lors de sa première diffusion le dimanche 20 octobre 1968.

La crise pétrolière est là, la fin des trente glorieuses est en cours, avec l'émission "73 énergie", qui évoque ce problème et changement de société.

Si l'on avait su, dans les années 70, que rater un épisode de série américaine serait rattrapé par les DVD dans les années 2000, je n'aurais pas été si triste ce vendredi soir.

Le judo fut une expérience ratée, j'y resterai jusqu'en avril 1975. C'est un peu sur un coup de tête que je m'y étais inscrit, et cela ne m'a jamais plu.

Voici Muriel dans "Plainte contre X", son premier grand rôle télévisuel en 1966.

Lire la suite

Jeudi 4 Octobre 1973

29 Septembre 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Jeudi 4 Octobre 1973

J'ai fait une erreur en disant que le télé poche suivant (6 octobre 1973) avait Salvador en couverture, c'est celui du 13. Celui du 6 est consacré au dixième anniversaire de la mort d'Edith Piaf.

Ce jeudi là, je rate l'un des épisodes les plus effrayants des "Envahisseurs": "Cauchemar", étant au collège jusqu'à 17h. Mais comme je me suis inscrit au judo, ma mère m'obligera à y aller et je raterai "Les envahisseurs" samedi 6.

Sur la 3, "Témoignages" est réalisé par Roger Burkhardt et réunit Henri-Jacques Huet et Michel Le Royer après "Le premier juré", il était donc inévitable que Muriel un jour où l'autre joue dans la série, où d'autres de ses partenaires de "Richard Lagrange" (Bernard Lapp, Françoise Eger, Marcel Imhoff) l'entoureront dans "Un grand peintre".

Le soir, j'aurais bien regardé le deuxième épisode de "La mer est grande", mais en raison de l'heure tardive (après Jacques Martin), mes parents ne m'ont pas donné l'autorisation.

Après toutes ces années, je me souviens des programmes dont j'ai été privé : deux fois des "Envahisseurs", en février 1972 l'épisode "L'étau", car celui de la semaine précédente, "Embargo sur le rêve", m'avait traumatisé, et comme je l'ai dit mais pour une autre raison "A l'aube du dernier jour" pour sa deuxième diffusion le 6 octobre 1973.

Sinon, ils ne voulaient pas céder et me laisser regarder "Mademoiselle de la Faille" le 9 février 1974 car il y avait Joe Dassin et Arsène Lupin en même temps sur la 2. Une grève providentielle me permettra de voir Muriel.

Partant en vacances sans télé, à deux jours près, je raterai la dernière apparition de Muriel dans "Un curé de choc" le 26 juillet 1974.

En juin 1975, en vacances chez mon oncle et ma tante, ils ne me laisseront pas voir "Les sultans" car c'est un film "pour adultes seulement". Je ne découvrirai ce film rare que lors de son édition en DVD des années après la mort de Muriel.

Souvent pour des questions d'horaires tardifs, j'ai été privé de séries : "Mannix" saison 3 en 1972, "La mer est grande", mais je parviendrais à voir "Molière pour rire et pour pleurer" sous prétexte que c'est intéressant pour mon éducation, et "Le soleil se lève à l'est" au printemps 74. La plupart du temps, mes parents cédaient, et j'ai pu voir, en deuxième partie de soirée et en semaine "Les envahisseurs" et "Amicalement vôtre". J'étais tout de même gâté.

Muriel dans "Par mesure de silence".

Lire la suite

Mercredi 3 Octobre 1973

28 Septembre 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Mercredi 3 Octobre 1973

Il me semble que la vie en 1973 était moins compliquée. Sans doute est-ce un regret de ma jeunesse? Une défaillance devant des soucis d'adultes qui s'accumulent au lieu de se résorber.

Le Télé Poche nouveau met en couverture Henri Salvador, ne présente rien de bien nouveau. En tout cas, pas de Muriel à l'horizon. A cette rentrée 1973, j'achète en plus de Télé Poche un deuxième magazine télé, Télé 7 Jours, c'est là que début novembre j'aurais des nouvelles de Muriel.

A part le septième épisode du "Cheval de fer" : "L'homme cougar", il n'y a rien à la télé. Le mercredi sur la 2 est un jour peu intéressant pour moi, avec une dramatique (Ce jour-là "La mort en face"), la Une un magazine politique, "Les trois vérités", enfin sur la 3, en voyant défiler les vedettes invitées, je me doute, et j'ai raison, que Muriel sera de l'anthologie "Témoignages" (C'est à dire une série dont les vedettes sont différentes à chaque épisode, une collection en somme sans héros permanent). Comme ce sera diffusé sur la 3, je raterai ma belle actrice.

La voici dans "Maigret aux assises".

Lire la suite

Mardi 2 Octobre 1973

27 Septembre 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Mardi 2 Octobre 1973

On reste étonnés de la pudeur voire plus de l’ORTF en 1973 concernant le sujet tabou de l’homosexualité. Ce mardi soir, le film des « Dossiers de l’écran » : « Les amitiés particulières » de Jean Delannoy (1964) ainsi que le débat sont en dernière minute supprimés et remplacés par « Le colonel Chabert ».

Cette négation de l’homosexualité dans la France de Pompidou nous semble aujourd’hui surréaliste. Dans une émission de Philippe Bouvard, ce dernier interviewe Charles Trénet, dont les mœurs étaient notoires, en lui demandant s’il va se marier. Trénet esquive avec humour la question. Il me faudra attendre la rentrée scolaire en septembre 1974 au lycée pour savoir que Jacques Chazot est un homo. Le sujet n’est pas abordé tout simplement avec mes camarades, et si parfois nous employons le mot « pédé », c’est une insulte mais je ne sais pas ce que c’est.

A part « L’homme du Picardie » et « Les mohicans de Paris », rien à voir ce mardi. « Histoires d’animaux » de Frédéric Rossif, sur une musique de Vangelis, est programmé sur la Une, mais je n’ai jamais été attiré par cette émission.

Le monde de Muriel est donc très différent du monde d’aujourd’hui. Une société où le pouvoir contrôlait la télévision, les mœurs, la politique, toute forme de différence.

Muriel, adorable, dans "Lucide Lucile".

Lire la suite

Lundi 1er Octobre 1973

26 Septembre 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Lundi 1er Octobre 1973

Rien de folichon ce 1er octobre 1973, "L'homme du Picardie" en est à la moitié (20e épisode sur 40), "Les Mohicans de Paris", "Le baron de Trenck". Une photo un peu osée sur télé poche concernant le film de la 3, "Les gens de la pluie", où l'on voit Robert Duvall embrasser les seins de Shirley Knight. Un summum de l'érotisme pour l'époque, mais d'une part, je ne captais pas la 3, et le film finissait à 22h15 en semaine. De plus, le magazine précise "pour adultes seulement", donc mes parents ne m'auraient sans doute pas laissé regarder.

L'une de mes hantises, je ne sais pourquoi, à l'époque, était que Muriel joue un rôle osé et se dénude à l'écran ou pour un magazine. Très pudique, elle ne l'a jamais fait, tout au plus voit-on sa robe tomber et la laisser nue hors caméras dans "Le roi de fer", mais aujourd'hui, avec le recul, je le regrette. Une de ses concurrentes de l'époque, Lyne Chardonnet, également disparue (37 ans, cancer du foie), laisse des photos de charme en héritage. Je pense qu'à 14 ans, j'étais tout simplement jaloux et voulais la garder pour moi seul. Je ne souhaitais pas qu'elle devienne trop connue et le destin hélas m'aura exaucé au-delà de toute espérance.

Muriel ne se considérait pas comme une vamp, et dans une photo de cinémonde en 1967, où elle tente de poser comme telle, le commentaire du journaliste indique que ce n'est pas son style.

Voici Muriel dans "Les sultans".

Lire la suite

Dimanche 30 Septembre 1973

25 Septembre 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Dimanche 30 Septembre 1973

Le 28 septembre, Fernand Raynaud se tue en voiture, aussi ce dimanche après-midi, le film prévu "Le bagarreur solitaire" est remplacé par "Arènes joyeuses", film de Maurice de Canonge de 1958. Aujourd'hui assez oublié, il aura régné vingt ans comme comique français dans le music hall. "Le bagarreur solitaire" sera diffusé le 17 février 1974, il ne fallait pas être pressé. Mais bon, la mort de Fernand, personnage dont on n'imagine pas aujourd'hui l'importance en son temps, valait bien un hommage.

Le film du dimanche soir est "Pas de roses pour OSS 117" avec John Gavin. Ce film est tellement passé à la télé que j'ignore si je l'ai vu ce soir-là, je vois que l'horaire de fin était 22h40 et mes parents étaient regardants sur l'heure du coucher le dimanche soir.

La série "Témoignages" reprend sur la 3, épisode "Valentin" (pas "Un grand peintre" avec Muriel que la faible implantation de la 3 m'empêcha de voir).

Allez, une photo de ce cher Fernand. Je suis sûr qu'il a fait rire Muriel, comme moi.

Lire la suite

Samedi 29 Septembre 1973

25 Septembre 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Samedi 29 Septembre 1973

Quatrième épisode des "Envahisseurs" : "Les sangsues" (Le deuxième ayant été différé à cause d'une conférence de Pompidou, on en est bien au numéro quatre). C'est passionnant, comme toujours.

Puis je passe sur la Une regarder "La Une est à vous" qui propose "Les mystères de l'ouest", "Cannon", "Les évasions célèbres", "Fooly foot"...

Après un top à Julien Clerc illustrant un de ses plus mauvais albums, "Poissons morts", celui dont le "tube", si l'on peut dire est "Ca fait pleurer le bon Dieu", nous retrouvons "Mannix" pour une saison 4 qui commence par "Le tueur". Très populaire jusque là, (diffusions en 69, 70, 72), cette série va connaître une chute de popularité. "Columbo" et "Amicalement vôtre" lui ont donné un coup de vieux.

Muriel dans "Les Rois maudits".

Lire la suite

Vendredi 28 Septembre 1973

23 Septembre 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Vendredi 28 Septembre 1973

A 15h15, je ne risque pas oublier la diffusion des "Envahisseurs". C'est l'épisode "L'expérience" où David Vincent subit un lavage de cerveau. Ma grand-mère qui regarde avec moi est traumatisée, part dans la cuisine en me criant "Tu vas devenir fou avec tes envahisseurs!"

Le deuxième épisode de "Chapeau melon et bottes de cuir", "Le vengeur volant", appartient aussi au genre épouvante, mais de façon comique. Il est diffusé à 20h35 sur la Une. Diana Rigg qui incarne l'héroïne Emma Peel ressemble un peu à Muriel Baptiste, elles sont toutes les deux brunes sur la télé en noir et blanc.

Après avoir royalement commencé l'année 1973, Muriel Baptiste la voit défiler sans elle. C'est bien regrettable.

Voici Muriel dans "Les risques du métier".

Lire la suite

Jeudi 27 Septembre 1973

22 Septembre 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Jeudi 27 Septembre 1973

Je ne rate pas le deuxième épisode des "Envahisseurs" : "La mutation", car il est remplacé par une conférence de presse de Georges Pompidou, qui vient de rencontrer le président Mao de la Chine communiste. Je le raterai quand même en octobre car il sera programmé un jeudi à 15h15.

Mais je suis moins heureux le soir : mes parents refusent que je regarde le nouveau feuilleton "La mer est grande", sorte de version maritime des "Chevaliers du ciel" par le même auteur, Jean-Michel Charlier. C'est le troisième feuilleton de l'année pour France Dougnac après "Pour une poignée d'herbes sauvages" et "Le neveu d'Amérique". Le héros est joué par Yves-Marie Maurin, demi-frère de Patrick Dewaere, mais en 1973, je ne sais pas qui est Dewaere.

En 1973, tous les rôles sont donnés à France Dougnac et Danielle Volle, tandis que Muriel végète.

N'empêche que c'était le grand feuilleton de la rentrée, sur une musique de François de Roubaix, mais comme il finissait à 22h45, mes parents ne m'ont pas laissé le voir.

Imaginez la comédie que j'aurais faite si Muriel avait joué dans ces feuilletons diffusés trop tardivement et que mes parents m'empêchaient de voir. Cela augure de la bataille du 9 février 1974 pour voir ma belle dans "La double vie de Mademoiselle de la Faille", alors que mes parents ne veulent pas céder et regarder sur la 2 Joe Dassin chez les Carpentier suivi d'Arsène Lupin. Cela d'ailleurs provoquera le désir d'un deuxième poste de télévision à la maison. Qui se concrétisera en octobre 1975, en pure perte, puisque Muriel aura alors terminé sa carrière.

J'ai beaucoup de journaux parus lors de la diffusion de Mlle de la Faille, avec des interviews, dont celle de Pierre LeRumeur qui joue le mari de Muriel, je garde cela pour le temps où ce blog parviendra à cette époque.

Voici Muriel dans "Les dernières volontés de Richard Lagrange".

Lire la suite

Mercredi 26 Septembre 1973

22 Septembre 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Mercredi 26 Septembre 1973

J'ai décidé de faire deux articles ce soir car le 20 septembre, je n'ai pas tenu mon journal sur Muriel, accaparé par d'autres choses.

Le 26 septembre revient "Le cheval de fer", un temps remplacé par "Lagardère". On reprend donc au sixième épisode, "Mon associé de charme". La série sera désormais diffusée chaque mercredi à 15h15.

Le soir, je n'ai pas regardé la télé, entre le magazine "Feux croisés", le téléfilm de la 2 "Le cauchemar de l'aube" (qui en semaine m'aurait fait coucher à 22h20) et je n'ai toujours pas la 3, mais ce n'est pas grave ce soir là avec deux documentaires : "A la recherche du Nil" et "La petite église de Vendée".

Entre la canicule de juillet et le mauvais temps de septembre, je n'ai pas tenu ma promesse (mais ce n'est que partie remise) de retourner à Lyon voir la maison natale et la maternité de Muriel. Persée a retiré de la vente mon livre "Muriel Baptiste, la vie : quelle gifle!" mais il est en cours de réédition chez Publiblook. L'édition Persée est supprimée, je l'ai vu aujourd'hui sur leur site. Amazon qui n'a plus de stock (Il leur en est resté un exemplaire d'avance longtemps) propose de le commander, mais ne pourra honorer les commandes chez Persée. Publibook doit m'envoyer les épreuves de la réédition à l'identique début octobre. Et cette-fois, le livre ne sera pas épuisé au bout d'un an (le premier essai sur Muriel, de 2007, "Muriel Baptiste, la reine foudroyée", est toujours disponible).

Muriel dans "Les chevaliers du ciel" dans une position ravissante.

Lire la suite
1 2 3 4 > >>