Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Vendredi 2 Novembre 1973

31 Octobre 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Vendredi 2 Novembre 1973

Avec un ami, nous avons fait en sorte que la tombe de Muriel soit fleurie pour cette Toussaint 2015.

Muriel toujours si présente pour moi, comme en 1973 où, faute de la voir à la télévision, j'écrivais un petit roman d'adolescent (que j'ai jeté il y a longtemps) dont le titre était "Galants contes, méchantes intrigues", cela vaut ce que cela vaut, j'avais quatorze ans. Transfuge de "Amicalement vôtre", on y voyait Lord Brett Sinclair et Danny Wilde venir au secours de princesses bien entendu inspirées par celles des "Rois maudits". Je suis sûr que Muriel Baptiste aurait été très touchée d'avoir un jeune admirateur aussi tenace. Mais elle ne l'a jamais su, car lorsque j'ai voulu la contacter, elle avait déjà coupé les ponts avec le métier. Novembre 1973 est le mois de son tout dernier tournage, "L'affaire Bernardi de Sigoyer".

Ce 2 novembre, à part "Annie agent très spécial", on pouvait voir le premier épisode d'un joyau télévisuel, réédité en DVD fin 2014, "Madigan", avec Richard Widmark, qui ne compte que six épisodes. Si le premier épisode est "Enquête à Park Avenue", la suite nous entraînera, en décors naturels, à Londres, Naples et Lisbonne. La production revenant très chère pour des taux d'audience modestes, il n'y a aura pas de suite à ces six épisodes.

Muriel dans "Les dernières volontés de Richard Lagrange".

Lire la suite

JEUDI 1er Novembre 1973

30 Octobre 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

JEUDI 1er Novembre 1973

A 15h15, premier épisode de "Annie, agent très spécial", avec Stéphanie Powers, qui à l'époque était peu connue, depuis il y a eu "L'amour en héritage" et "Pour l'amour du risque" (où elle joue l'héroïne la plus cruche de l'histoire de la télé). La série est dérivée de "Des agents très spéciaux" avec le chef de Napoléon Solo et Ilya Kuryakin, Alexandre Waverly, joué par Leo G. Caroll.

Assez vite, on se rend compte que la série est débile, à trop courir après l'esprit, elle attrape la niaiserie. Si je manque ce feuilleton le samedi pour aller au judo, ce ne sera pas un malheur. Même "Max la menace" qui jouait ouvertement la carte de la comédie était plus drôle.

Dans les émissions pour les enfants, retour de "Skippy le kangourou" avec l'épisode "Un jour d'anniversaire éprouvant". J'ai toujours aimé cette série que je confonds un peu avec "Flipper le dauphin".

Après "Ton amour et ma jeunesse" et "Taratata" (avec Eddy Mitchell en pleine traversée du désert, Mary Roos et son "Viva", Mike Brant, Osmond Brothers et "Movie man" que j'ai en 45 tours, Patrick Juvet, Charles Dumont), c'est le sixième et dernier épisode de "La mer est grande".

J'ai enfin le droit de le voir, mais comme c'est un feuilleton et que j'ai raté les cinq premiers épisodes, j'ai du mal à tout comprendre. Je me souviens juste des dernières images : Yves-Marie Maurin dans une piscine avec Michèle Watrin en objectif et qui déclare "Virginie en vue".

Ce feuilleton est complètement oublié, faut-il regretter vraiment que Muriel ne soit pas dedans?

Lire la suite

Mercredi 31 Octobre 1973

29 Octobre 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Mercredi 31 Octobre 1973

A compter de ce 31 octobre, la 3 est captée par les régions de Bordeaux et Toulouse, mais toujours pas la Drôme.

En ce début de vacances scolaires, il n'y a rien à la télé. Les programmes du soir sont sur la Une un portrait de Staline, et sur la 2 la dramatique "La paroi" avec Michel Vitold. L'après-midi, c'est à 15h15 le dixième épisode du "Cheval de fer" : "L'explosion", mais le nouveau feuilleton de la Une à 20h15, "Poker d'as", malgré la présence de deux "rois maudits", Hélène Duc et Robert Party, ne me passionne pas et je le regarderai d'un oeil distrait. Reste le sixième épisode de "Ton amour et ma jeunesse" à 19h45 sans aucun comédien ou comédienne qui m'intéresse.

Cette fin de l'année 1973 à la télévision n'a rien d'exaltant. Certains programmes méritent le détour, mais à la différence de 1972, il n'y a rien de passionnant. Epuisée par les grèves et les tiraillements de toute sorte, l'ORTF est en train de mourir. Le fait que l'un des grands feuilletons de Noël ("D'Artagnan") soit une rediffusion démontre que les programmes sont à la peine.

Sans que je le sache, Muriel a encore un projet, pour la station de la 3e chaîne de Marseille, "Sigoyer". Cependant, force est de constater que l'après "Rois maudits" ne lui a guère réussi. Beaucoup de rôles qu'elle aurait pu tenir sont joués par d'autres. Je pense à Virginie Vignon qui tourne dans "les faucheurs de Marguerite" et à laquelle un article est consacré dans le télé 7 jours de la semaine que je chronique, mais aussi à France Dougnac - qui tourne "Président Faust" - et à toutes les actrices qui participent, en vedettes invitées, à "Arsène Lupin", "Les brigades du tigre", "Schulmeister l'espion de l'empereur", "Les nouvelles aventures de Vidocq", "Aux frontières du possible". Muriel ne sera que dans "Un curé de choc".

Lire la suite

Mardi 30 Octobre 1973

29 Octobre 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Mardi 30 Octobre 1973

En 1973, Danielle Volle avait 36 ans, alors l'on se demande bien pourquoi on lui a fait jouer les jeunes premières dans "Ton amour et ma jeunesse".

Je vous raconte le feuilleton en quelques lignes : Bertrand Rainans (Daniel Sarky, futur mari de la sulfureuse Emmanuelle au cinéma) est juge d'instruction. Il enquête sur le meurtre d'un fermier dont la femme (jouée par Françoise Giret) est aveugle. Le mari s'est pris un coup de fourche et tout accuse la veuve, qui prétend qu'un homme a tenté de la violer et que son défunt mari s'est interposé. Personne ne la croit.

Bertrand travaille avec le paternaliste président Rougères (André Vattier) dont la fille Hélène (Danielle Volle, donc) est célibataire. C'est la jeune première selon les principes de l'ORTF, un peu comme Geneviève Lagrange/Muriel dans son feuilleton. Vertueuse, prude, elle plaît à Bertrand qui cependant s'égare un jour dans la forêt, le jour de la reconstitution du crime. Là, il ne voit pas une soucoupe volante comme David Vincent, mais la ravissante Diane de Rouvres (Françoise Petit) qui se prétend séquestrée par sa noble famille. J'ai oublié de mentionner que le président Fougères a aussi un fils assez diabolique, Albin (Georges Ser), qui maltraite son épouse Sophie.

Bien qu'aimant Hélène, Bertrand s'enfuit avec Diane. Il faut dire qu'elle est moins farouche et qu'il est devenu son amant. Le pauvre Bertrand découvre alors que Diane est folle à lier et les persécutions dont elle accuse sa famille moyennâgeuse n'existent que dans ses délires. Il a alors tout perdu : Diane bonne pour l'asile qu'il retrouve un jour assise sur le banc dans la forêt et ne le reconnaît pas, se mettant à lui raconter à nouveau sa persécution, et Hélène qui n'a pas trop apprécié si l'on peut dire l'infidélité. Manque de chance pour Bertrand, l'assassin du fermier, celui qui a voulu violer l'aveugle, c'est Albin, dont Bertrand retrouve les boutons de manchette sur les lieux du crime. Mais comme le happy end est obligatoire, Hélène pardonnera et la fin laisse présager des noces avec le juge d'instruction.

Finalement, ce n'est pas si regrettable que Muriel n'ait pas jouée dans la série, car résumée comme cela, je trouve l'intrigue assez idiote.

Sur la 3 à la même heure débute "Hawk, l'oiseau de nuit" avec Burt Reynolds, achat de six épisodes par l'ORTF d'une série policière qui ne comporte qu'une saison de 17 histoires datant de... 1966. Mais je devrais attendre une rediffusion sur Antenne 2 en mai 75 pour découvrir la série puisque je ne capte pas la 3.

Fin des Mohicans de Paris, et aux "Dossiers de l'écran", le film "Miracle en Alabama" avec Patty Duke.

Lire la suite

Lundi 29 Octobre 1973

27 Octobre 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Lundi 29 Octobre 1973

En fait, les vacances de Toussaint, plutôt courtes, commencent le mercredi déjà jour de congé scolaire et ne durent que jeudi et vendredi, donc si j'ai vu "La rancune" dimanche soir, j'étais bien au collège lundi matin.

"Ton amour et ma jeunesse" se confirme un feuilleton passionnant. Il y a Hélène, la fille du président Rougères, jouée par Danièle Volle qui a donc deux feuilletons par jour comme Muriel à l'été 72, Françoise Petit qui incarne la belle et evanescente Diane de Rouvres, qui sont les deux rivales en amour du héros. Il est bien dommage que Muriel n'ait pas joué l'une ou l'autre, ce qui lui aurait permis de retrouver Georges Ser. Il me semble que tout le monde a oublié ce feuilleton.

A 20h35, retour de Vidocq avec Claude Brasseur et Danièle Lebrun. C'est la saison 3, la première ayant été interprétée par Bernard Noël, la maladie et la mort l'ayant empêché de participer à la deuxième où Claude Brasseur le remplaçait. Je n'ai jamais été un grand fan de la version Brasseur. C'est bien, mais sans plus. Mieux que le baron de Trenck. Mais la série ne suscite pas en moi une nostalgie comme d'autres de l'époque.

1973 est pour moi magique et illuminée, mais seulement la première moitié de l'année. La mélancolie s'installe, même si j'ai encore de beaux souvenirs.

"Les aventures de Rabbi Jacob" sort au cinéma. Nous irons le voir en famille, et le film nous fera bien rire. Nous serons cependant déçus en retournant le voir car il a bénéficié d'une nouvelle sortie quelques mois plus tard et l'on connaissait tous les gags. En retournant voir les films, ma famille était en avance sur les rediffusions télé régulières de ce film. En écrivant, je réalise que je n'ai jamais vu Muriel dans une salle de cinéma, ses quatre films sont sortis sans bénéficier de nouvelles programmations autre qu'à la télé.

Lire la suite

Dimanche 28 Octobre 1973

27 Octobre 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Dimanche 28 Octobre 1973

Pas de Muriel à l'horizon, mais un dimanche entièrement passé devant la télévision. Commençant par la Une avec "La séquence du spectateur", puis Henri Salvador chez qui les stars se pressent : Dutronc, Hardy, Petula Clark, Gilles Vigneault.

Puis sur la 2, un western avec Audie Murphy et Barry Sullivan, le persécuteur de Ben Richards/Christopher George dans les deux premiers épisodes de "L'immortel" : "Les sept chemins du couchant".

Rediffusion d'un épisode de "Daktari" à 16h10 : "Le petit lion perdu" programmé le 23 août pendant que j'étais en vacances. A moins que le 23 août il ait été déprogrammé.

Revenant sur la Une, une comédie avec Francis Blanche et Marthe Mercadier, "Les enquiquineurs" (Nous sommes alors à quelques mois de la disparition du comique).

Le soir, un film avec Ingrid Bergman et Anthony Quinn, "La rancune", qui finit à 22h35. J'étais donc bien en vacances. Ce film m'a marqué mais je croyais (dans mes souvenirs) que Glenn Ford tenait le rôle joué par Quinn.

Je pense toujours beaucoup à Muriel et me désespère de n'avoir aucune nouvelle. Plus personne ne parle d'elle, elle a disparu de l'actualité.

Lire la suite

Samedi 27 Octobre 1973

27 Octobre 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Samedi 27 Octobre 1973

L'après-midi, pas de série sur la 2 en raison des championnats d'Europe féminin de gymnastique en direct de Wembley. Je crois que nous étions en vacances de Toussaint car jeudi 1er novembre, j'aurais le droit de regarder le dernier épisode de "La mer est grande". J'ignore si j'eus cours de judo ou non.

Le samedi 27 octobre 1973 restera un jour mémorable dans l'histoire de la télévision française : le top à Thierry Le Luron (en direct) à peine commencé, une panne générale d'électricité a lieu en studio. Malgré tous leurs efforts, les techniciens ne parviendront pas à reprendre l'antenne.

La Une est à vous propose grosso modo toujours le même programme : "Chaparral' face au "Mystères de l'ouest" ne fait pas le poids, et les votes de SVP 11 11 sont en faveur de la série avec Robert Conrad. Dans la catégorie policier, "Aventures australes" (dont j'ai parlé sur ce blog à l'été 72) ne sera jamais choisi. Au fil des semaines, les treize épisodes de "Fooly Foot" s'écoulent. Un seul épisode des "agents très spéciaux" sera diffusé dans La Une est à vous. "L'aventurier" série pourtant inédite peine à plaire aux téléspectateurs. A l'époque, le téléphone était cher et les parisiens favorisés par rapport à la province pour appeler le fameux SVP.

A 21h35, cinquième épisode de "Mannix" : "Duo pour trois", j'avoue avoir oublié l'épisode mais il y a la superbe Katherine Justice au générique qui était la veille dans les envahisseurs.

Mais aussi belle soit-elle, Katherine n'a jamais été à mes yeux l'équivalent de Muriel dont le silence en ce mois d'octobre devenait assourdissant.

Lire la suite

Vendredi 27 Octobre 1973

27 Octobre 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Vendredi 27 Octobre 1973

L'après-midi, non diffusé le jeudi 18 octobre en raison d'une retransmission de l'Assemblée Nationale , un formidable épisode des envahisseurs était diffusé, "L'innocent". Avec le grand par la taille et le talent comédien anglais Michael Rennie en Magnus, chef des ennemis. Katherine Justice qui jouait souvent dans les séries américaines, incarne la fiancée de David Vincent avant qu'il ne commence sa croisade contre les extra-terrestres. La prochaine diffusion aura lieu en mai 75 dans "Samedi est à vous". Un dixième épisode bien meilleur que celui de samedi 13 octobre "Le mur de cristal". Voilà donc un film que j'aurais normalement dû rater un jeudi et que je finis par voir! J'ai modifié la fiche du 18 octobre où je mentionnais cet épisode comme diffusé.

"Les envahisseurs" reviendront d'abord en janvier 75 avec l'épisode "La soucoupe volante" un mercredi après-midi sur Antenne 2, puis en mars de la même année même chaîne (saison 2 deuxième diffusion) et enfin dès avril jusqu'en août dans "Samedi est à vous" (3e diffusion de la saison 1 dont je parle en ce moment). On ne verra pas un seul épisode en France en 74.

Après le 2e épisode de "Ton amour et ma jeunesse", c'est déjà sur la Une à 20h35 le dernier de "Chapeau melon et bottes de cuir" : "L'invasion des terriens". Une histoire de science-fiction assez captivante.

Le vendredi soir, c'est la série "Madigan" avec Richard Widmark qui remplacera John Steed et Tara King.

L'automne est bien commencé sans la présence de ma belle princesse.

Lire la suite

Jeudi 26 Octobre 1973

25 Octobre 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Jeudi 26 Octobre 1973

Je rate à nouveau "Mutation", épisode des "Envahisseurs" programmé et annulé un jeudi, et qui est à nouveau à l'antenne le même jour. C'est diffusé à 15h15 jusquà 16h05, et je finis mes cours au collège à 17h00.

Le soir débute un beau feuilleton romantico-policier, "Ton amour et ma jeunesse", avec encore Danielle Volle qui égalise donc le record de Muriel en juillet 72. Muriel était le matin dans la rediffusion de "La princesse du rail" et à 20h15 dans "Richard Lagrange". Danielle Volle joue aussi dans "Les mohicans de Paris" sur la Une lorsque commence "Ton amour et ma jeunesse", sauf que Danielle, je m'en fiche.

Le soir, je rate encore "La mer est grande" dont c'est le 5e épisode. Je verrai le 6e et dernier car ce seront les vacances de Toussaint.

Voici Muriel dans "Les chevaliers du ciel".

Lire la suite

Mercredi 25 Octobre 1973

24 Octobre 2015 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Mercredi 25 Octobre 1973

Pas vu le neuvième épisode du "Cheval de fer": "Une étrange forteresse", puisque je suis au judo.

A 19h45, c'est le dernier épisode de "L'homme du Picardie". Rien à la télé sur les deux chaînes que je capte : de la politique sur la Une avec "Les trois vérités", la 2 proposant la dramatique "La seconde" d'après Colette avec Christiane Minazzoli.

Quelques souvenirs de cette année scolaire : le père d'un camarade de la classe mourut et avec les professeurs, la classe entière se rendit à l'enterrement au village de Marsanne. Un autre souvenir me revient : Monsieur Funadelle, prof de gym, qui remplaçait Monsieur Gaucher qui m'avait suivi de 1970 à 1973, ne me supportait pas et me rendit la vie difficile. A sa décharge, je n'étais pas un élève facile en sport.

Muriel me manquait, je ne l'avais pas vue depuis le 23 mai, lors de l'extrait de "La reine étranglée" montré dans l'émission sur Jean Piat. 1972-73 m'avait emmené au Paradis, 1973-74 me conduisait vers de ternes horizons. Je me réfugiais dans mes rêves.

Muriel dans "Le premier juré".

Lire la suite
1 2 3 > >>