Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

La vente du livre repart

18 Février 2016 , Rédigé par patricks Publié dans #NEWS

La vente du livre repart

​​Après une longue attente, Publiblook a pris le relais pour l'édition du livre "La vie, quelle gifle", disponible sur amazon (qui en a des exemplaires d'avance), publibook site de l'éditeur, Fnac Com, Decitre, Cultura et des librairies on line comme Sauramps.

Lire la suite

Mercredi 6 Mars 1974 : La fin d'une époque

17 Février 2016 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Mercredi 6 Mars 1974 : La fin d'une époque

Mais pas la fin de ce blog, je vous rassure.

L'après-midi, dixième épisode des "Bannis" : "La ville du refus", et sur la Une à 17h20 un "Skippy le kangourou" : "Le radeau".

Nous n'avons pas regardé l'actualité, passant sur la 3 pour voir le premier épisode de "Cannon", à 19h40, "Gardez-moi de mes amis", suivi donc de "Contre enquête : L'affaire Bernardi de Sigoyer". Télé Poche annonce un "Bernardy" avec un Y, ce qui est une erreur.

J'étais aux anges, pour la dernière fois, de voir ma chère Muriel. Je ne me souviens pas de la réaction de mes parents, qui fut sans doute indifférente. Le film lui même n'est qu'une reconstitution d'un procès criminel, et n'a rien d'extraordinaire. Je ne sais pourquoi, il fut un temps par la suite où je crus que cela faisait partie de l'anthologie "Messieurs les jurés" dont les épisodes sont bien plus longs.

Je suis heureux, mais le lendemain, les jours, les semaines, les mois suivants vont passer sans Muriel. C'est là que je vais tomber de mon nuage. Le mercredi 26 juillet, alors que nous sommes en vacances à Bagnoles de l'Orne, Muriel fera ses adieux télévisuels dans "Un curé de choc" et je ne la verrai pas.

C'est une page qui se tourne, je quitte le collège pour le lycée en juin, où je vois pour la dernière fois mon ami Francis.

Muriel, que j'ai tant aimée, que j'aime encore, disparaissait du paysage audiovisuel. C'est l'une des plus grandes injustices du monde de la télévision qui survenait.

Le téléfilm passe vite, cinquante minutes. Ce n'est pas le film le plus passionnant de Muriel, on est loin d'Annunciata ou de Marguerite de Bourgogne.

C'est vraiment trop bête et trop injuste, "la vie, quelle gifle" comme aurait dit Muriel.

Lire la suite

Mardi 5 Mars 1974

16 Février 2016 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Mardi 5 Mars 1974

Après les deux feuilletons "Les enfants des autres" et "A dossiers ouverts", je regarde "Les dossiers de l'écran" consacrés à Mandrin, dont j'ai parlé sur ce blog dans le journal 1972.

Cette-fois, il ne s'agit pas du feuilleton en six épisodes avec Pierre Fabre, mais d'un long-métrage de 1962 avec Georges Rivière. J'ai moins aimé cette version.

Le lendemain, c'est le jour J. Muriel revient. J'ai dû avoir du mal à m'endormir ce soir là, et dans la journée saoûler mon ami Francis en ne parlant que de ma bien aimée.

Muriel dans "Déclic et des claques".

Lire la suite

Lundi 4 Mars 1974

15 Février 2016 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Lundi 4 Mars 1974

Troisième film en cinq parties pour "A dossiers ouverts" à 20h20 : "Piège sur l'autoroute", sur la Une, après le 4e épisode à 19h45 sur la 2 des "Enfants des autres" avec Françoise Dorner.

Françoise Dorner sera en 1985-86 l'héroïne de "Madame et ses flics". Elle a arrêté sa carrière en 2004.

Le soir, premier épisode de la deuxième saison de "Schulmeister, l'espion de l'empereur" avec Jacques Fabbri et Roger Carel, série dont les épisodes anciens sont à l'époque parfois proposés dans "La Une est à vous".

Nous sommes J moins 2 avant le retour de Muriel. La tension monte...

La voici dans "Allo Juliette".

Lire la suite

Dimanche 3 Mars 1974

14 Février 2016 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Dimanche 3 Mars 1974

Il est question des "Rois maudits" ce dimanche, puisque Jean Piat a sorti un disque, et qu'il passe sur la Une à 19h10 dans "Discorama" de Denise Glaser. On peut voir un extrait des "Rois maudits" et un autre de "Ruy Blas".

Après Thierry Le Luron, Henri Salvador et Jacques Fabbri, c'est Jean Amadou qui inaugure les programmes de la Une chaque dimanche à 12h30 avec "C'est pas sérieux".

Le film de la 2 à 14h30 parle de la corrida : "Les clameurs se sont tues" d'Irving Rapper (1956) avec Michel Ray.

Manque de chance, rediffusion d'un téléfilm sur la Une à 16h45, "La revanche", de Philippe Ducrest, et si l'on y retrouve ses comédiens habituels, il n'y a pas, comme dans "Plainte contre X", "Par mesure de silence" et "Le corso des tireurs", Muriel Baptiste. Ce téléfilm date de 1970.

Inutile de dire que je n'ai pas eu le droit de voir le film du dimanche soir, "Loin de la foule déchaînée", avec Julie Christie et Terence Stamp, qui dure 2h45 et se termine à 23h35 (malgré les restrictions d'énergie qui entraînent d'habitude, en 1974, la fin des programmes à 23h00).

Nous sommes J moins 3 avant le retour de Muriel. La voici dans "Zoé".

Lire la suite

Samedi 2 Mars 1974

13 Février 2016 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Samedi 2 Mars 1974

Le tournoi des cinq nations avec deux matches, France/Angleterre puis Irlande/Ecosse empêche la diffusion du 5e épisode d'Arsène Lupin. Je me retrouve donc devant "La Une est à vous".

Il n'y a pas beaucoup de nouveautés : "Opération vol" ou "Les mystères de l'ouest", "Hondo ou Chaparral", "L'aventurier" ou "La nouvelle équipe", "Fooly Foot" ou "Le roi des celtes", et enfin "Flipper le dauphin" ou "Les globe-trotters".

Après le 3e épisode des "Enfants des autres" avec Françoise Dorner et Paul Barge, c'est un Top à Jacques Dutronc, à l'époque où il devient acteur et décide de faire une longue parenthèse côté chanson. Françoise Dorner était la fille du couple Pascale Roberts-Jean Claude Pascal dans "Le temps de vivre, le temps d'aimer", et Paul Barge incarnait Numa dans "Les gens de Mogador".

2e épisode de "Aux frontières du possible" : "Le cabinet noir". Puis Philippe Bouvard termine la soirée.

Il ne reste que quatre jours avant le retour de Muriel.

La voici dans "Un curé de choc".

Lire la suite

Vendredi 1er Mars 1974

12 Février 2016 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Vendredi 1er Mars 1974

4e épisode d'Arsène Lupin à 15h15, "L'arrestation d'Arsène Lupin", sans doute l'épisode le plus drôle de la série, et le dernier avec Marthe Keller.

Pas de deuxième téléfilm de l'anthologie "Suspense" le soir, aussi un programme inintéressant au possible : sur la Une, "La télévision des autres : Smog", émission de la TV allemande, "Le deuil sied à Electre" sur la 2, un concert symphonique sur la 3. Après "A dossiers ouverts", et le feuilleton de la 2 "Les enfants des autres", plus rien.

Avec le recul, il me semble que personne à part moi n'attendait le retour de Muriel. Son téléfilm allait passer complètement inaperçu, et ensuite, je ne savais pas ce qu'elle avait encore "en stock", j'ignorais totalement son tournage pour "Un curé de choc".

Nous étions J moins cinq avant "L'affaire Bernardi de Sigoyer".

Muriel dans "Tilt".

Lire la suite

Jeudi 28 Février 1974

11 Février 2016 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Jeudi 28 Février 1974

Comme chaque jeudi, je suis privé de la série de la 2 à 15h15, en l'occurrence le troisième épisode d'Arsène Lupin : "Arsène Lupin contre Herlock Sholmès : le diamant bleu".

Je retrouve cependant Marthe Keller, qui joue dans cet épisode, le soir dans le cinquième et avant-dernier épisode de "La demoiselle d'Avignon". Arrivé en septembre 1973 pour remplacer Guy Lux et son "Cadet Rousselle", Jacques Martin et "Taratata" en sont à la dernière émission, la semaine suivante, Guy Lux revient avec "Domino", copier coller de "Cadet Rousselle".

La rediffusion de "La demoiselle d'Avignon" ne pouvait mieux tomber qu'en cette période où je retrouvais deux fois de suite ma chère Muriel. J'ai toujours associé Muriel à Avignon car une partie du deuxième épisode des "Rois maudits" est censé s'y dérouler. Bien que dans la réalité, Barma a tourné aux Buttes Chaumont.

Avignon et Muriel sont pour moi des symboles du romantisme. En 2007, j'ai tenté de vendre à la boutique du festival dix exemplaires de "Muriel Baptiste, la reine foudroyée", mais n'en ai vendu aucun, un aller et retour pour rien.

Nous étions ce 28 février J moins six avant le retour de Muriel.

La voici dans "Témoignages: un grand peintre".

Lire la suite

Mercredi 27 Février 1974

10 Février 2016 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Mercredi 27 Février 1974

En achetant les journaux TV, ce mercredi, je suis un peu déçu, car tous mettent une petite photo de Muriel, tous la même, dans "L'affaire Bernardi de Sigoyer", téléfilm qui ne dure que cinquante minutes. La voici.

Ce mercredi, il y a le neuvième épisode des "Bannis" : "Entrez dans la danse", seul bon programme du jour. Bien évidemment, je suis heureux, sans savoir que c'est la dernière fois qu'une telle joie m'est donnée. A la différence de "Mademoiselle de la Faille", "Sigoyer" semble un programme qui va passer inaperçu, il passe juste après le premier épisode de la saison 2 de "Cannon" sur la 3.

Nous sommes donc J moins 7 avant le retour de Muriel.

Lire la suite

Mardi 26 Février 1974

9 Février 2016 , Rédigé par patricks Publié dans #DE LA GLOIRE AU DECLIN 1973-74

Mardi 26 Février 1974

A compter du 1er janvier 1974, suite à la crise du pétrole et dans le cadre des économies d'énergie, l'ORTF devait cesser d'émettre à 23h00, ce qui posait problème aux "Dossiers de l'écran" avec soit un débat raccourci, soit un film trop court.

Pour illustrer un débat sur "Le pêcheur et le pollueur", la 2 propose un court métrage de 30 minutes de Jean Calvel, réalisé pour l'Unesco. Soirée ennuyeuse à mourir.

La Une après "A dossiers ouverts" proposait "Histoires d'animaux".

Moi, je piaffais d'impatience, car le lendemain, j'allais acheter tous les magazines télé puisque Muriel était à l'antenne le mercredi 6 mars.

Au sujet de "Mademoiselle de la Faille", la critique de Télé Poche était féroce : "Michel Subiéla n'a pas eu tort de mettre un point final à son "Tribunal de l'impossible". Avec Mlle de la Faille, c'est surtout l'ennui qui était double.

Télé 7 jours sous la plume de Janine Brillet faisait une critique plus longue, quoique sur certains points contestables (on n'imaginait pas Muriel Baptiste en héroïne romantique").

Je vous mets un scan de cette critique.

Lire la suite
1 2 > >>