Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Jeudi 4 octobre 1973

30 Septembre 2018 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Je ne sais pas qui fut l’invité du jour de Danièle Gilbert, malgré Télé Poche et Télé 7 jours.

Etant au collège, je rate le cinquième épisode des « Envahisseurs », « Cauchemar », et il me faudra attendre 1975 et « Samedi est à vous » pour revoir l’épisode.

Le soir, après Jacques Martin et son émission de variétés « Taratata », mettant en vedette Pierre Perret, on ne m’a pas laissé voir le 2e épisode de « La mer est grande », cela finissait trop tard (22h30).

Sur la première chaîne, il y avait Gérard Philipe dans « Les belles de nuit ».

Il paraît que la tombe de cet acteur est difficile à trouver au petit cimetière de Ramatuelle. Il en est des grandes vedettes comme lui comme des plus modestes comme Muriel Baptiste : le temps fait l’oubli.

Jeudi 4 octobre 1973
Lire la suite

Mercredi 3 octobre 1973

29 Septembre 2018 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Ce dut être ce jour-là que je pris mon premier cours de judo (de mémoire). C’était le mercredi et le samedi, j’y suis allé jusqu’en avril 1975.

Chez Danièle Gilbert, Rika Zaraï reçoit Stephan Reggiani qui n’eut jamais le succès de son père et en mourut.

J’ignore si avec le judo, j’ai pu voir le septième épisode du « Cheval de fer », « L’homme cougar ».

Je ne sais plus à quelle heure les cours avaient lieu le mercredi. Par contre, cela allait me coûter le samedi « Les envahisseurs », et j’en fis une maladie.

En soirée, deux programmes qui ne m’intéressaient pas : politique sur la Une avec « Les trois vérités » opposant un jeune Jean-Pierre Chevênement du PS à Albin Chalandon de l’UDR.

Sur la 2, une dramatique ennuyeuse, « La mort en face », avec Jacques Sempey.

Nous ne recevions pas la 3e chaîne où l’on aurait pu voir « A la recherche du Nil » et « Les dossiers noirs ». On a éteint la télé.

J’allais bientôt me mettre à écrire une sorte de roman, aujourd’hui on appelle cela « fan fiction », mêlant « Les rois maudits » et « Amicalement vôtre », dans lequel Muriel Baptiste rencontrait Tony Curtis et Roger Moore, et que j’ai appelé « Galants contes, méchantes intrigues ».

Muriel n’étant plus à la télé, je lui trouvais d’autres terrains pour l’imaginer.

Mercredi 3 octobre 1973
Lire la suite

Mardi 2 octobre 1973

29 Septembre 2018 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

A « Miditrente », Rika Zaraï reçoit Christian Delagrange, un chanteur à minettes rival de Mike Brant et Frédéric François, qui n’a pas passé le cap de la décennie 70.

Il devait y avoir un film « Les amitiés particulières » et un débat sur l’homosexualité aux « Dossiers de l’écran ». La prude ORTF a peur du sujet sulfureux pour l’époque, et programme en dernière minute… « Le colonel Chabert ».

Il faut avoir vécu ce temps-là pour le croire. L’homosexualité était un sujet tabou. Philippe Bouvard s’était moqué de Charles Trénet dans une interview en faisant semblant d’apprendre que le chanteur… allait se marier. Démenti de Trénet. Un grand séducteur de l’époque, j’en ai parlé sur le blog en avril mai, Jean-Claude Pascal, joue les playboys à la télévision et vit avec le comédien Jean Chevrier (Gautier de Châtillon dans « Les Rois maudits ») et sa chanson « Nous les amoureux » est un plaidoyer pour la tolérance envers les homos que personne ne comprend.

Beaucoup de françaises et de français sont morts en pensant que Jean-Claude Pascal était hétérosexuel.

1973 était une époque hypocrite, on vivait dans le monde des Bisounours.

Mardi 2 octobre 1973
Lire la suite

Lundi 1er octobre 1973

27 Septembre 2018 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Rika Zaraï, invitée de la semaine de Danièle Gilbert, reçoit les compagnons de la chanson.

Les oisifs à 14h25 peuvent voir sur la Une le film « La main qui venge » avec Charlton Heston, de 1950.

Après « L’homme du Picardie » (qui en est déjà au 20e épisode) et « Les Mohicans de Paris », c’est le 4e épisode du Baron de Trenck, « Le Pandour ».

Une journée d’automne télévisuelle 1973 ennuyeuse. Je me morfonds à penser à quelqu’un que je ne reverrai pratiquement pas. Muriel Baptiste fait ses derniers tournages et ne le sait pas. Bientôt, elle ne sera qu’un souvenir, à attendre derrière son téléphone qu’un réalisateur l’appelle.

C’est encore « son époque », mais le déclin. Je me pose parfois la question de l’utilité de ce blog. Elle est morte depuis si longtemps, oubliée de tous, seuls des sexagénaires peuvent maintenant se rappeler qui elle est. Et encore.

J’arrive à la soixantaine et tout cela me semble bien loin. J’ai l’impression de pleurer sur mon enfance perdue. En 2018, je pense beaucoup moins à Muriel. J’ai fait mon deuil, après avoir appris son décès en 2005. Je sais que je ne la reverrai jamais, et que ce que je raconte ici a vraiment un parfum d’inutile. « Avec le temps, va tout s’en va » chantait Léo Ferré. « Le cœur, quand ça bat plus, c’est pas la peine d’aller chercher plus loin ». Que la vie est courte, et triste.

Muriel Baptiste aimait beaucoup la vie.

Lundi 1er octobre 1973
Lire la suite

Dimanche 30 septembre 1973

27 Septembre 2018 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

 

Le film du dimanche après-midi de la 2, à 14h45, devait être « Le bagarreur solitaire » de Jack Sher (1959) avec Audie Murphy. En raison de la mort de Fernand Raynaud est programmé à la place « Arènes joyeuses », film de Maurice de Canonge de 1958 avec le comique en vedette.

Après « Le sport en fête », dont l’invité est Alain Delon, nous pouvons voir sur la première chaîne à 17h10 une comédie française de 1957, « Clara et les méchants », avec Minou Drouet, sans aucun intérêt.

Le soir, c’est une imitation de « James Bond » que l’on peut regarder : « Pas de roses pour OSS 117 ». John Gavin a remplacé Frédéric Stafford, mais on l’a affublé d’un accent américain ridicule. Curd Jurgens et Robert Hossein côtoient donc ce John Gavin qui en 1971 a failli être le troisième James Bond (après Sean Connery et George Lazenby), et ce malgré sa nationalité américaine, dans le septième film de la série, « Les diamants sont éternels ». Sean Connery se laissera convaincre pour un million de livres de revenir jouer 007. John Gavin sera payé mais ne jouera pas le rôle de l’agent secret de Sa Majesté.

C’est une rentrée bien triste, sans Muriel, et la dernière avec l’espoir de la revoir.

 

Dimanche 30 septembre 1973
Lire la suite

Samedi 29 septembre 1973

25 Septembre 2018 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

« Le baron de Trenck » n’est pas un feuilleton qui a marqué les mémoires des téléspectateurs français. Succès d’estime sur le moment, mais l’absence de rediffusion le fit vite ranger dans la catégorie des programmes oubliés.

Pourtant, ce samedi 29 septembre, Télé Poche et Télé 7 jours mettaient chacun la photo de son interprète, Matthias Habich en couverture.

Télé Poche proposait une photo extraite du feuilleton, en gros plan et brun, tandis que Télé 7 jours nous montrait l’acteur allemand blond au naturel.

Cette fin septembre 1973 n’est déjà plus l’époque de Muriel, elle reviendra trois fois dans les programmes, et tout le monde commençait à l’oublier, à part moi.

En photo couleurs page 2, Télé Poche montre les deux héros des « Mohicans de Paris », Danielle Volle et Robert Etcheverry. « Les indiscrétions d’Aglaé » parle de programmes à venir : « La bataille d’Alésia », « Les oiseaux de Méji Jingu » avec Claudine Auger et Tomoko Ogawa, feuilleton franco-japonais que l’on verra en 1974. Il est aussi question de « Deux ans de vacances », série d’aventures d’après un roman de Jules Verne. L’acteur Maurice Chevit pose avec son fils Frédéric, ils tournent ensemble dans « Messieurs les jurés ».

Télé 7 jours consacre photos et reportages à Loumi Lacobesco, Alain Delon, André Oumanski, Roger Moore, Jean Piat, Frédéric Rossif, Pierre Bouteiller, René Clair, Gina Lollobrigida, Lee Marvin, Angie Dickinson, Marie-José Nat et Gilles Segal (pour « Les Rosenberg ne doivent pas mourir » qui sera programmé en mai 1975), Léon Zitrone et un espoir : l’actrice Régine Teyssot vue dans « Les gens de Mogador ».

Ce samedi, à 15h15, il y a sur la 2 le quatrième épisode des « Envahisseurs », « Les sangsues ». Sur l’autre chaîne, la première, « La Une est à vous » propose un choix plus large, par exemple avec deux séries policières, « Cannon » (dont j’ai parlé sur le blog et dont la diffusion sur la troisième chaîne avait débuté en février de cette année-là) et « L’aventurier ». « Les mystères de l’ouest » est systématiquement choisie par les votes des téléspectateurs.

Après un « Top à Julien Clerc » commence sur la 2 à 21h35 une quatrième série de « Mannix ». Le premier épisode s’appelle « Le tueur ». Mais les récents succès de « Columbo » et « Amicalement vôtre » ont écorné l’image de cette série phare des années 60-70 qui au printemps 1972 faisait des records d’audience le jeudi soir.

Si « Mannix » est aujourd’hui, comme Muriel Baptiste, oublié, on peut situer à cette rentrée 1973 le début de son déclin.

Samedi 29 septembre 1973
Lire la suite

Vendredi 28 septembre 1973

24 Septembre 2018 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Je me souviens comme si c’était hier de ce jour-là. A 15h15, je regarde le 3e épisode des « Envahisseurs », « L’expérience », avec ma grand-mère.

Dans la scène où David Vincent est enlevé et soumis à un lavage de cerveau, ma grand-mère furieuse partit dans sa cuisine en me criant : « Tu vas devenir fou avec tes envahisseurs ».

Pour l’époque, c’était considéré comme violent, et aujourd’hui, je dirai que c’est bien anodin.

Le soir, c’est le deuxième épisode de « Chapeau melon et bottes de cuir », « Le vengeur volant », qui ressemble au « Tigre caché » dont j’ai parlé sur le blog en juin 1973.

Le principe est le même : un animal invisible attaque et tue des gens, la caméra ne nous le montre pas.

Dans « Chapeau melon », il y a beaucoup d’humour, à la différence des « Envahisseurs », dont l’aspect épouvante est gommé par le second degré évident du réalisateur.

Mais ce 28 septembre, la France pleure Fernand Raynaud, qui vient de se tuer dans un accident de voiture. Il meurt en heurtant le mur du cimetière du Cheix sur Morge, au moment où il voulait prendre sa retraite en Nouvelle-Calédonie à seulement 47 ans. Il roulait vite dans sa Rolls Royce décapotable car il était en retard pour une conférence de presse prévue à Clermont Ferrand.

Les années 70 vont être marquées par des disparitions tragiques et spectaculaires de grands noms : j’ai parlé déjà de Raymond Souplex, il y aura dans quelques jours François Cevert, puis en 1975 Mike Brant et en 1978 Claude François.

Fernand Raynaud, par rapport à des comiques comme Coluche, est aujourd’hui assez oublié.

Muriel elle est morte dans l’indifférence générale, personne ne l’a su.

Vendredi 28 septembre 1973
Lire la suite

Jeudi 27 septembre 1973

23 Septembre 2018 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Je ne rate pas le 2e épisode des « Envahisseurs », « La mutation », qui remplacé par une conférence de presse de Georges Pompidou en direct de l’Elysée. Il parle de sa rencontre avec le président chinois Mao.

Le soir, sur la 2, première émission de « Taratata », pas l’émission de Nagui, mais de Jacques Martin qui grosso modo reprend les recettes de Guy Lux et invite Enrico Macias, Pierre Vassiliu, Yves Duteil, Anne-Marie David.

A 21h55, un grand feuilleton débute, « La mer est grande », mais ayant collège le lendemain, je n’ai pas eu l’autorisation de le regarder, je n’ai vu que le sixième et dernier épisode pendant les vacances de Toussaint.

L’équipe des « Chevaliers du ciel », plutôt que de faire une quatrième saison de Tanguy et Laverdure, décida de faire découvrir deux nouveaux héros  officiers de marine, Hervé Lanoé (Yves-Marie Maurin) et Alain Joubert (Joël Felzines).

Dans ce feuilleton, il y a deux actrices vedettes, France Dougnac dont j’ai maintes fois parlé sur le blog, qui piquait littéralement la place de Muriel Baptiste en multipliant les feuilletons, et Michèle Watrin.

Il n’y a pas eu de deuxième saison pour deux raisons. Le public a trouvé ce feuilleton ennuyeux, trop sérieux, avec un aspect documentaire. Comme pour les chevaliers, la musique est de François de Roubaix. Ce fut donc un échec.

L’autre raison, c’est la mort tragique le 2 août 1974 brûlée vive dans un accident de voiture sur l’autoroute de Valence. Robert Hossein son fiancé était au volant et réchappa de l’accident. Il avait prévu d’épouser Michèle et en a souvent parlé, même s’il a retrouvé le bonheur avec l’actrice Candice Patou.

Jeudi 27 septembre 1973
Lire la suite

Mercredi 26 septembre 1973

22 Septembre 2018 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Francis Perrin est invité à « Miditrente » de Danièle Gilbert.

A 15h15, c’est le sixième épisode de la série western « Le cheval de fer », que l’on n’avait plus vue depuis le 12 septembre. Titre, « Mon associé de charme ».

Gary Collins, qui est le second du héros joué par Dale Robertson, sera la vedette de deux autres séries : « Le sixième sens » (diffusé en France en 1974) et « Vivre libre » (en 1976). Curieusement, Dale Robertson qui joue le héros, Ben Calhoun n’a rien fait d’autre. Enfin, je ne l’ai jamais vu dans un autre film.

A 18h30, il y avait « Poly en Tunisie », mais je ne regardais pas, j’étais trop vieux pour ce genre de feuilleton que je suivais plus jeune.

Le soir, c’est la disette, « Feux croisés » d’Yves Mourousi, et la dramatique « Le cauchemar de l’aube » sur la 2 avec Danièle Delorme.

Ce n’était pas tous les jours fête en cette rentrée 1973 qui représente un passé que j’ai parfois tendance à enjoliver.

Mercredi 26 septembre 1973
Lire la suite

Mardi 25 septembre 1973

21 Septembre 2018 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Cela se devine-t-il ? J’ai fait mon deuil de Muriel Baptiste, et plus cela va, moins je pense à elle. Elle vient dans mes rêves, mais dans la journée, je n’y pense plus comme avant. Je ne trouve plus le plaisir d’écrire que j’avais sur ce blog. Lassitude ? Absence forcée d’actualité ? Sentiment d’avoir tout dit ?

Chaque fois que je me balade en vélo au bord du Rhône et voit les montagnes d’Ardèche, le fantôme d’Annunciata vient dans mon esprit. Egalement lorsque je me rends à Privas dans un cadre professionnel. Mais il y a un net fléchissement de passion envers Muriel.

L’un des signes les plus évidents est que je trouve que le blog revient trop souvent dans mes tâches. Je veux toujours avoir quelques jours d’avance par rapport à mon voyage dans le passé.

Revenons en 1973.

Toute sa vie, Robert Etcheverry a été vedette de feuilleton télé, j’ai parlé de lui au printemps 73 pour « Arpad le tzigane », il avait déjà été « Le chevalier tempête » et « Gorri le diable ».

Ce 25 septembre, il est la vedette du nouveau feuilleton quotidien de la Une, « Les Mohicans de Paris », avec Danièle Volle.

L’histoire est tirée du roman d’Alexandre Dumas. Il y aura une suite en 1975, « Salvator et les mohicans de Paris » dans laquelle Brigitte Fossey remplacera Danièle Volle.

Comme toutes les vedettes de feuilleton ORTF, Robert Etcheverry fut vite oublié (Muriel en est un bel exemple). En 1977, il fera un dernier feuilleton, pour TF1, « Fachoda », puis se fera discret jusqu’à sa mort assez jeune, à 70 ans, en 2007. Il avait pris sa retraite après un « Commissaire Moulin » en 1989.

En 1973, il était au sommet de sa gloire cumulant « Arpad le tzigane » et « Les mohicans de Paris ». Mais Etcheverry illustre bien que comme Muriel Baptiste ou Michel Le Royer, les héros de l’ORTF sont aujourd’hui bien oubliés.

Après « L’homme du Picardie », les dossiers de l’écran sont consacrés au cancer, avec le film « La flamme qui s’éteint » de Rudoph Maté (1950) avec Margaret Sullavan. Je pense que nous l’avons regardé.

Mardi 25 septembre 1973
Lire la suite
1 2 3 > >>