Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Vendredi 1er mars 1974

28 Février 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Je reviens d’Italie, où j’ai été voir Emma Marrone en concert à Assago, banlieue de Milan, et je constate qu’aucune nouvelle n’est parue depuis samedi sur la mort de France Dougnac, elle est décidemment aussi oubliée que Muriel. Les actrices de l’ORTF Muriel Baptiste, Paloma Matta, France Dougnac, Yolande Folliot, Christine Delaroche ont été comme il est dit dans « Wikipédia » les petites fiancées des téléspectateurs français, mais ne passent guère à la postérité hélas.

En voyant Emma sur scène (chanteuse que j’ai découvert et tout de suite aimé au festival de San Remo 2012) en concert, alors que les choses ne sont pas parties – pour l’instant – pour qu’elle perce en France alors qu’elle est devenue la chanteuse numéro un en Italie, on peut dire que j’ai ressenti un plaisir aussi immense que si j'avais pu voir Muriel au théâtre. Emma, au début, était pour moi un Eros Ramazzotti en jupons, j’aimais sa musique et basta. J’ai parlé d’elle sur le blog deux fois, le 24 mars 2013, dans la rubrique « Journal 1973 janvier avril » en décrivant la journée du jeudi 19 avril 1973, et une deuxième fois le 20 novembre 2014 dans « Journal 1972, deuxième rédaction » pour l’article du lundi 20 novembre 1972. Les deux fois d’ailleurs, j’avais mis sa photo. A priori, aucun rapport entre Muriel Baptiste et Emma. Elles ne sont pas de la même époque (Emma est née le 25 mai 1984), mais si j’avais douze ans aujourd’hui, je crois qu’elle serait ce que Muriel fut, sauf que j’ai bientôt soixante ans et Emma trente-quatre (trente-cinq en mai) et pourrai être son père. Emma mérite un blog à part entière que je ferai et qui sera un peu dans l’esprit de celui de Muriel qui va continuer : d’un côté, il s’agit de perpétuer le souvenir de la merveilleuse Muriel, de l’autre de faire connaître aux français cette merveilleuse chanteuse italienne. Rien n’est impossible car l’un de mes meilleurs amis, fan de toujours de Kylie Minogue est venu me rejoindre à Milan pour assister au concert… et que depuis quelque temps, je me suis aperçu qu’il préfère Emma à Kylie (je me demande même très sérieusement s’il n’est pas encore plus fan d’Emma que moi). Ce blog sera donc destiné aux français en croisant les doigts pour lui faire un maximum de publicité et qu’elle vienne tels Laura Pausini et Eros Ramazzotti faire des tournées en France. Sinon, mon ami et moi avons déjà prévu de la voir quand elle passera à Turin, plus près de la France que Milan. Je trouve qu’Emma mérite de faire une carrière internationale (ce que pense l’un des vendeurs de souvenirs du Mediolanum Forum d’Assago, lorsque je lui ai dit que nous venions de France la voir). Pour l’instant, en dehors de son pays, elle est déjà connue en Suisse. J’ai perdu Muriel et ne m’en suis jamais remis. Je souhaite longue vie à Emma qui a réchappé à deux cancers (2009 et 2014) car cette chanteuse a quelque chose d’unique, comme Muriel l’avait. Elle rend ce monde meilleur par sa présence. J’ignorais en allant la voir à son concert du 26 février 2019 qu’en allumant la télé dans ma chambre d’hôtel, elle ferait les gros titres. Le lecteur du blog devinera ma peur, mais il s’agit en fait d’une querelle qui l’oppose à la ligue de Matteo Salvini, le ministre de l’intérieur italien, à propos des migrants. Elle a déclaré « Aprite i porti » (« Ouvrez les portes »).  Massimiliano Galli, conseiller communal du parti de Baldini « La ligue » (ex « Ligue du Nord ») de l’Ombrie (région bordant la Toscane) lui a rétorqué : « Tu ferais bien d’ouvrir tes cuisses en te faisant payer par exemple ». Immédiatement, la sanction est tombée : le parti populiste a exclu cet homme pour propos sexiste. Et bien qu’Emma en soit profondément choquée, elle en a pleuré, elle a de la santé à revendre. Je reviens maintenant à l’objet de ce blog, Muriel et plus précisément au vendredi 1er mars 1974.

 

Jour J moins 5 avant le retour de Muriel.

L’anecdote du jour : Muriel Baptiste avec la troupe des jeunes comédiens de « Par mesure de silence » aurait, selon Télé Poche, organisé du chahut à Champagné Saint-Hilaire et Poitiers en 1966.

L’invitée d’Herbert Pagani à « Miditrente » est Antonella Lualdi. Je venais de la voir en Milady de Winter en décembre dans « D’Artagnan ». Elle a retrouvé la gloire avec le rôle de Lucia, jouant l’épouse de Pierre Mondy dans « Les Cordier, juge et flic » dans les années 90. Je pense que Muriel aurait dans « D’Artagnan » fait une merveilleuse Milady, elle en avait le talent. En fait, deux rôles lui convenaient : celui de Constance Bonacieux (tenu par Paloma Matta) et celui de Milady dans laquelle je l’aurais préférée. En 1969, Claude Barma, le réalisateur, avait dû choisir une distribution européenne car la série était coproduite par l’Italie et l’Allemagne. Muriel a prouvé par la suite avec Marguerite de Bourgogne qu’elle pouvait jouer un rôle fort, et dans « Maigret aux assises », une « méchante », avec une grande conviction due à son immense talent.

A 15h15, quatrième épisode de « Arsène Lupin » : « L’arrestation d’Arsène Lupin ». Cet épisode où Georges Descrières joue un clochard, Désiré Baudru, m’a fait mourir de rire. Comme je l’ai déjà dit sur le blog, il ne faut pas chercher le Lupin de Descrières dans les romans de Maurice Leblanc, qui sont sombres et dramatiques. Comme Roger Moore avec James Bond, le comédien a détourné le personnage vers l’humour et le charme.

A 20h35, pas d’épisode de la série « Suspense », mais un reportage de « 24 heures sur la Une », « La télévision des autres : Smog », tandis que sur la 2, il y a la troisième partie du « Deuil sied à Electre ».

Muriel allait revenir et je pensais qu’il en serait toujours de même. Au lieu de cela, sa carrière s’est arrêté, tout s’est arrêté, elle a même cessé de vivre. Elle était irremplaçable et le restera. Emma a beau être une artiste extraordinaire, personne ne peut remplacer Muriel.

Emma le 26 février 2019 à Assago

Emma le 26 février 2019 à Assago

Vendredi 1er mars 1974
Lire la suite

Jeudi 28 février 1974

24 Février 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Les familiers de ce blog savent qui est France Dougnac, comédienne qui a connu la gloire avec des feuilletons télévisés à partir de 1973 (« Le neveu d’Amérique », « La mer est grande »), et dont la carrière au cinéma lui a permis de jouer avec Brigitte Bardot (« Les pétroleuses ») ou Patrick Dewaere (« Coup de tête »). En 1980, elle était la vedette avec Guy Marchand de la série policière « Opérations trafics » sur TF1.

Samedi dernier, à la cérémonie des césars a été annoncé son décès en 2018. Elle ne tournait plus depuis 1988 et le film « Juillet en septembre ». Née en 1951, elle était mariée au réalisateur Louis-Pascal Couvelaire et vivait avec lui à Corbon dans le Perche au manoir de la Vove. D’après les renseignements recueillis sur Facebook, elle serait morte le 4 juillet 2018. Aucune annonce n’a été faite dans les médias, il est vrai, que comme Muriel Baptiste, elle est aujourd’hui oubliée. Peu de réactions sur Internet, on ne connaît pas les causes du décès. Avec elle, disparaît encore une des petites fiancées des téléspectateurs de l’ORTF, comme l’on désignait Paloma Matta, Muriel Baptiste, Yolande Folliot, Christine Delaroche. Je pensais qu’elle avait fait une carrière plus longue, mais elle ne compte que 36 rôles de 1970 à 1988, contre 21 pour Muriel de 1964 à 1974. J’ai bien sûr appris sa mort avec beaucoup de tristesse.

Revenons au 28 février 1974.

Jour J moins 6 avant le retour de Muriel.

L’anecdote du jour : Muriel a reçu en cadeau le tableau qui la représentait dans « La double vie de mademoiselle de La Faille ». J’ignore ce qu’elle en a fait et si ce tableau existe encore. Peut-être l’a-t-elle vendu lorsqu’elle était fauchée à partir de 1974 ne trouvant plus de rôles ?

A « Miditrente », Herbert Pagani reçoit Guy Bontempelli.

Etant au collège, je rate le troisième épisode de « Arsène Lupin » : « Arsène Lupin contre Herlock Sholmes : Le diamant bleu ».

A 19h45, je retrouve Paul Barge (Numa dans « Les gens de Mogador ») et Françoise Dorner (l’une des filles du couple héros du « Temps de vivre, le temps d’aimer ») dans un feuilleton soporifique : « Les enfants des autres ». Françoise Dorner a tenté par la suite de changer de registre avec « Madame et ses flics », en 1985-86, mais arrivant trop tôt dans un registre qui a porté bonheur à Véronique Genest (« Julie Lescaut ») et Corinne Touzet (« Une femme d’honneur »).

Paul Barge a un rôle bien plus sympathique que dans « Mogador », retrouvera un rôle de salaud intégral dans le feuilleton « Docteur Erika Werner » en 1978, où il laisse sa maîtresse jouée par Leslie Caron aller en prison pour le meurtre d’une femme qu’il a commis. Il a fait une carrière plus discrète que je le croyais. On le retrouve dans le feuilleton « Les chevaux du soleil » en 1980 que je n’ai pas regardé. Au cinéma, il n’a qu’un film qui ait connu le succès « Sous le signe de Monte-Cristo » en 1968.

Jacques Martin présente sa dernière émission de « Taratata » avec Pierre Perret, Dalida, Jacques Dutronc, Claude François et Jane Birkin. On peut dire que sa succession de Guy Lux n’aura pas duré longtemps, il prendra sa revanche lorsque son rival sera écarté en 1976 pour des raisons que j’ai mal comprises, Martin prenant alors la tête des variétés le dimanche avec « Bon dimanche ». Puis avec la mise à l’écart de Guy Lux à l’arrivée de la gauche au pouvoir. Jacques Martin un peu avant commença « Dimanche Martin » qui dura dix-huit ans, jusqu’à son AVC le 21 mars 1998.

Puis, étant au combe de la rêverie romantique, je regarde le 5e épisode de « La demoiselle d’Avignon », pensant à ma chère Muriel. Il est bien dommage que je  lui ai jamais dit à quel point elle m’a fait rêver, battre mon cœur, un peu comme une vraie princesse.

Jeudi 28 février 1974
Lire la suite

Mercredi 27 février 1974

23 Février 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Jour J moins 7 avant le retour de Muriel.

L’anecdote du  jour : Muriel a vécu une douloureuse rupture sentimentale en plein tournage des « Dernières volontés de Richard Lagrange », ce qui l’a beaucoup perturbée d’après ses partenaires Anne Vernon et Bernard Rousselet.

Je découvre dans Télé Poche et Télé 7 jours, pour la dernière fois, des photos de Muriel avec la présentation du téléfilm « L’affaire Bernardi de Sigoyer ». Pas grand-chose à se mettre sous la dent côté photos. Aucun article n’est consacré à ma chère actrice. Il est vrai que ce quel joue est un moyen métrage de 50 minutes produit par la station régionale de la 3e chaîne de Marseille. C’est son dernier programme inédit proposé en soirée.

A « Miditrente », Herbert Pagani reçoit Yves Duteil et Lydia Verkine. Malgré le succès de « Virages » en 1972, Yves Duteil devra attendre 1977 et son troisième album pour devenir vraiment célèbre, avec la chanson « Prendre un enfant ». On l’entend moins aujourd’hui, mais il continue sa carrière en sortant des albums tout en s’étant replié sur un public de fidèles.

A 15h15, neuvième épisode des « Bannis », « Entrez dans la danse ». Cette série fut plus populaire en France qu’aux Etats-Unis, où elle fut annulée au bout d’une saison. En France, à partir de 1988, elle cessa d’être rediffusée, si l’on excepte un passage sur la chaîne du câble Equidia.

Rien de sensationnel le soir : « Les trois vérités » sur la Une, et la suite du « Deuil sied à Electre » sur la 2.

Voici la présentation du film de Muriel dans Télé 7 jours.

Mercredi 27 février 1974
Lire la suite

Mardi 26 février 1974

23 Février 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Jour J moins 8 avant le retour de Muriel.

L’anecdote du jour : Muriel a été reçue par Jacques Serres et sa femme durant le tournage de « Maigret aux assises ». Elle leur a déclaré (à ce que m’a dit le comédien en 2006) qu’elle avait des origines kabyles, et des angoisses nocturnes. Jacques Serres m’a dit qu’à l’époque, on prédisait à Muriel qu’elle deviendrait « la nouvelle Ginette Leclerc ».

Danièle Gilbert consacre son « Miditrente » à un hommage à Fernandel disparu trois ans plus tôt. En 1971, quelques mois après la mort de Bourvil, celle de Fernandel causa un grand choc. Mais sa popularité, si l’on en juge par les diffusions de ses films, a continué dans les années 70-80. Aujourd’hui, à part « Don Camillo », il est un peu oublié, et en tout cas son comique a bien vieilli. Louis de Funès, mort en 1983, fait toujours de forts taux d’audience et ses films sont constamment rediffusés. Pas ceux de Fernandel. En particulier toute la période avant-guerre, le « comique troupier », est passée à la trappe. Les codes du comique ont changé (en mal à mon avis, ils ne me font plus rire). Je note que « La cuisine au beurre » ou « La vache et le prisonnier » sont parfois encore rediffusés. Pourtant, Fernandel avait su (comme Bourvil) et à la différence de De Funès montrer qu’il était également un bon comédien dans les rôles dramatiques : « Heureux qui comme Ulysse », « Le voyage du père ».

En 1974, bien entendu, sa gloire était intacte.

Il n’y avait rien à voir ce mardi-là : « Histoires d’animaux » de Frédéric Rossif  sur la première, et sur la 2 aux « Dossiers de l’écran » un court métrage de 30 minutes, « Fragile est notre monde », le débat portant sur le pêcheur et le pollueur.

J’attendais le lendemain avec impatience pour acheter « Télé Poche » et « Télé 7 jours ». Merci Muriel pour ses moments de bonheur, pour avoir enchanté mon enfance et mon adolescence avec ton talent et ta beauté. Tu m’as marqué à vie et jamais je n’ai ensuite été amoureux d’une femme comme l’amour bien innocent, amour d’enfant, que j’ai eu pour toi et que je ne regretterai jamais.

Mardi 26 février 1974
Lire la suite

Lundi 25 février 1974

22 Février 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Jour J moins 9 avant le retour de Muriel.

L’anecdote du jour : Muriel devait tourner un film en 1964 produit par Alvaro Mancori qui ne s’est pas fait, mais lui a donné envie d’être actrice et de se présenter au casting de la pièce « Gigi ».

On se croirait revenu en février 1973 quand j’attendais Muriel chaque jour avec frénésie comme les fidèles du blog ont pu le lire.

Herbert Pagani est l’invité de la semaine à « Miditrente », et il reçoit Maxime Le Forestier. Après une décennie de succès dans les années 70, ce chanteur tomba dans l’oubli. Je me souviens que j’étais en vacances à Saint-Jean de Luz lorsque j’ai appris sa mort d’un cancer le 16 août 1988.

A 14h25 sur la Une, les oisifs peuvent voir un mélodrame américain de 1951, « La belle du Montana » avec Vera Ralston.

A 20h20, deuxième enquête en cinq épisodes de « A dossiers ouverts » : « Gros calibre ».

Puis à 20h35, c’est le dernier épisode de « La légende des Strauss ».

Après tant de mois d’absence, Muriel revenait à deux reprises. Et avec elle l’enchantement. Etant jeune, je ne réfléchissais pas trop, et cela me semblait dans l’ordre des choses. L’idée que tout s’arrête brutalement ne m’est jamais venue en tête. Aujourd’hui, nous disposons avec Internet de moyens d’informations décuplés par rapport à l’époque. Je glanais essentiellement des choses en lisant les magazines de programmes télévisés. Je réalise avec le recul qu’ils ne parlaient pas souvent de Muriel, qui n’a jamais eu la gloire que je lui ai prêtée.

Pour l’heure, il est facile de deviner que j’étais aux anges. Elle revenait. Et un mois après la diffusion de « La double vie de mademoiselle de La Faille ».

Le véritable problème est que même durant ses années d’activité, Muriel n’a pas réussi à se faire un nom. Malgré Annunciata Vidal et Marguerite de Bourgogne, elle n’a pas marqué le grand public de façon suffisante. Début 1974, on ne parlait déjà plus d’elle, alors que sa carrière se terminait. Il n’est donc pas étonnant qu’ensuite, on se soit rappelé d’elle essentiellement lors de rediffusions (« Les rois maudits » notamment).

Il n’y avait pas, chez les téléspectateurs, comme je l’éprouvais moi, une attente. Le public est passé à côté d’une grande comédienne.

Je citais plus haut Herbert Pagani. Qui se souvient de lui ? De ses chansons ? Ses disques sont introuvables. Son tube « Chez nous » en 1973 avait marché fort. Et puis, comme Mary Roos, Gigliola Cinquetti, Esther Galil, le public est passé à autre chose. Et encore, les chanteurs que je cite s’étaient fait un nom, à l’époque de leur gloire, tout le monde savait qui c’était. Malheureusement, ce ne fut jamais le cas pour Muriel Baptiste.

Lundi 25 février 1974
Lire la suite

Dimanche 24 février 1974

21 Février 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Jour J moins 10 avant le retour de Muriel. Je n’en peux plus d’attendre.

L’anecdote du jour : Muriel avait la phobie de se voir à l’écran de sorte qu’elle l’une des rares actrices à n’avoir jamais vu ce qu’elle a tourné !

Pas de western à 14h30 sur la 2 mais un film de Joselito, « Mon ami Joselito », réalisé par Antonio Del Amo et datant de 1962. C’était un enfant prodige dont la carrière n’a pas dépassé les années 60. Acteur-chanteur. Bien oublié aujourd’hui. Je me souviens avoir vu un film avec lui en salles. Un des premiers que j’ai vus.  Je me rappelle seulement une scène, il est sur une plage et a un étourdissement, la tête qui tourne. Ce pourrait être « Le secret de Joselito » sorti en France le 18 décembre 1963. Il y a une trentaine d’années, les archives du film de Bois D’Arcy m’avaient envoyé un résumé de chacun de ses films, avec un synopsis, et j’avais retrouvé le titre, mais j’ai égaré ce document, et je vois que sur Internet, les informations sur lui sont maigres. Si je retrouve le titre, je le dirai sur le blog.

Puis, à 17h15, c’est le neuvième épisode du feuilleton western « Le Ranch L » : « Le bandit à la mitrailleuse ».

En soirée, diffusion du film « L’affaire Thomas Crown », annoncé le 16 décembre 1973 et non diffusé en raison d’une grève. La musique est de Michel Legrand qui vient de nous quitter, et en France, Marcel Amont et Claude François ont chacun chanté l’adaptation hexagonale de la chanson, sous le titre « Les moulins de mon cœur ». J’ai vu dans les années 90 un remake de ce film avec Pierce Brosnan, le James Bond du moment, et dans lequel Faye Dunaway fait une apparition en psychiatre, alors qu’elle tient le rôle vedette dans la version originale de 1968 qui ne m’a pas, comme le remake, laissé un grand souvenir.

 

Dimanche 24 février 1974
Lire la suite

Samedi 23 février 1974

21 Février 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Jour J moins 11 avant le retour de Muriel.

L’anecdote du jour : Muriel a failli tourner dans « L’homme de Marrakech » (1966) de Jacques Deray, avec George Hamilton. Elle avait annoncé sa présence et le film s’est fait sans elle. Il a été tourné en Andalousie et est sorti le 24 avril 1966. Le réalisateur Jacques Deray sur le tournage a eu une liaison avec la vedette féminine, Claudine Auger, qui fut en 1964 la première James Bond girl française dans « Opération Tonnerre » de Terence Young aux côtés de Sean Connery.

Télé Poche met en couverture les frères Rouland et Télé 7 jours Steve Mc Queen.

Dans « Les indiscrétions d’Aglaé », Télé Poche parle de Robert Etcheverry, l’écrivain Emmanuel Roblès, le jeune Billy Phillips.

Télé 7 jours parle de Mary Roos, Olivier Hussenot, Roger Lanzac, Ilia et Dominique Rollin, Roger Carel, Antoinette Moya, Steve Mc Queen, Thierry Le Luron avec le couple présidentiel Pompidou, Eric Rohmer et François Chaumette.

Dans « La Une est à vous », le choix est vaste : voici les séries proposées au vote des téléspectateurs : « Chaparral » ou « Hondo », « Fooly Foot » ou « Le roi des celtes », « Flipper le dauphin » ou « Les globe-trotters », « Mission Impossible » ou « Les mystères de l’ouest », et dans la catégorie fiction « Au-delà du réel ».

Je me crois un temps revenu à l’hiver 72-73 lorsque j’attendais Muriel avec frénésie, puisque c’est le cas avec la diffusion de son téléfilm « Sigoyer » le 6 mars.

A cause du rugby, le 2e épisode de « Arsène Lupin », « Victor de la brigade mondaine », qui met en vedette Pierre Massimi héros des « Secrets de la mer rouge », est diffusé à 16h30, en pleine « Une est à vous ».

De bons programmes ce jour-là, d’abord je citerai les Carpentier avec un « Top à Charles Aznavour » lequel reçoit Nana Mouskouri et Guy Marchand.

A 21h35, c’est le premier épisode de la deuxième saison d’une série d’anticipation française, « Aux frontières du possible », avec Pierre Vaneck et Elga Andersen, « Le dernier rempart ». Je n’ai pu voir les six premiers épisodes en octobre-novembre 1971 car ils étaient programmés en semaine tard le lundi soir et que j’allais au collège le lendemain. J’ai revu cette série en 2018 et je trouve que cela a affreusement mal vieilli, alors que j’adorais le feuilleton en 1974.

A 22h35, Philippe Bouvard reçoit Alfred Adam et Alphonse Boudard.

Samedi 23 février 1974
Lire la suite

Vendredi 22 février 1974

19 Février 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Jour J moins 12 avant le retour de Muriel.

L’anecdote du jour : Muriel avait beaucoup de mal à se coiffer, et portait souvent des perruques, elle l’a raconté dans « Nous deux » en 1966.

Rika Zaraï reçoit Pierre Vassiliu à « Miditrente ».

Il n’y a rien d’intéressant dans les émissions pour les enfants.

Premier épisode de la rediffusion de la saison 1 de « Arsène Lupin » sur la 2 à 15h15, « Le bouchon de cristal ». L’ORTF a immédiatement enchaîné la rediffusion de la saison 1 après la diffusion de la 2. Georges Descrières n’a jamais tourné de saison 3, il faut dire que l’accueil critique et public de la saison 2, on l’a peut être oublié, fut mitigé.

Le soir, sur la première chaîne, en remplacement de « Banacek », débute une collection de 13 téléfilms américains, « Suspense ». Le premier téléfilm est du genre western, « Le chasseur de primes », avec Clint Walker. Dans la distribution, il y a la future Lois Lane fiancée de Superman, Margot Kidder, que l’on a vue dans l’épisode de « Banacek », « Souffler n’est pas jouer », et qui nous a quittés le 13 mai 2018 par overdose de drogues et d’alcool. Triste destin.

Vendredi 22 février 1974
Lire la suite

Jeudi 21 février 1974

18 Février 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Jour J moins 13 avant le retour de Muriel.

L’anecdote du jour : Muriel était très croyante. Elle ne l’a jamais dit à la presse dans ses interviews.

A « Miditrente », Rika Zaraï a invité Yves Jouffroy et Pierre Charby.

Ce sont les vacances et dans les programmes pour les enfants, il y a l’épisode de « Skippy le kangourou », « La tante Evelyn ».

Dernier épisode des « Champions » à 15h15, « L’expérience », qui avait été déprogrammé le 25 janvier.

Le soir, « Taratata » de Jacques Martin met en vedette Serge Lama. Il y a aussi Gigliola Cinquetti, Georgette Lemaire, Patachou, Stephan Reggiani, Jean Vallée, Mady Mesplé.

Puis, c’est avec ravissement que je regarde la rediffusion du 4e épisode de « La demoiselle d’Avignon ».

Jeudi 21 février 1974
Lire la suite

Mercredi 20 février 1974

17 Février 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : Muriel a été choisie par Claude Barma pour « Les rois maudits » en raison de son rôle dans « Maigret aux assises ».

En achetant Télé Poche et Télé 7 jours, je saute de joie, et c’est la dernière fois : Muriel revient le mercredi 6 mars sur la 3e chaîne dans « L’affaire Bernardi de Sigoyer », « Bernardi » étant orthographié « Bernardy ». Nous sommes donc jour J moins 14 avant son retour.

Par contre, le nouveau Télé Poche dans sa page 122 « Télé critiques » éreinte « La double vie de Mlle de la Faille » en écrivant : « Michel Subiéla n’a pas eu tort de mettre un point final à son « Tribunal de l’impossible ». Avec « Mlle de la Faille, c’est surtout l’ennui qui était double ».

A « Miditrente », Rika Zaraï reçoit un certain Sébastien ( ?) et Charlotte Jullian.

Rien d’intéressant dans les émissions pour les enfants, il y a la série « Mon ami Ben » que je n’ai jamais regardée.

Sur la 2, huitième épisode des « Bannis », « Acte de foi ».

Je crois me souvenir que le soir que nous avons regardé sur la 2 la pièce « Le deuil sied à Electre », c’est tellement loin, cela fait 45 ans, que je ne peux être catégorique.

Sur la Une, il y avait le magazine d’actualité « Plein cadre ».

Les magazines télé achetés ce jour-là n’annoncent pas de retour de Muriel.

Mercredi 20 février 1974
Lire la suite
1 2 3 > >>