Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Si j'avais rencontré Muriel...

5 Février 2009 , Rédigé par patricks Publié dans #DIVERS

Une comédienne amie de Muriel, Annie Sinigalia, m'a fait remarquer que Muriel n'avait jamais su mon existence. Il est vrai que j'étais jeune lorsqu'elle a quitté le métier en 1974. A titre d'information, je n'ai eu mon "courrier personnel" qu'à la fin 1976, époque où j'ai commencé des collections d'affiches, photos et musiques de films. Les jeunes d'aujourd'hui sont plus éveillés!
Dans ma vie, j'ai rencontré quelques artistes, lors des séances de dédicaces après les concerts, une chose que je ne recherche pas spécialement.
Cela vient de se produire vendredi dernier avec Yves Duteil, il m'a dédicacé son dernier album, mais le contact entre un artiste et un spectateur par définition inconnu de lui n'apporte pas grand chose. Je me souviens avoir approché quelques célébrités: C Jérôme en 1986 dans une discothèque après son concert (un des rares avec lequel j'ai pu discuter), en 1985, Thierry Pastor à l'éphémère carrière m'avait claqué la porte au nez après un spectacle qui n'avait duré que cinq chansons et peu d'enthousiasme du public. Un autre que j'ai approché fut Alain Turban, guère plus sympathique. On est souvent déçu en voulant approcher une vedette, soit il signe gentiment une autographe (comme Georges Chelon ou Yves Duteil), soit le contact vous déçoit et l'artiste tombe de son piédestal (dans mon cas, Michel Delpech et Gigliola Cinquetti).
Alors Muriel? Eh bien je crois que si elle avait continué sa carrière, j'aurais essayé de lui écrire et de la rencontrer, mais elle représentait tant pour moi que je ne pense pas qu'elle se soit plainte de mon attitude. J'aurais été tétanisé, incapable de lui parler, figé sur place. Il aurait fallu que ce soit elle qui me parle, car je n'aurais pu lui dire un mot. Seul mon regard lui aurait communiqué la passion que j'éprouve.
Je n'aurais pas eu de déception comme pour Delpech ou Pastor, parce que j'aurais été incapable de l'aborder.
Le destin a voulu que Muriel s'efface du monde du spectacle dès 1974. Je n'avais pas quinze ans.


Roman-photo-9.jpg

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article