Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Jean Piat sur "Radio Classique" 4 mars 2009

4 Mars 2009 , Rédigé par patricks Publié dans #EVENEMENTS

Jean Piat était l'invité de "Radio Classique" ce soir, pour parler de ses goûts musicaux. Pas seulement de musique classique d'ailleurs. Il a demandé à écouter Claude Nougaro et son "Nougayork" de 1987, expliquant qu'il avait un peu connu le chanteur qui souffrait des problèmes d'alcoolisme au moment de son licenciement de la maison Barclay en 1984 et avait trouvé une renaissance avec la chanson "Nougayork".
Peut-être faudrait-il dire à Jean Piat que Nougaro n'était pas le compositeur de la chanson tubesque de 1987, mais passons.

Au cours de l'émission, l'interprète de Robert d'Artois évoque ses origines "ch'ti"  et ses attaches avec la région du Nord. Il parle aussi de ses goûts: Tchaïkovski, Chopin, Beethoven, "La marche de Radetzky" de Strauss, et son attachement au concert du nouvel an de Vienne. Il reste très amateur de  violon, pour lui un "instrument diabolique". L'un de ses meilleurs amis est luthier. "Le violon est un instrument qui m'a touché davantage que d'autres", dit-il.

Jean Piat parle aussi de la pièce dans laquelle il joue, "La maison du lac", avec Maria Pacôme. Il a travaillé avec sa fille pour la pièce. Il explique que dans la version cinéma Jane Fonda, productrice, en profita pour régler ses comptes avec son père Henry.

Pour Jean Piat, l'acteur est à la fois "instrumentiste et instrument".  Comme l'acteur est son propre instrument, il doit se ménager.
"Un acteur qui ne joue pas perd confiance", "C'est une injustice constante, notre métier". (Quelques citations que je note au fil de l'émission). "Il n'y a pas de génies méconnus" (Je trouve le comédien bien injuste disant cela de ceux qui font sa profession).

L'émission se continue avec  Franz Liszt dont Piat a demandé l'écoute d'un morceau "n'importe lequel". Puis "Le Boléro" de Ravel. Il pense qu'à la différence de la musique, les comédiens ont le droit de modifier un peu l'oeuvre en l'interprétant.

L'émission se termine par l'évocation d'Yvonne Printemps et Sacha Guitry sur lequel Jean Piat a écrit. Il raconte que Guitry fut très malheureux de sa rupture avec l'actrice. Souvenirs aussi de Raymond Rouleau qui mit en scène Piat dans "Ruy Blas". "Je n'ai pas envie de mourir sur scène", "La scène c'est fait pour la joie ou l'émotion".


Notes prises en direct pendant l'écoute de l'émission, pardon pour les fautes de syntaxe et le style approximatif


Jean-Piat-en-1990.jpg

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article