Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Un "roi maudit" à portée de la main

6 Mars 2009 , Rédigé par patricks Publié dans #TEMOIGNAGES

En juin 1977, désirant devenir journaliste, j'avais posé ma candidature pour un job d'été à "La Tribune", un hebdomadaire dont le siège était au centre ville de Montélimar (Drôme) et que dirigeait alors Jean Jacques Ayzac.
Pendant deux mois (La Tribune fermait en août), je fus très occupé, au point de n'avoir pas le temps de regarder la télévision.
Cela eut pour fâcheuse conséquence de rater la rediffusion de la pièce "Zoé" avec Muriel le vendredi 1er juillet 1977.

Toutefois, il m'arriva quelques aventures durant ces deux mois, qui me sortaient de ma petite vie de lycéen. Je parle évidemment d'aventures de journaliste, à ma modeste place. Ainsi, nous avons "couvert" une randonnée au Mont Ventoux et assisté à un dramatique accident. La montée se faisait à pied, il fallait prévoir un sac de couchage pour dormir en altitude, le lendemain, malgré les avertissements des guides, un jeune touriste étranger voulut descendre sans précaution le mont Ventoux. Pour ma part, très peu courageux, je descendais souvent les pentes les plus raides... sur mon postérieur. Au moins suis-je arrivé entier!
Avec Mr Ayzac, nous avons assisté au dramatique accident de ce jeune hollandais ou allemand qui en voulant descendre trop vite fit une chute. Son visage heurta un rocher, il saignait beaucoup et fit trois crises d'épilepsies,
Nous assistâmes à un sauvetage en montagne, avec un hélicoptère venu chercher le malheureux. Il n'y avait pas de portables en 1977, je ne sais plus comment les secours furent prévenus. Nous sûmes ensuite que le blessé arrivé à l'hôpital avait pu être sauvé.
Juste avant cet épisode, le rédacteur en chef (Ayzac) avait voulu faire un reportage au festival de Vaison la Romaine.
L'excursion dont je parle partait d'un village appelé Malaucène.
A Vaison, dans un restaurant, un midi, nous étions en train de déjeuner lorsqu'à la table d'à côté vint s'asseoir un visage connu, Jean Jacques Ayzac murmura: "C'est un acteur du festival".
J'avais à portée de la main Maître Evrard des "Rois maudits", que l'on voit jusque dans "Les poisons de la couronne": le comédien Jean Pierre Jorris.
J'ai peut-être raté l'occasion de ma vie de savoir ce que devenait en 1977 Muriel Baptiste. Mille fois, j'ai voulu l'aborder et lui parler, mais il n'était pas seul (une grande table) et Mr Ayzac était en train de me parler de travail.
Jean Pierre Jorris était à côté de moi et je n'ai pas osé lui poser la question: "Monsieur Jorris, je vous ai vu dans les rois maudits, savez vous ce que devient Muriel Baptiste qui jouait Marguerite de Bourgogne?".
J'étais trop timide, et avant que je me décide, Jean Pierre Jorris, plus pressé que nous, quitta ses amis et s'en alla du restaurant

.Jean-Pierre-Jorris.jpg

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article