Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

La princesse du rail épisodes 14 à 16

16 Mars 2009 , Rédigé par patricks Publié dans #CARRIERE DE MURIEL

Episode 14

Résumé

Antoine conduit le train du ministre (Max Desrau) et reconnaît à ses côtés la soeur du "frisé", Virginie (Sylvie Bréal). Amères retrouvailles. S'il reçoit les félicitations du ministre, il découvre en rentrant chez lui que la princesse de Bohême l'a quitté.

La critique

Il s'agit d'un épisode triste (pas le dernier dans le genre). Antoine ressasse son amertume envers Virginie. Le propos s'attarde aussi sur la condition des chauffeurs, livrés aux vents et intempéries sans abri dans leur cabine. Le ministre qui daigne serrer la main pleine de suie d'Antoine illustre la misère ouvrière de l'époque. Nous avons dans cet épisode un plan vertigineux du convoi franchissant un viaduc. De toute évidence, Henri Spade s'est régalé en filmant ces locomotives de musée arpentant les paysages du massif central.

Les infos supplémentaires

Sylvie Bréal a fait une courte carrière: télévision avec "Le comte Yoster a bien l'honneur", "L'Alphoméga", "La duchesse d'Avila", cinéma avec "Le gendarme de Saint Tropez" et "Solo" de Jean Pierre Mocky

Max Desrau était une figure familière du petit écran, on l'a vu notamment dans "Karatékas and Co"

Peu de temps après le tournage, les locomotives "Crampton" furent définitivement immobilisées dans le musée du chemin de fer de Mulhouse, devenant trop fragiles pour être manipulées.

4 / 4

Episode 15

Résumé

Le colonel Vidal vend tous ses biens pour continuer son combat. Antoine cherche en vain Annunciata dans la montagne, à la tour de Rochegude, il crie son désespoir, elle l'entend mais ne répond pas, se cache en pleurant. Antoine confie son chagrin à l'abbé Chantegrelet. Chambon a un chagrin d'un autre ordre: sa locomotive "La Caroline" va être mise au placard et remplacée. L'ingénieur Barnett lui demande... la main de sa fille Céline.



La critique

Cet épisode évoque "Manon des sources" lorsqu'Ugolin crie le nom de Manon dans la montagne. Nous assistons à une double performance d'acteur de Muriel Baptiste et Jacques Santi. Muriel pleure comme elle le fera plus tard dans "Maigret aux assises" et "Les rois maudits", on est moins habitué à voir ce grand gaillard de Santi aussi ébranlé. Il a une scène poignante face à Chambon/Armand Mestral, qui tente de le rassurer.
Mestral est également excellent, drapé dans sa dignité lorsqu'il répond au méchant de l'histoire, l'ingénieur anglais Barnett, que sa fille prendra toute seule sa décision de l'épouser ou non.
Marie Claude Mestral, avec sa fraîcheur, apporte un peu de détente dans l'atmosphère étouffante. Son cri d'horreur quand elle apprend le nom de son prétendant, est un autre grand moment de la série.
Quatre numéros d'acteurs pour un épisode en or.



4 / 4

Episode 16

Résumé

Barnett ne croit pas que la locomotive de Chambon manque de pression et veut la tester. Il décide de faire le parcours avec Carpolino. Vidal et Tiarko sabotent le train et la locomotive laisse les voitures en route (sans que Barnett s'en aperçoive). Barnett est réprimandé par l'ingénieur pour avoir oublié les premières classes et le wagon.
Céline, déçue de ne pas avoir été demandée en mariage par celui quel croyait, boude Delorme.
Vidal a recueilli un postillon ivrogne et voleur (Gérard Dessalles). Il a aussi acheté une diligence pour concurrencer le train.
Le sort remet face à face Annunciata et Antoine: elle prétend ne pas le connaître. Elle découvre que le postillon a volé son père.


La critique

Après la tension de l'épisode précédent, celui-ci multiplie les rebondissements au détriment parfois de la crédibilité. Nous avons une longue scène où le train conduit par Antoine et Claudius tombe en panne, les voyageurs partant dans les champs comme des élèves faisant l'école buissonnière. Cette séquence suit celle où Barnett perd une partie de son convoi en route.
Muriel Baptiste sort du registre dramatique où elle excelle. Le texte à défendre est moins convaincant. Les scènes supposées drôles qui voient la déconfiture du "méchant" Barnett/Fred Neumann, ou l'apparition du postillon que Vidal prend on ne sait pourquoi en affection, tombent à plat. On comprend avec cet opus décevant que le succès de "La princesse du rail" dépend d'une alchimie délicate entre l'interprétation des comédiens et la qualité du scénario. Ici, Henri Spade et Henri Vincenot tirent à la ligne.
Notons aussi que dans cet épisode, on prend moins de plaisir aux scènes de train qui habituellement nous coupent le souffle.


Les infos supplémentaires

Gérard Dessalles continue sa carrière au théâtre en 2009. Il a récemment joué avec Anne Kreiss (Marie de Cressay dans "Les rois maudits")

3 / 4

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article