Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Tant de monde là-haut (Battisti, Buscaglione, ma grand mère...)

20 Juin 2009 , Rédigé par patricks Publié dans #DIVERS

Est-ce la vision du téléfilm "Lancelot du lac" de 1970 où Muriel Baptiste porte une espèce de calice en or (ou de je ne sais quoi de précieux) mais j'ai rêvé l'autre soir que j'étais mort, me trouvais dans ce qui ressemblait à une petite chapelle (avec la distorsion qu'impose les rêves), Muriel était face à moi mais loin, telle un prêtre disant la messe. J'étais le seul "paroissien". C'était un rêve statique dans lequel il ne se passait rien, mais le réveil matin m'en a arraché fort désobligeamment.
Cela est d'autant plus frustrant pour moi qui fait rarement des rêves (ou ne s'en souvient pas au réveil) que le lendemain je rêvais d'une usine remplie de tubes metalliques enchevêtrés, un rêve complètement stupide.

Je me suis fait la réflexion ces jours-ci qu'il y avait plus dans l'au-delà que dans cette vallée de larmes de gens que j'aimerais rencontrer. Cela vaudrait vraiment le coup qu'une autre vie existe. Il y aurait tellement d'âmes intéressantes à rencontrer. Je pensais à deux chanteurs italiens qui nous ont prématurément quitté: Fred Buscaglione (Je n'avais que quelques mois lorsqu'il s'est tué à l'aube du 3 février 1960 dans une rue de Rome en  percutant avec sa Ford Thunderbird rose un camion. Des fans sur Internet ont mis des photos de l'accident ! Fred Buscaglione faisait "vieux", c'était un "dur", et pourtant il est mort à seulement trente neuf ans. Il en fait plus sur les vieilles photos en noir et blanc vu sa corpulence et sa stature.
 Et puis Lucio Battisti qui me manque tant, et composait de si jolies chansons, encore un que le crabe nous a arraché avant  l'heure, Lucio était né la même année que Muriel et ils auraient tous deux soixante six ans en 2009.

Dans ma famille, la plus grande partie (Je ne dirais pas sur le point d'importance et d'affection mais sur le plan du nombre) se trouve là-haut.

Mais je gage bien que si je meure, je n'aurais de cesse de retrouver une âme, une seule, et ne la quitterai point, ne m'en éloignerais point pour aller voir d'autres âmes exceptée ma chère et regrettée grand-mère.

Muriel, si tu savais comme tu me manques.

vlcsnap-2013-09-10-20h45m15s57

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article