Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Dimanche 16 Février 1964

9 Janvier 2013 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL POSTHUME IMAGINAIRE

J'ai fait un cauchemar, encore mes angoisses nocturnes. Pourtant, je dors dans les bras de mon chéri. Il essaie de me rassurer.

 

L'hôtel de Maison Rouge est vraiment exquis. Le petit déjeuner propose à la fois des nourritures traditionnelles, café, croissant, marmelade, jus d'orange, mais aussi du bacon, du kouglof (brioche assez bourrative), des saucisses knacks, des bretzels.

 

D'ailleurs, à table, il y a des bretzels sur des présentoirs en fer sur chaque table.

 

Nous répétons la pièce à l'opéra pendant l'après-midi. Puis un reporter des "Dernières nouvelles d'Alsace" vient m'interviewer, Régis s'éclipse alors que nous discutions.

 

Je sens qu'il ne supportera pas mon vedettariat et j'en suis très malheureuse. Je ne renoncerai pas à ma carrière pour lui. Je me suis trop battue pour en arriver à décrocher ce rôle, et à signer pour deux autres projets.

 

Mais il fait comme si de rien n'était et la pièce est un succès. Cinq rappels.

 

Le journaliste m'a posé quelques questions indiscrètes que j'ai éludées. 

 

Régis, mon Régis, je n'ai jamais aimé comme toi et j'ai connu beaucoup d'amants avant toi. Pourquoi faudrait-il choisir entre la gloire et l'amour ?

 

Nous nous sommes réconciliés sur l'oreiller. Il reste dix dates seulement à la tournée. Régis me suivra-t-il sur le plateau de "La Famille Anodin" ?

 

Malgré les attentions de mon chéri, je suis inquiète.

 

Demain, nous serons à Nancy.

 

Muriel en Gigi 1964

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article