Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Dimanche 23 Septembre 1973

24 Juin 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1973

Ce dimanche-là, il n'y avait absolument rien à la télé. La 2 reprenait ses habitudes de mettre un film suranné à 14h30, ("La Tour blanche" de Tezlaff, 1950, avec Glenn Ford et Alida Valli), tandis que sur la Une, l'après-midi est consacré à Paul Meurisse dans "Le Sport en fête" de Drucker qui reçoit aussi Mort Shuman, Yves Simon et Pierre Vassiliu.

Le soir sur la Une, un Gabin, "Sous le signe du taureau", film de 1968.

Pour palier à l'absence en télé de Muriel Baptiste, je lis les romans qui ont inspiré ces films : "Les Sultans", "Maigret aux assises", "Le Roi de fer", "La Reine étranglée". Je trouvais "Les Sultans" compliqué et rébarbatif, et ma préférence allait aux autres. Combien de fois ais-je lui les deux premiers tomes des "Rois maudits".

Je ne lisais pas "La Reine étranglée" grand format avec la photo de Muriel en couverture, pour ne pas l'abîmer, mais le livre de poche acheté avant.

Télé Poche donne des nouvelles de France Gall (alors en pleine traversée du désert) qui tourne le téléfilm "Notre Correspondant à Madras" avec Sacha Pitoëff - mais ce sera diffusé sur la 3 - elle était sur le point de rencontrer Michel Berger à l'époque, Pierre Massimi prépare une saison 2 des "Secrets de la mer rouge" (la première date de ... 1968). Au chômage après l'arrêt de "Cadet Rousselle", Sophie Darel prépare un spectacle d'imitatrice dans le cadre de l'Olympia de Stone et Charden. La série "Hec Ramsey" avec Richard Boone est annoncée mais l'on devra attendre octobre 1975 sur Antenne 2 le dimanche après-midi pour la voir. Jacques Martin a les honneurs d'une interview deux pages pour le début de "Taratata", émission de variétés du jeudi soir (eh oui, bien longtemps avant Nagui!).

Brigitte Bardot fait ses adieux au cinéma avec "L'histoire très bonne et très joyeuse de Colinot Trousse-Chemise" et chante en duo avec Sacha Distel "Tu es le soleil de ma vie".

Lorsqu'il n'y avait rien à la télé le dimanche, le tournedisque était mis à contribution. "Movie Man" était mon nouveau 45t, du groupe Osmonds, tandis qu'Alan Stivell, la musique des feuilletons  "Docteur Caraïbes",  "Le Neveu d'Amérique",  "Mannix", "Amicalement vôtre", "Poigne de fer et séduction" passaient aussi sur mon Teppaz. Je regrette avec le recul de ne pas avoir acheté celui de Fugain "Chante" ni celui de Sardou "La Maladie d'amour" deux tubes de l'été 73 qui me faisaient beaucoup penser à Muriel.

Les magnétoscopes existaient à l'époque - le premier de marque Philips a été mis en vente pour le public en mars 1972 - , mais ils étaient hors de prix. C'était l'objet d'un concours organisé par "Télé Succès", magazine qui en janvier 1973 consacrait des articles sur les Rois maudits et mettait des photos de Muriel en couleur.

Télé Poche coûtait 1.30 francs, un 45t 6 francs, un 33t douze francs, un poste de télé en noir et blanc entre 1800 et 2000 francs, ce qui explique que la Une restera même sous TF1 jusqu'à la fin 1975 sans la couleur. Un poste couleur 4000 francs, j'avoue ne pas avoir retrouvé le prix d'un magnétoscope mais seuls quelques privilégiés pouvaient se l'offrir. Alors en 1973, il fallait garder les images dans sa tête.

C'était mon cas concernant Muriel.

 

MURIEL-TELEMAGAZINE.jpg

 





Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Nade 24/06/2014 20:16


Aujourd'hui j'ai reçu votre livre , envoyé par Persée. Je l'ai dévoré! Je vous dis merci et bravo pour avoir fait revivre ainsi Muriel Baptiste que j'avais tant aimé dans son rôle
d'Annunciata. Je suis une fidèle lectrice de votre blog et je recommande chaudement la lecture de votre livre. Je suis passionnée par les acteurs et c'est très intéressant de connaitre les
coulisses de ce milieu, pas toujours rose! Grâce à vous Muriel Baptiste n'est pas et ne sera pas oubliée.