Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Dimanche 4 février 1973 : Rendez-vous avec Muriel

19 Janvier 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1973

Jour J. Mes parents ne devaient rien comprendre à mon agitation.

 

Sur la 3e chaîne, un film policier israëlien donne une idée des programmes d'avant-garde de la chaîne.

 

Rien sur la deux, comme chaque dimanche, sauf que si c'était aujourd'hui, je regarderais le film de Renoir, "Le testament du docteur Cordelier".

 

Le spectacle est sur la Une. Les émissions habituelles défilent. "Le Luron du dimanche", "Le dernier des cinq", "Le sport en fête", tout cela met bien trop de temps à passer.

 

A 17H15, "Le soupirant" de Pierre Etaix. J'étais sans doute trop jeune pour apprécier le talent du cinéaste.

 

Pour remplacer "Les sables volants", un nouveau feuilleton, "Le jeune Fabre", avec Mehdi, fils de Cécile Aubry et interprète de Sébastien dans la trilogie "Belle et Sébastien", "Sébastien parmi les hommes", "Sébastien et la Mary Morgane", avec une débutante...Véronique Jannot.

 

C'est le premier des treize épisodes, "La pension". Etant à Toulon le dimanche du dernier épisode, je n'ai jamais vu la fin.

 

Feuilleton typique de l'époque avec Demis Roussos chantant le générique.

 

Et puis arrivent 20h40. "Les Risques du métier" commence.

 

Muriel met très longtemps à venir, mais se faire attendre augmente encore le plaisir. Elle arrive soudain dans une séquence flash-back où Jacques Brel est en prison.

 

Toujours la même voix, le même regard, la même bouche, les mêmes yeux adorables, même si une perruque blonde à la Mireille Darc la change physiquement.

 

Dans le film, elle ne joue qu'une longue séquence d'abord de flash-back, enchaînée avec une démarche de la femme de Brel, Emmanuelle Riva. Tout au plus est-elle présente dix minutes à l'écran.

 

Mais elle m'émerveille tellement que le film terminé, j'ai l'impression d'avoir passé la soirée avec elle.

 

Mon âge a fait que je n'ai pas compris qu'elle était la maîtresse du personnage joué par Jacques Arden, ce que je comprendrai en voyant plus tard le film en vidéo.

 

Car ce film a été peu rediffusé, la VHS est sortie en 1995 pour les cent ans du cinéma, sous label Gaumont Tri Star Columbia, puis en 2007 en DVD dans une édition limitée.

 

Comme pour "Les Rois maudits", l'histoire est passionnante indépendamment de Muriel, ce qui ne sera pas le cas du médiocre feuilleton "Le Premier juré".

 

Muriel n'est pas morte étranglée à Château Gaillard, la voilà qui ressurgit devant mes yeux, dans la peau d'un nouveau personnage.

 

Il aurait dû en être ainsi indéfininiment.

 

En ce temps-là, je la croyais immortelle, seuls ses personnages pouvaient mourir, mais elle revenait toujours.

 

Voici des photos du film. Je n'ai jamais aimé Brel et le fait qu'elle l'ait approché me laisse indifférent. Par contre, elle est jolie avec n'importe quelle coiffure, en brune aux cheveux longs (Annunciata), en blonde coupe Mireille Darc (Dans ce film) ou avec un bonnet sur la tête (Ce sera dans "Le Premier juré").

 

Encore une soirée inoubliable, qui arrive après un mois de janvier sans elle ou presque (la séquence flash back de "La louve de France").

 

Tous les programmes de cette époque restent attachés au souvenir de ce soir-là. Je croyais la voir partout ensuite, dans "Docteur Caraïbes", dans "Les Gens de Mogador", dans "La Porteuse de pain".

 

Muriel s'appelle Martine Ogier (ou Augier ?). Son petit-frère a une tumeur au cerveau. Elle devient la maîtresse  d'un patron, Arnaud, pour qu'il paye l'opération. Il lui achète aussi une boutique de mode.

 

Je revois toujours ce film avec un plaisir immense, peut-être en l'appréciant mieux, à la différence des "Rois maudits", que lors de la première diffusion.

 

Muriel belle comme le jour, ou plutôt le jour parfois beau comme Muriel, car il y a des jours gris.

 

Muriel en 1967, un an après le tournage de "La princesse du rail". Mais avec un look complètement différent.

 

Encore une immense journée de bonheur pour moi, une soirée inoubliable.

 

 

 

Martine Augier 1vlcsnap-143703vlcsnap-144188vlcsnap-145058vlcsnap-145422Les risques du metier

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article