Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Jeudi 28 décembre 1972 - Deuxième partie

23 Novembre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

L'épisode continue sans Muriel, nous suivons les péripéties de ce minable petit roi Louis X, qui veut absolument se remarier, et cherche à faire élire un pape pour prononcer l'annulation de son mariage.

 

Dans cet épisode, Mahaut d'Artois et son âme damnée Béatrice d'Hirson sont absentes.

 

Enguerrand de Marigny devient le personnage central, l'homme à abattre pour les barons. L'intrigue est un peu confuse, et ne me passionnent que les nombreuses mentions de Marguerite de Bourgogne, perdue dans sa prison, et objet de tous les chantages.

 

Muriel revient vers les 3/4 du film lors du chapitre que Maurice Druon a appelé dans son manuscrit "La lettre du désespoir". La scène me paraît longue, mon coeur palpite très fort en voyant les scènes avec mon actrice adorée. Pourtant lors des rediffusions, je constaterai que la deuxième scène avec Muriel est assez brève.

 

Avouons le, si le feuilleton "La Princesse du rail" m'a tant marqué, c'est à cause de la mort tragique dans l'avant dernier épisode (version 1967) et le dernier (version 1972) de son héroïne, Annunciata, jouée par Muriel.

 

Et Marguerite se dirige vers le même destin tragique. Bien évidemment, mes yeux se mouillent légèrement lors de la scène finale, accompagnée d'une mélodie très triste de Georges Delerue.

 

"Il ne restait plus à Chateau Gaillard qu'une princesse captive, égarée de douleur, et qui pleurait sur le corps de l'infortunée Marguerite".

 

La dernière scène est bouleversante, et lorsque défile le générique de fin et que nous éteignons le poste de télévision en noir et blanc, je sais que Muriel est la plus grande, la plus douée des comédiennes de sa génération.

 

C'est pour moi un choc, aussi fort que le suicide d'Annunciata qui termine "La Princesse du rail".

 

Je sais que jeudi prochain, un autre monde commencera, nous serons en 1973, j'aurais rejoint le collège, et la série "Les Rois maudits" continuera sans Muriel.

 

Cette émotion, quarante ans après, est restée intacte.

 

vlcsnap-2012-11-22-20h07m57s56.png

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article