Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Le suicide de Muriel

12 Juin 2013 , Rédigé par patricks Publié dans #LA VIE DE MURIEL

Lorsque j'ai appris le suicide de Muriel Baptiste, plus ou moins consciemment j'ai compris que je ne deviendrai pas vieux. Cela a commencé par ne plus avoir peur de la mort. Dans le contexte de l'époque (dimanche 6 novembre 2005 lorsque j'ai su cette nouvelle que je n'admettrai jamais et qui datait de dix ans), c'était paradoxal puisque j'étais mort de trouille, le toubib suspectait un cancer. Une partie de moi est morte ce jour-là. Je n'ai plus jamais été comme avant. Très vite, il a fallu que je sache comment mettre fin à ses jours sans souffrance, et en étant sûr de ne pas se rater. Parce que Muriel, où qu'elle soit, j'ai envie de la rejoindre.

Je connaissais une infirmière urgentiste et elle m'a donné la dose exacte. Il faut savoir qu'en prenant trop ou pas assez de médicaments, on se rate. Dans certains cas, on dort beaucoup, dans d'autres, on reste handicapé à vie en s'étant bouzillé les reins.

Le hasard a voulu qu'un collègue de bureau passe à l'acte en avril 2006 en se jetant sous le TGV. Les endroits où le TGV est accessible m'ont un temps attiré. Et puis alors que je cherchais les différents moyens médicamenteux pour mettre fin à son existence, l'infirmière mâconnaise a pris ce grand risque de me révéler comment faire. Nous nous sommes perdus de vue, mais elle n'a franchement pas froid aux yeux de révéler cette recette.

Je ne l'aurais jamais fait ayant un mort en sursis sur la conscience. Sa recette, je m'en servirai.

Muriel, elle s'est ratée en 1964 (d'après les journaux pour une amourette avec l'acteur Mike Marshall ce que je ne crois pas un instant, il y avait certainement d'autres raisons).

En 1995, elle a pris soin de ne pas se rater (car à la différence de 1964, il n'était pas question pour elle qu'on la ranime) en n'étant pas dérangée, pour cela ce suicide elle l'a sûrement bien prémédité, profitant d'un voyage de Charles au Maroc sans doute, puisqu'elle a quitté cette terre le jeudi 7 septembre 1995 et qu'on l'a retrouvée le lundi 11 septembre à 12h, laissant un bien désagréable spectacle à une fonctionnaire municipale et à un commandant de police.

La mort n'est romantique que dans les pièces de Shakespeare.

Charles a obtenu de l'ILM la restitution d'une partie du corps le 27 septembre 1995 pour des funérailles chrétiennes, étouffant la thèse du suicide auprès du voisinage que j'ai rencontré. Sortie de scène piteuse pour une actrice : trois personnes en tout pour tout à l'enterrement, trois voisines. J'ai parlé à deux d'entre elles, la troisième étant décédée.

Si la mère de Muriel a participé aux frais d'obsèques à hauteur de 5000 francs (qui comportent l'intervention des pompiers 335 francs, l'IML 181 francs, et je vous passe les détails macabres), les factures démontrent que Muriel aura coûté une vraie fortune à ce pauvre Charles en mourrant. Le 27 septembre, jour de l'inhumation, cela s'élevait à 13 500 francs, le 21 décembre, il y avait une seconde ardoise de 15 000 francs. Le caveau est en granit - modèle "harmonie", la concession trentennaire. La ville de Paris a compté 4447 francs le 22 septembre, on trouve encore une facture municipale pour la concession, avec une part ville à 3828 francs et une part "B A S" (?) à 957 francs. Et cette croix qui m'a tant intrigué la première fois que je me suis rendu sur la tombe (où j'ai passé des jours entiers), avec l'absence d'un Christ et un épi de blé, son coût fut de 845 francs.

Dalida avait écrit "Pardonnez-moi, la vie m'est insupportable". C'était aussi le cas pour Muriel. Pour moi aussi. Je ne coûterai pas aussi cher, et tant mieux.  Qui sait, une fois le pas franchi,  comme il me plaît à le penser, si je ne  retrouverai pas Muriel de l'autre côté du miroir ?

 

000018.JPGPLAQUE_02.jpg

9_maigret-aux-assises-copie-1.jpg

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Magalia 23/03/2015 16:47

"Nade" a raison! Mais heureusement, ce billet date de près de deux ans.

Ce ne sont bien sûr que des détails mais je m'étonne que les pompiers aient coûté à la famille, je pensais que c'était pris en charge par l'état...
De plus, ( c'est peut-être une question macabre) mais je ne comprends pas pourquoi on n'a restitué à son ancien compagnon qu'une "partie" du corps...J'ai pourtant lu votre livre et j'avais cru comprendre qu'elle avait pris des médicaments ( avec de l'alcool) et qu'elle s'était "endormie"...

Nade 13/06/2013 18:25


Ce que je lis aujourd'hui m'effraie: j'espère que vous n'en arriverez pas à de telles extrémités! La vie est faite de petits bonheurs et de belles rencontres que l'on peut faire à tout âge, je
vous souhaite du fond du coeur de devenir vieux! Non vous n'êtes pas à l'automne de votre vie,vous avez encore de beaux étés à vivre!!!