Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Les dernières volontés de Richard Lagrange 18e épisode

11 Juin 2013 , Rédigé par patricks Publié dans #CARRIERE DE MURIEL

18- Dix-huitième épisode

 

Le docteur Montigny convoque Françoise, l’infirmière qui a caché les dossiers de Geneviève, et la sermonne. La jeune femme a agi par amour et s’en va dépitée.

Avant les gros nuages qui vont s’abattre bientôt sur leur couple (lorsque Geneviève découvrira que Bernard a une fiancée), c’est le temps du bonheur pour notre héroïne et le médecin. Bernard invite Geneviève chez ses parents : ceux de son Jean-Luc, son ex, l’avaient humilié en n’acceptant pas ses origines modestes, Mme Montigny est de la même engeance. Le drame, car il y a toujours des drames dans les séries avec Muriel Baptiste (« Les Rois maudits », « La Princesse du rail ») surviendra d’ailleurs à cause de la femme du notaire.

L’infirmière ne se sent pas à l’aise dans ce milieu bourgeois et méprisant. Le Tort est en mesure de prouver que Geneviève est bien la fille de Richard Lagrange, et s’excuse auprès d’elle de la façon peu cavalière dont il avait commencé son enquête. Il doit cependant confronter Thérèse Puidoux avec l’homme qui a recueilli l’enfant : Vandenberghe. Au passage le détective surprend le clerc du notaire en train d’écouter aux portes, et comprend que c’est l’espion d’Henri Castel.

 

La critique

 

Alors qu’elle menait dans la vraie vie une existence plutôt délurée, Muriel Baptiste joue ici la sage petite fille genre « petite marchande d’allumettes » plus vraie que nature. Yvonne Clech est employée à contre emploi, et alors qu’elle était habituée aux rôles comiques, elle est la belle-mère fielleuse et détestable que l’on se ferait un plaisir de gifler. « Je suis très fière d’être la fille de Gilberte Lagrange, même ce soir, surtout ce soir ».

Muriel très vite sort ses griffes et devient telle qu’elle était dans la vie : une écorchée vive. Elle semble plus à l’aise dans le registre malheureux qu’heureux. En la voyant, en l’écoutant, on se dit qu’elle ne devait pas être commode tous les jours, la regrettée Muriel. Mais après la tempête, il y a l’arc en ciel. On s’en rend compte lorsque Le Tort/Georges Wod présente des excuses à Geneviève. En une fraction de seconde, les yeux qui lançaient des éclairs s’adoucissent.

Loin de sa formidable prestation dans « Les Gens de Mogador », Bernard Rousselet n’est pas du tout à la hauteur, faute à un personnage mal écrit et difficile à défendre.

 

Notons que le trait est un peu forcé sur l’aspect odieux des amis du notaire et de sa femme.

 

vlcsnap-2013-06-11-18h30m02s130.pngvlcsnap-2013-06-11-18h32m27s254.pngvlcsnap-2013-06-11-18h34m21s164.pngvlcsnap-2013-06-11-18h37m51s212.pngvlcsnap-2013-06-11-18h38m16s171.pngvlcsnap-2013-06-11-18h40m00s231.pngvlcsnap-2013-06-11-18h40m38s93.pngvlcsnap-2013-06-11-18h44m58s125.pngvlcsnap-2013-06-11-18h46m04s19.png

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article