Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Les Rois maudits : adaptation fidèle

17 Août 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #DES LIVRES AUX FILMS

Eh voilà : je termine la série "des livres aux films" avec "Les Rois maudits". La version 72 avec Muriel est irréprochable question fidélité par rapport au remake 2005 de Josée Dayan. Pour preuve, chez Dayan, Mahaut d'Artois/Jeanne Moreau est à Château Gaillard juste après Robert d'Artois pour constater l'assassinat de Marguerite, et d'autre part, Philippe Le Bel/Tcheky Karyo est encore vivant dans "La reine étranglée", le 2e épisode, alors qu'il meurt à la fin du tome 1 "Le roi de fer".

C'est certainement la fidélité à l'oeuvre de Druon qui rend la version de Claude Barma insurpassable. Les différences sont minimes, par exemple la tirade de Marguerite à Maubuisson que je connais par coeur, tant en papier qu'en film.

 

Marguerite: "Il y avait le printemps, il y avait l'amour d'un homme,  la chaleur et la force d'un homme, son odeur, la joie de prendre et d'être prise, tout ce que tu ne connais pas, que tu crèves de connaître et que tu ne connaîtras jamais. Tu ne dois guère être attirante au lit pour que ton mari préfère chercher son plaisir auprès des garçons".

Muriel : "Et moi j'ai eu le printemps, l'amour d'un homme, sa chaleur, son odeur, sa force, c'est bon tu sais un corps de garçon sur le sien, demande  à Edouard que tu as éloigné du corps des femmes, il sait lui comment c'est fait un homme".

On le voit, peu de différences entre le texte de Druon et celui de Marcel Jullian. A ceux qui s'étonneront que je me rappelle le texte par coeur, je rappelerai que pendant des années, on ne trouvait rien, mais alors absolument rien, sur Muriel Baptiste en vidéo à part les rois. Même "Maigret aux assises" a du attendre décembre 2004 pour être édité en DVD sans l'avoir été en VHS. Il n'y avait guère, en VHS, que les courtes scènes des chevaliers du ciel et des risques du métier comme alternative aux rois maudits. Alors j'ai regardé les rois maudits en boucle pendant longtemps. Muriel ne reste d'ailleurs  connue pour une majorité de gens que pour le seul rôle de Marguerite de Bourgogne.

La seule différence que je trouve entre la série de Barma et les romans, ce sont toutes les descriptions hors dialogues. Druon avait voulu une mise en scène genre théâtre, et surtout pas de châteaux forts et tournois. On échappe à certaines scènes de foule comme l'exécution des frères d'Aunay (une image à l'écran du boureau joué par Fred Personne à la télé) alors que les princesses assistent au supplice depuis leurs chariots qui vont les emmener en prison. Les acteurs qui se tournent vers la caméra pour faire des apartés permettent de connaître l'histoire des personnages, ce que des films comme "Les sultans" , on l'a vu, ou "Maigret aux assises", ont gommé.

Je n'ai pas eu besoin de relire les romans de Druon. Je connais les deux premiers par coeur, car entre 1972 et 1989, je n'avais pas de magnétoscope. Ce n'est donc qu'à la quatrième diffusion sur FR3 en juillet 1990 que j'ai pu enregistrer les rois, dont j'avais sur cassette audio depuis la deuxième diffusion de juin 75 la bande son prise à la télé. Alors pour "retrouver Muriel", je lisais Druon.

Rarement, un roman aura été aussi bien adapté en film. Je ne parle bien sûr que de la version Barma.

 

LE-ROI-DE-FER.jpgvlcsnap-2014-08-17-13h49m50s98.png

 


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Jacques MICHEL 18/08/2014 00:14


Je confirme, la version de Claude Barma est comme tu dis Patrick insurpassable. Celle de Josée Dayan est par comparaison médiocre et je considère que je suis gentil en disant cela........Lorsque
une adaptation tv d'un roman a obtenu un immense succès, il est très risqué de faire une nouvelle version, car à de rares exceptions près, cette nouvelle version est moins bonne. C'est ce qui
s'est passé.