Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Lundi 27 Janvier 1964

18 Décembre 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL POSTHUME IMAGINAIRE

Malgré sa légitime, malgré sa maîtresse, j'ai cédé aux avances de Paul. Je crois que nous étions un peu ivres tous les deux.

 

Cela s'est passé dans la griserie qui suivait la deuxième représentation de "Gigi" au théâtre du Capitole.

 

Je suis abonnée aux hommes mariés et aux amours sans lendemains.

 

Je crois que j'ai fait une bêtise car je ne suis pas amoureuse, lui non plus d'ailleurs, et nous allons nous voir pendant plus d'un an puisque l'on reprend "Gigi" en 1965.

 

Le succès m'a semblé pourtant moindre qu'à Biarritz. J'ai joué de la même façon mais il n'y avait plus la magie de la première fois, et le public semblait moins réceptif.

 

Paul m'a dit qu'il venait de tourner deux films en Inde, "Kali Yug". 

 

Je me suis souvenu avoir vu Paul dans un film historique d'Abel Gance plutôt raté, "La Tour de Nesle", qui doit bien dater de dix ans, et a fait l'objet d'une projection au cinéma de mon quartier.

 

Paul y jouait Gautier, l'amant d'une reine, Marguerite...de Bourgogne je crois, je n'en suis plus sûr. A la fin, elle le fait assassiner et devient folle en découvrant que c'était son fils.

 

Je n'ai pas aimé le film qui est plutôt outrancier et pas vraiment digne d'Abel Gance. Il y avait aussi beaucoup de nudité dedans. Mais les actrices y étaient vulgaires, surtout celle qui joue la reine, une italienne dont j'ai oublié le nom.

 

Au petit matin, Paul a filé de ma chambre en douceur. Il s'est évanoui comme un nuage.

 

Bel Gazou me chasserait si elle savait. J'ai aussi réalisé (bien que je sois heureuse de faire mes premiers pas de comédienne) que je suis moins bien payée que lorsque je pose pour Catherine Harlé.

 

Ce n'est pas sur les planches que je trouverai de quoi payer mon loyer ni mettre de l'argent de côté. Et en posant pour "Marie Claire" et "Elle", j'arrive déjà à peine à joindre les deux bouts.

 

Demain soir, mardi, nous ferons la troisième au théâtre municipal de Perpignan. Dire que si la pièce s'était limitée à cinq, ce serait presque déjà fini.

 

Sur scène, je deviens une autre. Je ne savais pas que j'avais tout ça en moi. Je suis née pour la comédie, d'ailleurs ne l'ais-je pas toujours joué dans la vie, me montrant moqueuse et rieuse alors que je suis une éternelle angoissée ?

 

Alice me parle de son amertume de ne pas continuer avec moi à Paris, après les trente dates en province.

 

Je crois aussi qu'elle a compris que dans le film de Vadim, elle n'aura qu'un petit rôle, en aucun cas comparable à tante Alicia.

 

Je n'ai pu visiter Toulouse, le travail, toujours le travail, j'apprends mon métier et je répète.

 

Je pense qu'avant de reprendre "Gigi" l'an prochain, je vais tourner soit pour la télé soit pour le cinéma.

 

J'ai davantage confiance en moi.

 

Muriel Baptiste

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article