Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Mardi 14 Novembre 1972

14 Novembre 2011 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972

Deux bons programmes ce soir là, sur la Une un concert d'Alan Stivell, face à un des meilleurs films d'Hitchcock sur la 2 "La loi du silence".

 

Presqu'un mois avant le début de la diffusion des "Rois maudits" maintenant, en dépit du problème du montage inachevé pour cause de grèves.

 

Muriel devait attendre avec impatience l'écho de sa prestation en Marguerite de Bourgogne.

 

Annie Sinigalia m'a confié que Muriel était dans la vie comme on la voit dans "Les Rois maudits". Marguerite dans sa prison est une femme dépressive. Sans doute faisait-elle aussi allusion à sa tirade du premier volet "Et moi j'ai eu le printemps".

 

Annie me parlait de ses rires trop forts qui cachaient une détresse, et si l'on recoupe avec d'autres témoignages, une tendance à l'alcoolisme. Muriel était mal dans sa peau. Un caractère dont les sources se trouvent dans son enfance, avec le divorce de ses parents, le père qui n'est peut être pas son père (Les parents divorcent en 1951, et en 1971 Muriel déclare à Jacques Serre et sa femme avoir des origines kabyles). Possédant l'arbre généalogique jusqu'aux grands parents, la chose est impossible sauf si le père de Muriel n'est pas Roger Baptiste.

 

En novembre 1972, cela va bientôt faire un an que le père de Muriel est mort, à seulement 56 ans. Mais jamais Muriel ne parlait de ses parents avec Annie Sinigalia, mentionnant seulement des problèmes avec son frère qui connaîtra un destin tragique.

 

Enfin, pour répondre à un admirateur de Raymond Souplex qui pense que ce dernier est mort d'une crise cardiaque, j'ai vérifié et il est bien décédé d'un cancer, des poumons très exactement, on peut en savoir plus sur Wikipédia.

 

Je serai plus gai demain en parlant du mercredi 15.

 

muriel-photo-feuilletons.jpg

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article