Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Mardi 28 Août 1973

18 Avril 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1973

Le mois d'août touche à sa fin bientôt, et avec lui les vacances.

Je ne rate rien à la télé (La Une, "Bienvenue à la danse"), la 2 "La charge de la brigade légère", bon sur la 3, il y a "Hawaii police d'état" et l'épisode "Le grand Kahuna", mais il sera multi-diffusé et même édité en DVD par la suite.

Muriel reste le grand souvenir marquant de cette époque. Je porte alors la chevalière de Montligeon avec M gravé maladroitement à l'intérieur, et pour rien au monde je ne me séparerai de cette bague.

Il fait beau et très vert sur la Normandie, et le bonheur c'est sans doute cela, oui, le bonheur à l'état pur. J'ignore alors l'âge de Muriel (alors qu'aujourd'hui je sais tout d'elle), je ne lui donne pas un âge mais certainement pas trente ans, je la trouve bien plus jeune.

Les sorties cumulées ces jours-ci de nouveaux albums inédits de deux chanteurs des années 60 pour l'un et 70 pour l'autre, Herbert Léonard et François Valéry, m'ont donné une grande bouffée de nostalgie. François Valéry ne chantera qu'un an plus tard, mais en 73, j'ai écouté à n'en plus finir "Sous le ciel de feu", le 45t d'Herbert Léonard tiré de la série "Docteur Caraïbes". C'est avec "Tri Martolod" d'Alan Stivell et "Chante" de Fugain l'hymne de ma période d'insouciance qu'était l'année 1973.

Le livre que j'ai écrit, "La vie : quelle gifle!" est l'autre versant de Muriel Baptiste, le ton en est noir et pessimiste comme le fut son existence. En 1973, j'étais dans le rêve, et le livre relate la réalité. Muriel ne le sait pas encore, mais elle va quitter la scène. J'aurais tant aimé que le rêve continue et longtemps. Quelque part, il continue encore car je t'aime toujours Muriel.

vlcsnap-2013-09-17-18h56m11s246

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article