Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Mercredi 17 janvier 1973 : Le retour de Muriel

12 Janvier 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1973

J'ignorais que ce mercredi là allait être inoubliable.

 

Pour commencer, je zappais l'ennuyeux "Voyage au fond des mers" dont l'épisode "La soif du pouvoir" était proposé à 15h10.

 

Surprise à 19h30 sur la 2 : un nouveau feuilleton avec Louis Velle. Après "La demoiselle d'Avignon", "Le 16 à Kerbriant" et "L'homme qui revient de loin", il revenait dans "Docteur Caraïbes", tourné en 1968 mais inédit. Une sorte de "Hawaii police d'état" du pauvre. L'histoire est tournée aux Antilles. Marc Saint-Jacques, surnommé "Docteur Caraïbes", est un médecin détective. Dans la distribution, on retrouve la vedette des "Oiseaux" d'Alfred Hitchcock. Il y a aussi Suzanna Leigh, vue dans "Amicalement vôtre", Jess Hahn, Georges Aminel et Jean Négroni. La structure ressemble au feuilleton "Les chevaliers du ciel" avec un grand méchant, Denniger, joué par Paul Massey, qui trouvera la mort dans le dernier épisode.

 

A l'origine, il ne s'agit pas d'une série mais de quatre long-métrages de cinéma découpé en trois parties.

 

Arrive l'heure des "Rois maudits" avec l'avant-dernier épisode, "La louve de France". Muriel n'est pas annoncée dans la distribution. L'épisode nous permet de retrouver le père de Sébastien, Pierre Maréchal dans "Sébastien parmi les hommes", à savoir le comédien Claude Giraud. C'est l'épisode de Geneviève Casile, Isabelle d'Angleterre.

 

Et au cours de l'épisode, nous assistons à une scène flash-back. Nous sommes en 1324, et nous revenons dix ans en arrière, et nous revoilà à Maubuisson, lorsque Marguerite pousse son cri : "Et moi j'ai eu le printemps..."

 

Muriel devant mes yeux ébahis envahit l'écran. Muriel innatendue surgit à l'image. Elle a le crâne rasé de Marguerite de Bourgogne. Mon coeur se met à battre à tout rompre.

 

La surprise est d'autant plus forte que Télé Poche n'a rien annoncé. Je suis au comble du bonheur. Cela fait vingt jours que je ne l'ai pas vu (depuis le 28 décembre).

 

Le flash-back ne dure que quelques secondes, mais c'est une bouffée de bonheur. En ce temps-là, il me semblait que ce bonheur ne se terminerait jamais.

 

Muriel scène du jugement

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article