Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Samedi 15 Février 1964

8 Janvier 2013 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL POSTHUME IMAGINAIRE

Pas de représentation aujourd'hui. Nous prenons un train Besançon-Mulhouse-Strasbourg.

 

Arrivés à Strasbourg, nous descendons à l'hôtel de Maison Rouge.

 

Pas de répétitions. La vingtième représentation de "Gigi" aura lieu demain dimanche à l'Opéra de Strasbourg.

 

Cette journée de repos nous permettra de nous distraire.

 

Nancy m'a envoyé une coupure de presse qui constitue mon premier vrai article qui ne soit pas de "Marie Claire" où je suis modèle.

 

France Soir m'a en effet consacré ce premier article à répercussion nationale. Je réalise que les choses ne seront plus comme avant.

 

On va dire que je ne sais pas ce que je veux, mais me voir en photos m'a gêné. Cela m'a fait une impression désagréable.

 

Heureusement, Renée et Régis sont là pour me réconforter, me dire que c'est normal, que je ne suis pas habituée.

 

Renée m'a acheté une robe. Enfin, elle m'a donné l'argent. Cela a déplu à Régis. Il s'est senti diminué. Il me dit que le salaire d'un éclaragiste n'est pas celui d'une comédienne.

 

Je l'ai trouvé injuste. Notre première dispute. J'ai voulu aller danser, il ne voulait pas venir. J'étais sur le point de suivre Jacqueline Ricard dans un dancing du centre.

 

Mais Régis, j'en suis trop amoureuse pour m'en séparer et aller danser seule une soirée. Le calme est revenu entre nous.

 

Au lieu de sortir, je suis resté avec lui. Nous avons dîné et sommes allés voir encore un film, le deuxième ensemble, "L'homme de Rio" avec la précédente Gigi - Françoise Dorléac et Belmondo. Françoise tenait mon rôle il y a quatre ans au théâtre Antoine.

 

Le moins que l'on puisse dire est que Régis n'aime pas ma robe, qui a causé cette dispute. Je ne l'ai pas gardée longtemps dans notre chambre.

 

NOUS-DEUX-1966

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article