Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Samedi 28 Avril 1973

29 Mars 2012 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1973

Le samedi 28 avril 1973 précédait le pont du 1er mai et j'allais rester plusieurs jours sans télé, même si je ne le regrette pas.

 

Je raterai le dimanche la fin du "Jeune Fabre" et le lundi le 4e épisode du "Loup des mers": "Une femme à bord", épisode dans lequel jouait une actrice brune rappelant Annunciata, Béatrice Cardon, dans le rôle de Maud Brewster. Mais elle meurt à la fin de l'épisode de sorte que je ne l'ai vu que dans le résumé du 5e épisode et dans "Télé Poche".

 

Ce samedi, veille d'un départ de plusieurs jours vers un Toulon ensoleillé, je ne pensais bien entendu qu'à Muriel. Avec une certaine indifférence, je regardais le 8e épisode de "Chapeau melon et bottes de cuir" (Etrange hôtel), le 12e épisode de "La porteuse de pain", et surtout  le 24e épisode du "Temps de vivre, le temps d'aimer".

 

Le samedi soir, ce ne sont pas les Carpentier mais Line Renaud qui faisait un show, entourée de peluches animées : "Line direct", suivi du quatrième épisode de "Amicalement vôtre: "L'héritage Ozerov", programmé mais non diffusé le samedi 9 décembre 1972.

 

Pendant les années 70, les voyages vers la Méditérrannée étaient fréquents : Toulon, Saint Mandrier, Mandelieu. Nous y avions de la famille.

 

Beaucoup de souvenirs sont ainsi liés à Muriel, même si en dehors de sa passion pour la Camargue, où elle fuga durant le tournage de "La Princesse du rail", j'ignore si elle appréciait la côte d'azur et les Bouches du Rhône. En 1967, elle répéta "Le corso des tireurs" dans une villla, "Le Brimborion", perdue dans les pins de Saint-Jean Cap Ferrat. Cette ville qui inspira à Jean Tennenbaum de choisir le patronyme de "Ferrat" pour faire carrière. On trouve davantage sa trace dans de grandes villes, Paris où elle vécut et mourut, et Lyon où elle nacquit.

 

J'ai retrouvé le calendrier de 1973 et le lundi 30 avril n'était pas férié. Je pense que tant mon collège que l'entreprise où travaillait ma mère faisaient le pont.

 

Dans un article de 1977 d'un quotidien national, lors de la rediffusion de "Zoé" en 1977 que j'ai hélas perdu, il était dit que Muriel répétait la pièce qu'elle ne donna jamais en octobre 1977 dans le midi.

 

Il est certain que le midi, le soleil, la mer, la chaleur, le beau temps, s'accordaient bien avec mes états d'âmes du moment.

 

Il en sera de même pour les forêts normandes de l'Orne où nous partirons en vacances cet été 1973, comme déjà celui de l'année précédente.

 

Muriel n'était pas tous les jours à la télévision, et parfois même à des heures où j'étais au collège ("Déclic et des claques"), mais je pensais à elle sans arrêt.

 

Avec Jean Claudio et Anne Vernon

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article