Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Samedi 28 Octobre 1972

28 Octobre 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972 2e rédaction

Lorsque je vois les programmes de l'époque, notamment le "Jeu à XIII" le samedi après-midi sur la 2, avec ces joueurs en short, et sachant qu'en 1972, il faisait froid en automne, je me dis "quel courage!". Car il y a 42 ans, le réchauffement climatique n'avait pas commencé, et les automnes hivers étaient froids. L'automne était d'ailleurs souvent une saison assez proche de l'hiver question température.

Je n'ai jamais été sportif et les retransmissions de rugby (je ne sais pas d'ailleurs la différence entre le jeu à XIII et le rugby, ce n'est pas expliqué sur la toile) ne m'intéressaient pas. Je préférais les séries.

Mais bon, avec "Les Saintes chéries" à 16h30 (décalé en raison des matches de jeu à XIII ce 28 octobre), nous n'étions pas très gâtés. Surtout qu'après la saison 1, l'ORTF avait décidé de rediffuser aussi la saison 2. "Eve et les grands-parents" n'est que le septième de la saison 2.

Autant dire qu'il fallait attendre le soir pour voir quelque chose d'intéressant, mais je n'ai jamais aimé Guy Bedos. Aussi le "Top à Guy Bedos et Sophie Daumier", avec comme invités Le Luron et Nana Mouskouri a dû me passer au dessus de la tête.

C'est ensuite déjà l'avant-dernier épisode de "La journaliste", le cinquième sur six: "Deux escrocs en vacances". Aucun souvenir, même pas de la musique, alors que je les retiens souvent.

A "Samedi Soir", Bouvard recevait la traqueuse de nazis Beate Klarsfeld, le comique Bernard Haller, et Jean Ferrat.

Je n'avais pas de nouvelles de Muriel, je ne savais même pas qu'elle venait de tourner ce qui serait son dernier feuilleton, "Le premier juré". Elle commençait à sérieusement me manquer (depuis août).

La voici jouant son propre rôle dans "Les chevaliers du ciel". Je rappelle que dans cette série, elle devait s'appelait Colette, mais que devant les caméras de François Villiers, elle répond à Ernest Laverdure, qui lui demande son prénom : "Muriel". Télé Poche avait conservé le nom de Colette, mais ce n'est pas celui qu'elle prononce. Attention, la saison 1 des chevaliers était en noir et blanc et a été colorisée (comme "Zorro") : donc rien ne dit que ce sont les vrais couleurs (vêtements, cheveux, etc). Magie du cinéma : Muriel qui n'a jamais eu "dans la vraie vie" son permis de conduire, est volant d'une voiture de sport.

vlcsnap-2011-08-21-17h05m58s215.png

 


Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jacques MICHEL 29/10/2014 10:55


J'ajoute ceci. Deux mois plus tard, en décembre 1972, a eu lieu un match de rugby à XV entre la France et la Roumanie, non pas à Bucarest comme habituellement mais à Constantza, un port sur la
mer Noire. Il faisait tellement froid que j'ai vu une chose que je n'ai plus revue après. Pour jouer, les deux équipes avaient gardé leur pantalon de survètement. C'est dire !

Jacques MICHEL 29/10/2014 00:21


Bien que comme tu le dis toi-même, tu n'est pas très sportif et que les retransmissions ne t'intéressent guère, je vais quand même t'expliquer en quelques mots, la différence entre les deux
rugbys, le XV et le XIII. Je connais assez bien le sujet, étant donné que j'habite Carcassonne, qui est une des places fortes du rugby à XIII en France.


Tout d'abord, il y a deux joueurs en moins, les deux avants aile, ce qui donne plus de fluidité au jeu. Ensuite, les règles sont différentes. Par exemple, à XIII il n'y a pas de touche. Lorsqu'un
joueur tape en touche, l'arbitre ordonne une mélée avec introduction à l'équipe adverse. Mais la grande différence, la règle treiziste fondamentale, c'est le tenu. En rugby à XV, lorsqu'un joueur
en possession de la balle est plaqué par un joueur adverse, il doit obligatoirement lâcher la balle pour laisser se poursuivre le jeu. S'il ne le fait pas, c'est ce que l'on nomme un tenu au sol,
une faute que l'arbitre sanctionne par une pénalité accordée à l'équipe adverse. A XIII au contraire, le tenu est autorisé. Lorsqu'un joueur est plaqué par un joueur adverse, il doit non pas
lâcher la balle mais la conserver et la passer, en talonnant avec le pied à un coéquipier placé derrière lui. Voila, résumé en quelques phrases la différence entre les dux rugbys.