Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Vendredi 14 Février 1964

7 Janvier 2013 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL POSTHUME IMAGINAIRE

Après avoir pris la micheline sur la ligne Dijon-Belfort, nous voilà à Besançon pour la dix-neuvième représentation.

 

Nous descendons à l'hôtel Le Sauvage dans le centre ville, où nous déposons nos bagages. Puis c'est la course vers le théâtre.

 

Le théâtre musical de Besançon a brûlé il y a six ans. Il n'a pas été reconstruit. La salle des fêtes le remplace et peut accueillir 220 spectateurs.

 

Il neige et le froid s'est emparé de la ville. Cela ne nous donne pas envie de courir les rues. Les répétitions ont lieu de 15h à 17h.

 

Ma liaison avec Régis étant désormais officielle, nous n'avons plus à nous cacher. Une chambre nous est réservée au Sauvage.

 

J'ai profité de la liberté que ne me donnait pas le froid pour étudier mon contrat pour "La Famille Anodin" qui devrait prendre un autre titre. Ce ne sera pas Jean Nocher, qui me propose de signer, qui sera le metteur en scène, mais Roger Pradines.

 

Je suis intimidée car dans mes partenaires, il y aura Mary Marquet. J'aurais bien besoin de mon expérience de "Gigi".

 

Renée me parle de "Déclic et des claques" dans lequel nous jouerons ensemble. Elle croit savoir qu'Annie Girardot sera la vedette du film.

 

Nous avons eu beaucoup de succès et quatre rappels à la salle des fêtes.  De retour à l'hôtel, après une truite au vin jaune, on nous a servi une poularde aux morilles, arrosée de Crémant du Jura.

 

Puis Régis m'a fait longuement l'amour.

 

 

Muriel BaptisteBESANCON.jpg

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article