Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Vendredi 1er Décembre 1972

1 Décembre 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #JOURNAL 1972 2e rédaction

Sixième et meilleur épisode que j'ai vu de "Match contre la vie" : "Les tyrans". Au USA, c'est l'un des derniers, le 77e, "One bad turn".

Paul Bryan, de passage dans une petite ville du Middlewest, assiste au passage à tabac de deux jeunes gens et intervient. Mal lui en prend, il est arrêté par un shérif tyrannique, Potter (Warren Oates) qui l'accuse au départ d'avoir brûlé un feu rouge, puis accumule à son encontre de faux témoignages visant à le faire condamner à une peine de quinze ans de prison. Alors que Paul a tout au plus deux ans à vivre.

Paul appelle à l'aide Molly, sa belle-soeur (enfin la soeur de sa fiancée Kate). Elle réussira non seulement à le sauver, mais à faire enlever le shérif qui se retrouvera confronté dans un autre état à la justice. Paul termine l'épisode en disant qu'avec les tyrans, il ne faut avoir aucune pitié.

L'épisode est réalisé par Ben Gazzara en personne. Molly réapparaît dans plusieurs épisodes comme "Amnésie", "Le crime d'Alex", "Le carnaval finit à minuit".

Quand on voit "Amnésie", on comprend que "Vivez dangereusement" ne peut être un vrai épisode de la série car deux fois, Paul apprend...pour la première fois sa maladie incurable, et dans "Amnésie", il a une fiancée, Kate, dont il décide de se séparer. Le médecin qui découvre que Paul est malade n'est pas le même entre "Vivez dangereusement" et "Amnésie".

Puis c'est le quatrième épisode de "Poigne de fer et séduction"  ("Vengeance") et le dixième de "Sam Cade": "Le fils préféré".

 

Ci-dessous, Ben Gazzara dans l'épisode "Les tyrans".

LES-TYRANS.jpg

 



Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Jacques MICHEL 01/12/2014 20:36


A l'époque de la première diffusion, (1969) de ce feuilleton, on ne dit pas de quelle maladie Paul Bryan est atteint. On peut évidemment penser à un cancer, mais ça n'est qu'une hypothèse.