Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Articles récents

Samedi 30 mars 1974

27 Mars 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Il y a 45 ans, c’était le printemps de la fin de carrière de Muriel Baptiste. Cette année, le printemps est illuminé par la belle chanteuse italienne Emma que j’ai vue en concert le 26 février. Il y a quelque chose de Muriel Baptiste en Emma.

Revenons en 1974.

L’anecdote du jour : Muriel était appelée « la petite » par Henri Spade, réalisateur de « La princesse du rail ».

Mireille Mathieu est en couverture de Télé Poche.

En photo couleurs page 2, l’actrice indienne Shai Holsaert, héroïne féminine de « Le soleil se lève à l’est » avec François Dunoyer et Julian Matéos.

« Les indiscrétions d’Aglaé » parlent d’Yves-Marie Maurin, René Lucot et Pierre Vaneck.

A « Miditrente », Marcel Merkès et Paulette Merval reçoivent Charles Aznavour.

Sur la 2, quatrième épisode de « Daktari » à 15h15, « Le retour de Clarence ».

Dans « La Une est à vous », il faut choisir entre « Chaparral » et « Hondo », « L’aventurier » ou « La nouvelle équipe », « Zorro » ou « Le roi des celtes », « Mission Impossible » ou « Les mystères de l’ouest ».

Le soir, après un « Top à Mireille Mathieu », c’est le sixième épisode de « Aux frontières du possible » : « Les créateurs du visible ». Absente durant trois épisodes, Elga Andersen est de retour aux côtés de Pierre Vaneck.

Sur le site de l’INA, je vois que Philippe Bouvard a convié à « Samedi soir » Philippe Clay, Miou Miou, Peter Ustinov, Guy Bertil et Henri Tisot. Philippe Clay chante « Les filles qui naissent dans les roses », Peter Ustinov mime un rôle d’opéra, Henri Tisot parle de son rôle d’Hitler dans le nanar « Le plumard en folie ».

Emma

Samedi 30 mars 1974
Lire la suite

Vendredi 29 mars 1974

24 Mars 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : Muriel aimait se promener dans le parc des Buttes-Chaumont.

A « Miditrente », Serge Fouchet est l’invité du jour de Marcel Merkès et Paulette Merval.

A 15h15, troisième épisode de « Daktari », « Judy en péril ». Je viens de le revoir en DVD.

Le soir sur la première chaîne, le quatrième épisode de « Suspense » est émouvant à souhait : « Sans issue » (« No place to run ») avec Larry Hagman, qui n’était pas encore JR de « Dallas », mais surtout Stefanie Powers, Herschel Bernardi et Scott Jacoby. L’épisode sera rediffusé par TF1 en 1976 et en 1979. Il est illustré de chansons de Paul Williams.

C’est une histoire déchirante : un grand père malade (Bernardi) veut obtenir la garde de son petit fils orphelin (Jacoby), l’administration s’y oppose. Ils prennent la fuite, c’est en plus passionnant le principe du feuilleton « Mon fils » dont j’ai parlé sur le blog.

L’histoire finit mal : ils sont rattrapés au moment où le grand-père a un malaise cardiaque. Le jeune Doug Malsh (Scott Jacoby) ira dans un orphelinat.

Ce téléfilm, avec en plus deux rediffusions, m’a énormément marqué. Malheureusement, ce genre de téléfilms est aujourd’hui totalement oublié, sort réservé aux téléfilms, qui ne font pas l’objet comme les films de cinéma et les séries télévisées d’éditions en DVD.

Le printemps 1974 se passe dans Muriel Baptiste au petit écran. Quel dommage. Elle devait alors espérer que le téléphone sonne et être appelée pour un rôle.

Vendredi 29 mars 1974
Lire la suite

Jeudi 28 mars 1974

24 Mars 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Muriel devait jouer le rôle de Colette dans « Les chevaliers du ciel » et devant un François Villiers médusait qui la filmait, changea en direct son prénom en « Muriel ». Le réalisateur ne s’en formalisa pas, mais au générique, son nom est Colette et elle dit à Laverdure/Christian Marin se prénommer Muriel.

A « Miditrente », l’invité de Merkès-Merval est Alain Valmer.

Comme les vacances scolaires se prolongent, la 2 enchaîne avec un 2e épisode de « Daktari » : « La dernière chasse du Daktari ». Le hasard fait que j’ai regardé en DVD cet épisode le 22 mars, puisque la saison 2 vient enfin de sortir en coffret DVD.

Guy Lux à « Domino » donne un coup de chapeau à Julien Clerc, puis c’est le 3e épisode de l’excellent feuilleton « Le soleil se lève à l’est ». Il n’y aurait pas eu de rôles pour Muriel Baptiste dedans, car les personnages principaux féminins sont des hindoues. La série relate la fuite en Inde du général Allard (François Dunoyer), bonapartiste, où il finira par s’installer. Dans le dernier épisode, je me souviens qu’il dit « Vive l’empereur, même si cela ne veut plus dire grand-chose ». En fait, il devient, du fait de sa sympathie pour Napoléon 1er en disgrâce, persona non grata en France. Lorsqu’il voudra revenir dans son pays avec son épouse indienne, il aura tout juste le temps de décamper et de retourner en Inde.

Le grand public est passé à côté de ce beau feuilleton qui avait pourtant coûté fort cher à l’ORTF, tout y est tourné en décors naturels. François Dunoyer sera d’Artagnan au théâtre, un petit truand dans le dernier film policier de Belmondo « Le solitaire » en 1987, et surtout Arsène Lupin à partir de 1989. Mais il n’est jamais devenu une vedette. Plus connu que Muriel, il ne s’est malgré tout jamais fait un nom. Aujourd’hui, il fait du doublage. Il exerce aussi la profession de directeur artistique. Il vit je pense très bien de son métier mais est passé à côté de la gloire.

Jeudi 28 mars 1974
Lire la suite

Mercredi 27 mars 1974

23 Mars 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : Muriel aimait bien faire marcher les gens gentiment en racontant des choses fantasques, avant de rétablir la vérité aussitôt.

Sheila est l’invitée du jour de « Miditrente ».

Alors que 12 épisodes sur 13 ont été diffusés, la 2e chaîne change de série et remplace « Les bannis », on se demande bien pourquoi elle nous prive d’un épisode. A la place, commence une série de 13 épisodes de « Daktari », la deuxième tranche de 13 épisodes diffusée au printemps 1971. L’épisode du jour est « Clarence roi ».

Heureusement qu’il y a « Daktari », sur la Une, les émissions pour les enfants sont toujours aussi indigentes.

Par contre, le soir, c’est la Bérézina : première chaîne : émission politique « Les trois vérités », deuxième un western, « La route de l’ouest » avec Kirk Douglas et Robert Mitchum, nous sommes sauvés, enfin à 19h40, par la trois, avec le quatrième et meilleur épisode de la série « Cannon », « L’excès en tout est un défaut », dans lequel Clu Culager qui était un shérif dans la série « Le Virginien », joue le diabolique Burdick. Cet épisode est celui qui m’a le plus marqué de toute la série « Cannon » avec le pilote.

Par contre, ensuite, la 3e chaîne propose « Les grandes batailles du passé ».

Mercredi 27 mars 1974
Lire la suite

Mardi 26 mars 1974

23 Mars 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : Muriel a passé son enfance dans des pensionnats en France et en Angleterre.

Chez Danièle Gilbert, Merkès-Merval reçoivent le chanteur italien Gianni Nazzaro, assez connu dans les années 70 en France, mais dont la gloire a vite baissé dès les années 80.

Il devait y avoir beaucoup de communistes à l’ORTF pour nous imposer « Capitaine Korda », film tchèque à 15h15 sur la 2.

Cela dit, rien d’intéressant dans les émissions pour les enfants, pas de « Skippy le kangourou », « Zorro », « Tarzan », « L’autobus à impériale ».

« La folie des bêtes » est regardable sans être passionnant.

Aux « dossiers de l’écran », un film avec Louis Jouvet, « Entrée des artistes ». Nous l’avons sans doute regardé, fuyant les soporifiques « Histoires d’animaux » de Frédéric Rossif sur la Une.

Les programmes de la 3 me font vraiment penser à de la télévision élitiste et ennuyeuse, comme Arte à ses débuts (il semble que cela se soit amélioré, mais je n’ai pas été vérifier). En gros, à part les séries américaines, on peut s’en passer, il est bien dommage que deux programmes avec Muriel y ait été diffusés, « Un grand peintre » et « L’affaire Bernardi de Sigoyer ».

Mardi 26 mars 1974
Lire la suite

Lundi 25 mars 1974

22 Mars 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : c’est Renée Saint-Cyr qui a imposé à Henri Spade Muriel Baptiste pour jouer dans « La princesse du rail ».

A « Miditrente », Merkès et Merval reçoivent Guy Frasseto et C.Jérome.

Il semble que c’était les vacances scolaires, d’après ce que je vois dans Télé Poche. Mais rien d’extraordinaire, en tout rien que j’ai regardé.

A 20h15 sur la une débute un nouveau feuilleton, « La folie des bêtes », avec Marc Michel. Je me souviens encore de la musique, pas exceptionnelle, une ritournelle entêtante. On doit pouvoir d’ailleurs la trouver sur Internet.

Je me souviens encore sans l’avoir jamais revu du quatrième épisode de « Schumeister, l’espion de l’empereur » : « Un coup pour rien », avec l’actrice Barbara Sommers. C’est bien simple, c’est le seul dont je me rappelle.

A 21h35, « Le défi » reçoit Paul Preboist et Daniel Ceccaldi.

Une bonne soirée.

Lundi 25 mars 1974
Lire la suite

Dimanche 24 mars 1974

22 Mars 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : Muriel devait jouer une pièce en février 1971, « Dieu aboie t-il ? » de François Boyer : elle s’est fait piquer le rôle au dernier moment par Anne Alvaro.

Le film de la 2 à 14h30 est « Spartacus et les dix gladiateurs » (« Gli invicinbili « ) de Nick Nostro (1964) avec Dan Vadis.

« Sport en fête » met en vedette Jane Birkin.

A 17h10, « L’ami public N°1 » de Pierre Tchernia propose des dessins animés. Je préférais sincèrement « Le Ranch L ».

Je n’ai sans doute pas vu « Alamo », film qui finissait à 23h25.

Rien sur la 3, vraiment pas un dimanche télévisuel à graver dans les mémoires.

De plus, je n’aimais pas le dimanche après-midi, devant retourner au collège le lendemain, l’atmosphère de cette année 1973-74 étant moins bonne que l’année précédente.

A cause de Muriel, mes souvenirs enjolivent tout, mais il y avait déjà des petits voyous au CES des Fourches, et l’année suivante, au lycée, je ne serai plus confronté à ce genre de situations déplaisantes.

Dimanche 24 mars 1974
Lire la suite

Samedi 23 mars 1974

20 Mars 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : Catherine Hubeau m’a dit en mai 2008 n’avoir jamais fréquenté Muriel en dehors des scènes qu’elles ont tournées dans « Les rois maudits ». Elle ne la connaissait pas.

Télé Poche met en couverture le couple Paulette Merval et Marcel Merkès, rois de l’opérette, et en photo couleurs page 2 Nicoletta.

« Les indiscrétions d’Aglaé » parlent de Catherine Hubeau, Jean-Claude Houdinière, Jacques Riberolles, les danseurs de l’émission « Tous en forme », deux pages sur des téléfilms qui montrent des tortures dans le contexte d’histoires historiques : « Jeanne ou la révolte » et « L’attentat de Damiens ».

Pas d’Arsène Lupin sur la 2, le 13e épisode passe à la trappe, en raison du match de rugby Perpignan-Racing.

Je me plonge donc dans « La Une est à vous ». Il faut choisir entre « Au nom de la loi » ou « Hondo », « L’aventurier » ou « La nouvelle équipe », « Zorro » ou « Le roi des celtes », « Flipper le dauphin » ou « Les globe-trotters », et enfin « Mission Impossible » ou « Les mystères de l’ouest ».

Le soir, après un « Top à Nicoletta », c’est le cinquième épisode de « Aux frontières du possible », « Alerte au minotaure ». Je l’ai revu récemment et c’est assez ennuyeux.

J’avais gardé un meilleur souvenir de cette série et la revoir m’a démontré que l’on enjolive parfois le passé.

Pour savoir qui Bouvard a invité à « Samedi soir », comme Télé Poche ne le dit pas, je consulte le site de l’INA. Trois invitées : Lisette Malidor, Christine Arnothy, Brigitte Ariel. J’ai l’impression que l’INA n’a pas conservé l’émission entière mais seulement une partie. De toute façon, qui a envie de revoir cela ?

Samedi 23 mars 1974
Lire la suite

Vendredi 22 mars 1974

20 Mars 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : Muriel était superstitieuse et ne voulait jamais parler des contrats en cours de signature pour ses films.

 

A « Miditrente », Patachou reçoit Serge Gainsbourg et Betty Mars, artiste qui se suicidera en se jetant par une fenêtre le 31 janvier 1989. Elle ne sortira pas du coma et mourra le 20 février, trois semaines après.

Betty Mars avait connu le succès en interprétant la chanson de la France au concours de l’Eurovision 1972 « Comi-comédie ».

A 15h15, sur la deux, 12e épisode d’Arsène Lupin, « Les tableaux de Tornbull ».

Bizarrement, l’ORTF ne rediffusa pas le 13e, « Le sept de cœur », et je dû attendre la troisième diffusion en 1977 pour le revoir.

Le soir à 20h30 sur la Une, troisième épisode de « Suspense », cette-fois c’est un western, « La poursuite », avec deux grandes vedettes , Sammy Davis Jr. et Ernest Borgnine.

Je retrouve sur Internet des épisodes de cette série mais en anglais sans sous titres.

Sans Muriel, le printemps n’a pas la même saveur qu’un an plus tôt.

Vendredi 22 mars 1974
Lire la suite

Jeudi 21 mars 1974

19 Mars 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : Muriel a conservé son collier de gitane de « La princesse du rail ». La production sans doute le lui a donné. Il y avait en fait deux colliers, un en métal, l’autre en bois.

J’ignore qui fut l’invité de la semaine de Patachou, Télé Poche ne le mentionne pas, et ne peux consulter le Télé 7 jours que je n’ai pas gardé.

Comme l’année scolaire précédente, je ne pouvais regarder la série le jeudi après-midi sortant du collège à 17h00. Je rate donc le onzième épisode d’Arsène Lupin, « Les sept anneaux de Cagliostro ».

Guy Lux dans « Domino » donne un coup de chapeau à Michel Fugain et son Big Bazar. Il reçoit aussi Isabelle Aubret et Gigliola Cinquetti qui avait un tube à l’époque, « Dernière histoire, premier amour », ma chanson préférée d’elle, adaptation de « Alle porte del sole », qui fut également un grand succès en Italie.

Quant à Fugain, chaque fois que j’entends « Une belle histoire » et « Chante comme si tu devais mourir demain », je pense immédiatement à Muriel Baptiste. Aux années 1972 et 1973, années de bonheur.

Puis je retrouve les deux héros du « Soleil se lève à l’est », François Dunoyer et Julian Mateos, pour le deuxième épisode du feuilleton. J’ai vraiment aimé ce feuilleton à l’époque, et beaucoup regretté de rater sa rediffusion sur TF1 début 1975 le lundi après-midi.

Jeudi 21 mars 1974
Lire la suite