Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Articles récents

Du 11 au 14 juin 1974

11 Juin 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Mardi 11 juin

 

L’anecdote du jour : Bien que Lyon soit sa ville natale, Muriel Baptiste l’a très vite oubliée et elle ne signifiait rien pour elle. En 2009, j’ai vu sa maison natale et la maternité où elle est née, devenue depuis 1965 une copropriété.

A « Miditrente », Nana Mouskouri reçoit Dalida.

Aux « Dossiers de l’écran », on pouvait voir Richard Widmark dans « Panique dans la rue ». Il me semble bien que l’on a vu ce film, alors que sur la Une, il y avait le chanteur préféré de mes parents, Enrico Macias.

 

Mercredi 12 juin

 

L’anecdote du jour : Muriel a pris des cours chez Roland Furet avant de décrocher le rôle de Gigi.

A « Miditrente », Nana Mouskouri reçoit Sacha Distel alors un peu au creux de la vague. C’était sa dernière année de contrat avec Pathé Marconi, l’année suivante il a rejoint l’équipe de la maison de disques Carrère. Son seul succès de 1974, vite oublié, fut « La vieille dame ». Et il faut bien admettre qu’en 2019, il est complètement oublié à la différence d’autres comme Claude François.

A 15h15 sur la 2, il n’y a pas la série « Les Monroe », en raison d’une retransmission des championnats internationaux de France de tennis en direct du stade Roland Garros.

Plus personne ne parle de Muriel Baptiste. A part moi et mon ami Francis dont les routes vont bientôt définitivement se séparer, puisqu’il va partir à Agen.

Le soir sur la 3 à 19h40 commence une deuxième saison de « Nouvelles de Somerset Maugham ». Je me souviens n’avoir jamais regardé cette série.

Rien le soir à la télé, entre sur la Une « Le grand échiquier », sur la 2 un western qui finit tard, « Rio Conchos », et sur la 3 André Malraux.

 

Jeudi 13 juin

 

L’anecdote du jour : Muriel aimait bien Lino Ventura. Elle n’a jamais tourné avec lui.

A « Miditrente », Nana Mouskouri a invité Pierre Perret.

Je ne rate pas « La brigade des maléfices » car pendant que je suis au collège, c’est la cérémonie d’ouverture de la coupe du monde de football.

Il n’y a plus de feuilleton quotidien sur la 2, « Animaux couleurs », une série de documentaires de Frédéric Rossif.

A « Domino », Guy Lux a organisé un coup de chapeau à Adamo, Nicoletta et Michel Delpech.

Ensuite, c’est le deuxième volet d’une série documentaire « Les dossiers secrets des trésors », nous n’avons pas regardé.

 

Vendredi 14 juin

 

L’anecdote du jour : Nana Mouskouri reçoit le groupe Il était une fois et Yves Duteil.

Pas de « Brigade des maléfices » l’après-midi ni de « Suspense » le soir, en raison de la coupe du monde de football.

Je ne me suis jamais intéressé au football, pas plus qu’à aucun autre sport, et à la télévision, j’aimais les séries, les films et les variétés.

Une semaine de juin s’achève, d’un printemps bien terne. Quand on se souvient de ce que je racontais sur le blog un ou deux ans plus tôt, on ne peut que constater ma déception.

Muriel, à laquelle je présageais une grande carrière après « Les rois maudits » était en train de sombrer dans l’oubli.

Le blog s’en ressent peut-être, mais il n’y a pas grand-chose à dire sur cette fin de carrière de Muriel. J’avais connu un bonheur intense en 72-73, et là tout s’évanouissait.

Du 11 au 14 juin 1974
Lire la suite

Lundi 10 juin 1974

10 Juin 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : Muriel ne s’est jamais remise de son enfance sans parents et en pension.

Nana Mouskouri est l’invitée de Danièle Gilbert et reçoit pour sa première émission Serge Lama alors au sommet.

A 14h30, les oisifs peuvent voir un film de 1949, « L’héroïque Monsieur Boniface ».

La bonne nouvelle du jour, c’est l’apparition d’un nouveau feuilleton hebdomadaire à 20h30, « Deux ans de vacances » qui comporte six épisodes. Il est réalisé par Gilles Grangier d’après un roman de Jules Verne que Claude Desailly a décidé d’adapter très librement, comme il le fit avec celui de Gaston Leroux « L’homme qui revient de loin ».

Les vedettes en sont des acteurs adolescents menés par Marc Di Napoli.

Lundi 10 juin 1974
Lire la suite

Dimanche 9 juin 1974

9 Juin 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : dès le clap de fin, Muriel n’avait pas de relations amicales ou continues avec ses partenaires de tournage. Pour elle, c’était un métier et ses partenaires des collègues de travail qu’elle ne revoyait pas le tournage terminé.

A 14h30 sur la 2, après le documentaire de la semaine précédente, on revient au traditionnel film. Il s’agit de « Tout commença par un baiser » (« It started with a kiss ») de George Marshall (1959) avec Glenn Ford.

Michel Drucker au « Sport en fête » a invité le réalisateur René Luçot.

Il devait faire beau et nous avons dû aller nous promener l’après-midi.

Je me souviens du film du dimanche soir, « Sur un arbre perché » avec Louis de Funès, ce fut la seule fois que je l’ai vu, et n’ai pas du tout aimé.

Dimanche 9 juin 1974
Lire la suite

Samedi 8 juin 1974

8 Juin 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : Muriel n’allait pas vers les autres, elle était assez réservée quand on ne la connaissait pas bien qu’elle soit comédienne.

Michel Drucker est en couverture de Télé Poche et en photo couleurs page 2 Anny Duperey à l’occasion de la rediffusion de l’épisode de « La brigade des maléfices : Voir Vénus et mourir ».

« Les indiscrétions d’Aglaé » parlent de Merete Degenkolw pour le feuilleton « Une suédoise à Paris » en tournage, et dont ce sera le seul rôle. On parle aussi de Tony Curtis, Mort Shuman, Jean-Pierre Darras.

A « Miditrente », Jean Nohain reçoit Annie Cordy et Jacqueline Huet.

A 15h15, sur la 2, deuxième épisode de « La brigade des maléfices » : « Les disparus de Rambouillet ». Télé Poche annonce le tournage d’une deuxième série dont cinq épisodes sont déjà prêts. Comme je l’ai dit, l’éclatement de l’ORTF mettra fin à ce projet.

Dans « La Une est à vous », le programme ne change guère : on peut choisir entre « Opération vol » ou « Les Mystères de l’ouest », « Vidocq » ou « Les évasions célèbres », « Zorro » ou « Le roi des celtes », « Flipper le dauphin » ou « Les globe-trotters », « Au nom de la loi » ou « Chaparral », « Mannix » ou « La nouvelle équipe ».

Les Carpentier ont eu la curieuse idée de faire un « Top à l’Eurovision », dont les invités vedettes sont Gilbert Bécaud, Mireille Mathieu et Sylvie Vartan.

A 21h40, c’est le neuvième épisode de « Kung Fu », « Superstition ».

Philippe Bouvard reçoit Georges Géret, Jérôme Savary, Jean Ferniot, Claude Terrail, le rugbyman Hubert Jarsyk, le parachutiste René Dronier, le docteur Gérard Swang chirurgien et sexologue.

Samedi 8 juin 1974
Lire la suite

Vendredi 7 juin 1974

7 Juin 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : En mai 1968, l’auteur François Boyer écrivait une pièce pour Muriel (source Télé 7 jours) : il ne donna jamais suite et Muriel crut sa carrière terminée.

A « Miditrente », Jean Nohain reçoit Mick Micheyl et Jean Sablon.

A 15h15, sur la 2, en remplacement de « Amicalement vôtre », je pensais revoir une série déjà diffusée en 1971, « La brigade des maléfices ». Le premier épisode s’intitule « La septième chaîne ». Pour des raisons inconnues, l’épisode fut déprogrammé et sera diffusé le jeudi 11 juillet.

A l’époque, l’ORTF envisageait de mettre en chantier une seconde saison de la série, mais l’éclatement de l’office en fin d’année mit un point final à ce projet.

A 20h30, 13e épisode de la collection « Suspense » : « Les lettres », avec Ida Lupino. J’ai pu retrouver cet épisode sur Internet, en anglais mais sans sous-titres.

Vendredi 7 juin 1974
Lire la suite

Jeudi 6 juin 1974

6 Juin 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : A partir de 1974, lorsqu’elle ne trouvait plus de rôles, Muriel n’a jamais su qu’elle avait été mise à l’écart, blacklistée par le métier.

A « Miditrente », Jean Nohain reçoit Joss Baselli.

A 15h15, je ne peux pas voir en étant au collège le 21e et dernier épisode de « Amicalement vôtre » : « Quelqu’un dans mon genre ». Je pense alors que je ne reverrai pas la série. Par chance, dès septembre, elle sera proposée en troisième diffusion dans « La Une est à vous ». En fait, seuls 14 sur les 21 seront diffusés dans « La Une est à vous » de septembre à décembre 1974.

Le soir, à « Domino », Guy Lux donne un triple coup de chapeau : Gérard Lenorman, Ringo et les compagnons de la chanson.

Ce mois de juin est désespérant sans Muriel. Un an a passé, et bien des espoirs de la revoir régulièrement se sont évanouis.

Jeudi 6 juin 1974
Lire la suite

Mercredi 5 juin 1974

3 Juin 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : Muriel ne s’est lié d’amitié qu’avec une seule artiste au cours de sa carrière : Annie Sinigalia.

A « Miditrente », Jean Nohain reçoit Patachou et Yvette Horner.

Sur la 2, à 15h15 commence la rediffusion de la première série des « Monroe » que je n’avais pas vue, car elle avait été programmée sur la 2e chaîne à partir du 18 juillet 1970. Or, je n’ai eu un poste pouvant capter la 2e chaîne qu’en janvier 1970. Le premier épisode s’appelle « Les intrus ». C’est à la fois une série western et familiale, relatant l’histoire de cinq orphelins. De la distribution, une seule comédienne est devenue une grande vedette, Barbara Hershey.

Le 3 avril, en raison de la mort de Pompidou, « Cannon » avait été déprogrammé. Le cinquième épisode « Le magicien » est donc diffusé ce 5 juin, reporté en fin de série après le treizième, « Le testament de la mort ».

Cette-fois, c’est vraiment le dernier épisode, Télé Poche annonce pour la semaine suivante « Nouvelles de Somerset Maugham ».

Le soir, rien d’intéressant, « Les trois vérités », « La charge de la 8e brigade » et « André Malraux : Les métamorphoses du regard ».

Mercredi 5 juin 1974
Lire la suite

Mardi 4 juin 1974

2 Juin 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : Je n’ai pas reconnu Muriel sur une photo de classe à l’âge de neuf ans.

A « Miditrente », Jean Nohain, vedette de la semaine, reçoit Line Renaud et Aimable.

Retour au collège où j’ai dû parler de ma cousine Patricia à Francis. En fait, tant d’années ont passé que je ne m’en souviens pas. J’ai dû lui dire que j’avais raté « L’homme de Vienne ».

Il n’y avait rien à la télé : « La piste aux étoiles », « Le trésor de la Sierra Madre » aux « Dossiers de l’écran », et sur la 3 « Je m’appelle comment ? » avec Rosy Varte.

Mardi 4 juin 1974
Lire la suite

Lundi 3 juin 1974

2 Juin 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : Henri Spade m’a déclaré en janvier 2006 que Muriel Baptiste a compter de 1974 était devenue « tricarde » dans le métier et que plus aucun metteur en scène ne voulait l’employer.

Troisième et dernier jour avec Patricia (voir l’autre photo que je possède d’elle, j’en ai seulement trois).

Je ne me souviens pas à quelle heure la famille (Patricia surtout) est partie.

Pendant de longues années, j’ai pensé à elle à cette belle occasion manquée (peut-être) d’avoir mon premier flirt voire plus.

Je ne pense pas que nous ayons regardé la télévision ce jour-là, à part peut être sur la 21h35 « Le défi » dont l’invité était Patrick Topaloff.

C’était enfin le dernier épisode de « La maison des bois », particulièrement soporifique.

Lundi 3 juin 1974
Lire la suite

Dimanche 2 juin 1974

1 Juin 2019 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

L’anecdote du jour : Muriel voulait devenir journaliste mais n’a pu faire l’école de journalisme.

Je pense que nous avons fêté l’anniversaire de Patricia ce dimanche (voir photo). De gauche à droite : Ma mère, moi, Patricia cheveux longs soufflant la bougie du gâteau, Gilberte, ma grand-mère, Maurice V., Micheline V., Alice R. sœur de ma grand-mère. J’ai une deuxième photo où je suis à la hauteur de Patricia que je mettrai demain.

La première chaîne avait le son en panne. Ce problème datait de début 1974, un soir où en regardant « Banacek » que j’ai évoqué sur le blog, un orage avait éclaté. Il avait touché l’antenne, et souvent le son de la première chaîne était défaillant.

Nous n’avons pas regardé le documentaire « La grande barrière de corail » de Pierre Levie (1967) à 14h25 sur la 2, qui remplaçait le traditionnel film de la 2.

Or, à 17h15, il y avait le quatrième épisode de « L’homme de Vienne » sur la première chaîne, « Double jeu ». La télévision étant en panne, Alice R., ma tante, qui louait un appartement au centre ville nous donna la clé à Patricia et moi pour aller le regarder.

J’ai alors fait la plus grande bêtise de ma vie, enfin, je ne le saurais jamais. Nous étions seuls, Patricia et moi, et avions un appartement à notre disposition, et la liberté.

Nous nous rendîmes en ville et Patricia me parla de « mes petites chéries ». Elle ignorait que j’étais puceau. J’étais troublé, et finalement nous sommes allés nous promener en passant devant l’appartement de la tante, sans regarder « L’homme de Vienne ». Je verrai l’épisode « Double jeu » un an plus tard dans « Samedi est à vous ».

Patricia sans lui manquer de respect était une jeune fille dans toute sa splendeur, et je ne saurai jamais, si je m’étais montré entreprenant, si elle m’aurait dit oui ou non. Je ne l’ai jamais revue et j’ai su qu’un an plus tard, elle était mariée à un rugbyman.

Cette Pentecôte 1974 restera mémorable : peut-être une grande occasion manquée, et qui ne fut pas près de se représenter avec une autre fille car j’étais timide.

C’est bien joli d’être amoureux fou de Muriel Baptiste, mais si c’était à refaire, je crois que j’aurais dans la mesure des limites de ma timidité fait comprendre à Patricia qu’elle ne m’était pas indifférente.

Cela restera l’un des plus grands regrets de ma vie.

Je ne me souviens pas si le soir, la famille regarda le film du dimanche soir, « La Comtesse de Hong-Kong » de Charlie Chaplin avec Marlon Brando et Sophia Loren.

 

Dimanche 2 juin 1974
Lire la suite