Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Articles avec #hors sujet tag

VALERIE

14 Août 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #HORS SUJET

A partir du 26 juin 1974, chaque soir sur la 2e chaîne ORTF, je regardais un feuilleton sentimental genre "Les dernières volontés de Richard Lagrange" : "Valérie", avec une débutante, Sylvie Milhaud (peu connue car elle n'a ensuite fait que du théâtre).

Ce feuilleton était passionnant, mais comportait 40 épisodes. On y retrouvait Guy Chapelier (la voix française aujourd'hui de l'acteur Scott Bakula), Gisèle Casadessus, Gabriel Cattand, Bérangère Dautun, Georges Staquet (celui qui en valet de Robert d'Artois Lormet étrangle Muriel enfin Marguerite de Bourgogne dans "Les Rois maudits").

Mais le 23 juillet, nous sommes partis en vacances à Bagnoles de l'Orne (le mercredi 24, je ratai ainsi Muriel Baptiste dans "Un curé de choc") et donc je pensais ne jamais voir la fin, d'autant plus que malgré un grand succès et le fait qu'il soit tourné en couleurs, ce feuilleton n'a pas été rediffusé.

J'ai fait l'étrange expérience, 43 ans plus tard, de voir la fin, en fait ayant un peu oublié les premiers épisodes, j'ai regardé les 40 épisodes sur le site de l'INA.

Après un début foudroyant, une intrigue passionnante, qui correspondait à ce que j'avais vu, les scénaristes ont visiblement manqué d'imagination. Au bout de 20 épisodes, ils ne savent plus quoi inventer, et la fin, que je n'avais donc jamais vue, se révèle décevante.

Je n'aurais jamais cru, tant de temps après, voir la fin de ce feuilleton typique de l'époque de Muriel.

 

Lire la suite

Ma jeunesse s'en va

23 Mai 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #HORS SUJET

Je ne pensais pas avoir un jour de la peine pour un autre artiste que Muriel, mais Roger Moore a toujours été mon idole, en ce moment je lis l'intégrale du "Saint" (78 volumes) depuis plusieurs mois. James Bond, Lord Brett Sinclair et Simon Templar s'en vont d'un coup. Un jour où le terrorisme frappe le pays de Roger. Je suis très triste.

Ma jeunesse s'en va
Lire la suite

Sentiment de plénitude

21 Novembre 2016 , Rédigé par patricks Publié dans #HORS SUJET

21 novembre

Hier s’est produite une chose extraordinaire difficile à expliquer, dont j’ai peut-être déjà parlé sur ce journal ou sur celui de journal 2015.

J’ai ressenti soudain, dans l’après midi, une bouffée de chaleur et de bonheur, de sérénité, m’envahir tout le corps.

La première fois, c’était en 2007, lors d’un examen chez un ophtalmologiste. J’avais de l’appréhension et tout d’un coup, cette force positive s’est emparée de moi. Ma mère qui m’accompagnait ne m’a pas reconnue. Puis, le vendredi 27 juin 2008 au concert de Bruce Springsteen à Paris au Parc des Princes, juste après m’être rendu au 24 rue Pigalle pour la première fois, rue où j’avais ressenti des ondes de bonheur. Ensuite, le vendredi 10 juillet 2009 au théâtre antique au festival de Jazz à Vienne lors de la soirée « Jazz mix night ». Au risque de radoter si je l’ai déjà raconté, ce soir-là, je suis parti avant la prestation de Seun Kuti. Revenant de Lyon où j’avais vu la maison natale (6 rue des trois rois) et la maternité (12 rue des Bournes) de Muriel Baptiste, j’avais garé au hasard ma Clio dans une ville que je croyais petite. En fait, j’étais bel et bien perdu en sortant du concert, au moment même où des voyous se battaient à coup de chaîne. J’ai marché comme un robot, insensible au stress, jusqu’à ma voiture, comme guidé par une main invisible.

Cette chaleur irradiante et merveilleuse n’arrive pas sur commande, ce serait trop beau, les autres occasions non citées furent rares. Souvent, j’ai prié et supplié pour que cela arrive, en vain, au point parfois de me faire douter de ce qui m’arrive dans ces moments-là.

Mais je sais au fond de moi que je dois jouir de ces moments fabuleux où tout mon être est transformé, où le stress et la peur me sont étrangers, remplacés par un sentiment de plénitude.

Je n’ai aucun doute, et l’on peut rire de moi, cela m’est égal : je sais qui vient hélas si rarement, de façon tant espacée, mais revient toujours au moment où je doute, et à chaque fois au moment où je ne m’y attends pas.

Je sais que c’est elle, son âme, son esprit, qui s’empare de moi. Puisse cela durer longtemps et arriver de façon plus fréquente. Ce 20 novembre 2016, venant de je ne sais où car je ne suis pas porté sur le mystique, et ne cherchant pas à connaître l’origine, Muriel était là. L’amour que je lui porte ne s’adresse pas au néant, je ne peux en dire plus, ces choses là me dépassent.

Lire la suite

Dimanche 6 novembre

6 Novembre 2016 , Rédigé par patricks Publié dans #HORS SUJET

Cette année, le 6 novembre tombe un dimanche, comme en 2005.

Onze années ont passé depuis ce qui fut le plus triste jour de ma vie.

Après avoir regardé « Chanter la vie » de Pascal Sevran, j’avais mis une cassette vidéo du film « Psychose » l’après-midi. Un des films que je préfère d’Alfred Hitchcock. Je n’ai jamais voulu le revoir depuis.

Ce devait être un dimanche comme un autre, le remake des « Rois maudits » commençait le lendemain sur France 2.

« Ici Paris », auquel est abonné ma mère, avait consacré un article aux « Rois maudits », le magazine avait dû arriver depuis quelques jours, sans doute le jeudi. Mais « Ici Paris » n’est pas un magazine dont je pensais qu’il m’apprendrait quoi que ce soit de nouveau sur la saga de Maurice Druon.

Il y avait une interview d’Hélène Duc et j’ai appris la mort de Muriel Baptiste.

Onze ans ont passé, et le chagrin ne s’est pas estompé. J’avais 46 ans, j’en ai 57, plus que Muriel n’en aura jamais.

Après toutes ces années, je n’attends plus rien. Comme dans la chanson de Michel Jonasz, « Comme quelqu’un qui n’a plus personne, s’endort près de son téléphone ».

Chaque 6 novembre, depuis 2005, je pense très fort à ce jour qui a fait  que dans ma vie il y a un « avant » et un « après ». Je pensais qu’avec le temps, le chagrin s’estomperait. Il n’en est rien.

Muriel était unique.

Lire la suite

Une belle histoire

25 Octobre 2016 , Rédigé par patricks Publié dans #HORS SUJET

Les années passent et la fin d’année me rappelle à chaque fois les fêtes de Noël 1972, avec ma chère Muriel Baptiste dans « Les rois maudits ». Muriel cette année là fut mon plus beau cadeau de Noël.

L’autre jour, chez ma podologue, j’écoutais une chanson de 1972, « Une belle histoire » de Michel Fugain. Qu’est ce qu’elle est belle cette chanson, romantique, avec une superbe musique ! Si « Chante comme si tu devais mourir demain » en 1973 fut l’un de mes hymnes à Muriel avec « Tri Martolod » d’Alan Stivell et « La maladie d’amour » de Michel Sardou, objectivement, entre les deux de Fugain, c’est « la belle histoire » la plus jolie. « Sur l’autoroute des vacances, c’était sans doute un jour de chance, ils avaient le ciel à portée de mains, un cadeau de la providence, alors pourquoi penser au lendemain ».

 Pourtant, cette histoire d’amour ne dure qu’un jour, est éphémère, alors que mon amour pour Muriel est éternel. J’ai des frissons quand j’entends ce titre, année de la rediffusion en juillet de « La princesse du rail », avec en soirée les 30 épisodes des « Dernières volontés de Richard Lagrange », avant les 21 et 28 décembre me permettant d’admirer Muriel en Marguerite de Bourgogne.

 « Une belle histoire », c’est le coup de foudre, et il n’est pas étonnant que cela m’évoque Muriel. J’aurais aimé être plus grand en 1972, avoir son âge et la rencontrer. Quand j’entends Fugain (malheureusement devenu un vieux con), chanter « Ils se sont cachés dans un grand champ de blé, se laissant porter par le courant, se sont racontés leur vie qui commençait, ils n’étaient encore que des enfants », je n’ai plus 57 ans mais 20 ou plutôt 29, l’âge de Muriel en 1972. Je me prête sans difficultés à l’identification de l’homme qu’elle aurait aimé.

 C’est une très belle chose que Muriel ait existé et m’ait inspiré une telle passion, ma vie aurait été fade sans cela.

 Muriel, malgré le temps, malgré les années, malgré la mort, malgré la vie qui a passé vite, je t’aime. Je t’aime toujours comme au premier jour où je t’ai vu en Annunciata. Comme le chante Francis Lalanne, « Pense à moi, comme je t’aime, rien ne nous séparera, même pas les chrysanthèmes, on se retrouvera ».

 

Lire la suite

Tant de films perdus...

24 Août 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #HORS SUJET

Ce jour, j'aborde dans la rubrique "Il n'y a pas que Muriel dans la vie" le problème des films qui ne sont plus disponibles en dvd alors qu'ils sont très connus.

"A la recherche de Mr Goodbar" de Richard Brooks avec Diane Keaton et Richard Gere (1978), très peu diffusé en TV, existait en VHS. Mais voilà, les cassettes vidéo en 2014, il faut avoir un magnétoscope encore en marche pour les regarder.

Et ce film-là, depuis des lustres attend son édition DVD.

D'autres sont épuisés et des vendeurs les proposent à prix d'or sur internet, or ces dvd épuisés ne sont pas quantité négligeable, jugez plutôt avec la liste ci-dessous : 

"I comme Icare" (Yves Montand/Henri Verneuil) : voici le commentaire sur Amazon :

A quand un vrai DVD pour ce film : on peut le trouver en espagnol, en italien, en allemand, peut-être en japonais, mais pas en français : incroyable.

 

"Les aventuriers" (Delon/Ventura/Reggiani) : épuisé, quelques vendeurs le proposent à des prix comme 104 euros! Sinon on le trouve, mais... pas en français.

Commentaire : "Le dvd est décrit comme parlant en castillan et en français, c'est faux, il n'y a pas de langue française".

 
"Parole d'homme" (Roger Moore/Lee Marvin) : un film de 1975 qui était disponible en supermarchés à 4.99 euros il y a encore quatre ou cinq ans, avec aussi "Gold" (Un autre Roger Moore), j'ai eu la bonne idée d'acheter "Gold", mais "Parole d'homme" est épuisé et neuf sous cellophane sur internet, il est à... 129.90 euros, d'occasion à 59, 90 (Prix relevés sur amazon, sur la fnac on en trouve un à 40 euros! Un scandale.
"Invasion of the body snatchers" (L'invasion des profanateurs de sépulture), film de Don Siegel de 1956, en zone 2, en anglais sous titré en français (On a vu ce film notamment dans "la dernière séance" d'Eddy Mitchell, et il a inspiré le feuilleton "Les envahisseurs") est épuisé et vendu à 70 euros neuf et 39.99 d'occasion.  Amazon propose donc un import anglais mais sans sous titre français à 11.74 euros. Sinon un import espagnol toujours sans français! Avec des sous titres en castillan et en anglais. 
Je ne vous parle pas des films que j'ai acheté à leurs sorties, qui devraient en toute logique être disponibles et ne le sont plus. La liste serait longue. Moi, je les ai, mais je pense aux autres!
On ne saurait terminer un article sans parler de Muriel : "Les risques du métier" édité en 2007 avec "Mon oncle Benjamin" a été épuisé au bout de six mois, depuis 2013 une seconde édition dvd avec le seul film avec Muriel, a été rééditée. Pas de soucis pour "Les sultans" et "La princesse du rail" toujours en vente. "Les Rois maudits" a été supprimé du catalogue créant immédiatement une surenchère de quelques vendeurs le proposant à des prix déments, mais ce n'était qu'une pirouette de TF1 vidéo qui en 2013 l'a ressorti avec une nouvelle jacquette. "Les chevaliers du ciel" sorti en DVD en 2004 n'est pas resté longtemps dans le commerce. TF1 vidéo ne le ressort pas, je l'ai heureusement acheté à sa sortie. Aujourd'hui, il en coûte entre 200 à 400 euros pour se le procurer d'autant plus que l'offre a été retirée de l'INA il y a longtemps. "Déclic et des claques" est resté en VHS, vendu à des prix déments. Pour avoir le seul "Maigret aux assises", sorti en fascicules en décembre 2004, il faut maintenant acheter un coffret, mais les retardataires peuvent trouver à bas prix le dvd kiosque (avec 2 épisodes dont "aux assises") sur internet. Pour le reste, l'offre de l'INA existe, nous faisant quelques frayeurs parfois ("La double vie de Mlle de la Faille" et "Lancelot du lac" ont parfois disparu pour revenir très vite). Sans doute des bugs informatiques. Ce n'était pas à l'origine un article sur Muriel, mais je n'ai pas pu m'empêcher au final d'en parler.
Sultans 1966
 

Lire la suite

Passage au blog payant

7 Août 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #HORS SUJET

Contraint et forcé devant la vaquité des autres supports gratuits, j'ai pris six mois d'abonnement premium à 30 euros pour continuer ce blog.

Merci aux lecteurs de me signaler s'il y a toujours de la pub intempestive. Moi je n'en vois plus, mais j'ai bloqué les pubs avec le logiciel.

Bon un premier commentaire arrivé sur un autre article, que je vois à l'instant, semble confirmer que j'ai la paix avec ces pubs.

Lire la suite

MESSAGE

6 Août 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #HORS SUJET

 

La société Overblog a été rachetée par une entreprise qui ne pensant qu'au fric a décidé de chasser tous les bloggeurs non payants (qui n'ont pas de compte "premium"), en abreuvant leurs blogs de pubs agressives comme vous pouvez le voir depuis le mardi 5 août.

J'ai migré mon blog sur eklablog à l'adresse 

 http://lesfansdemurielbaptiste.

eklablog.com/

Et plus que jamais, je suis content d'avoir écrit un livre sur Muriel, car la longévité des blogs, on voit ce qu'il faut en penser!


Lire la suite

A chacun son temps

15 Mai 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #HORS SUJET

Nous sommes en 2014 et ce sont les jeunes (et belles années) pour d'autres qui arrivent. Il y a 40 ans, Muriel venait de faire ses dernières apparitions à la télé, je venais de découvrir Roger Moore en James Bond au cinéma, Abba gagnait le grand prix Eurovision.

Le Printemps continue d'arriver périodiquement, sans se soucier des gens que l'on a aimé et qui ne sont plus là, sans garder en mémoire les premiers émois. Il en est ainsi depuis la nuit des temps ou presque.

Mon petit fils et ma fille sont les soleils de l'automne de ma vie, dans un an, mon petit fils aura l'âge que j'avais lorsque j'ai découvert en février 1967 Muriel dans "La Princesse du rail". La vie est devant lui comme le petit enfant que j'étaits en 1967, qui participait le 30 juillet 1967 à une fête ferroviaire en Ardèche, au mas de la Vignasse d'Alphonse Daudet, après une excursion en autocar à Balazuc dont j'ai gardé des photos. Ce jour-là, je cherchais sans le savoir "la princesse du rail", car les décors étaient similaires à ceux de la série. L'écrivain cheminot Roger Ferlet me dédicaçait son livre "Les contes de ma mère le rail" : "Au jeune Patrick Sansano, avec toute mon affectueuse sympathie, en lui léguant cette expérience de ma vie, "rien n'arrive sans travail"! Bonne chance d'un vieux cheminot, Roger Ferlet, Mas de la Vignasse, 30 juillet 1967".

Ce livre, je l'ai toujours gardé précieusement, même si la couverture s'est un peu déchirée, et je ne me souviens pas l'avoir jamais lu! Il serait temps que je me décide, j'ai quarante sept ans de retard!

On ne reviendra pas en arrière, je ne remonterai pas le temps, l'ampli de ma chaîne hi fi est fatigué, mais les amplis "phono" aujourd'hui n'existent plus, on en est aux amplis "home cinéma", alors lorsque j'écoute mes disques vinyles, il faut faire avec quelques sons qui bourdonnent, des effets larsen.

On ne reviendra pas en arrière et je ne trouve pas cela triste, car place aux autres, les miens sont jeunes et heureux, en bonne santé. A chacun son tour, à chacun son temps. Mon avenir est à présent celui de ma petite famille. Il a sans doute manqué cet élément essentiel (un enfant) à Muriel comme à Dalida.

Bon, en attendant, j'aimerais bien que mon livre sur Muriel sorte. Et que l'on reparle d'elle, car tel qu'il est présenté : "Muriel Baptiste : "La vie, quelle gifle!", on a l'impression (et j'en suis vraiment heureux) que c'est elle l'auteur.

Les photos où l'on me voit de face et de dos datent de l'été 1967 mais ne font pas partie de l'excursion en Ardèche, elles ont été prises à Allevard les Bains, encore sur une voie ferrée désaffectée!

LES-CONTES-DE-MA-MERE-LE-RAIL.jpg31-juillet-1967-ardeche.jpgBalazuc-31071967.jpgPatrick-a-Allevard-en-1967.jpgPATRICK-PHOTO-ORIGINALE.jpg

Lire la suite

Un petit tour dans le passé

12 Mai 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #HORS SUJET

Maudissant un éditeur à compte d'auteur (= imprimeur) qui me fait poireauter depuis novembre 2013 pour publier une bio de Muriel, me voilà pour quelques jours à Tulle dans la famille, en Corrèze. Et chez un disquaire!

Une véritable machine à remonter le temps. 20 minutes dans une boutique où je sors émerveillé avec un 45t d'Adamo que je n'avais pas ("J'ai tant de rêves dans mes bagages") et un 33t de 1982, la BO du film "Conte de la folie ordinaire" avec Ben Gazzara et Ornella Muti. La musique, formidable, n'a jamais été rééditée en CD. Le film lui n'était pas terrible, mais permettait de retrouver Gazzara, pour moi à perpétuité le héros de "Match contre la vie", Paul Bryan, l'homme qui vient d'apprendre qu'il est atteint d'un mal incurable.

Pourquoi les disquaires ont-ils disparu ? Un fichier MP3 ne remplacera jamais le plaisir du disque, de la découverte de la pochette, du moment à flâner dans les rayons entre Adamo et Massimo Ranieri, Celentano et Nino Ferrer, France Gall et Drupi. Que de visages sur ces pochettes comme Michel Berger ou Bashung

Un client arrive et repart, après avoir acheté un 45t de Gainsbourg. Un client qu'il savait ce qu'il voulait, alors que moi je voudrais bien emporter tout le magasin.

Et puis, le lendemain soir, samedi, il y a l'Eurovision et ENFIN une bonne chanson italienne, enfin une chanteuse, Emma, que j'ai découverte gagnant le festival de San Remo en 2012. Emma chante un titre sorti depuis septembre 2013 dans le commerce (Un extrait de son troisième album, "Schiena", et même un extrait faible car il vient de la version "de luxe" avec des inédits de ce troisième album bis). Emma Marrone, déguisée en grecque, perd au change, elle est cent fois mieux au naturel qu'elle retrouvera vite. Un petit bond dans le temps me fait songer qu'en avril 1973, c'était Massimo Ranieri qui représentait à ce même concours l'Italie avec la chanson "Chi sarà con te ?"

En 1973, il y avait chaque soir à la télé Muriel dans "Le Premier juré". Et Muriel ne sera plus là, pour paraphraser l'ami Nino Ferrer, "c'est irréparable".

EP-J-AI-TANT-DE-REVES-DANS-MES-BAGAGES---3.jpg33-T-CONTE-DE-LA-FOLIE-ORDINAIRE-et-MILLE-MILLIARDS-DE-DOLL.jpg

Lire la suite
1 2 > >>